Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

Afrique

Attentats au Kenya : les Shebab revendiquent, Nairobi dément

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/06/2014

Au lendemain de la mort d'une quarantaine de personnes dans une attaque, un commando d'hommes armés a fait irruption dans un village voisin, tuant au moins dix personnes. Le président du Kenya dément les revendications des Shebab somaliens.

Qui est derrière les attentats qui ensanglantent le Kenya ? Au moins dix personnes sont mortes, selon un bilan de la police locale, dans un attentat perpétré en pleine nuit mardi 17 juin, près du littoral.

Des hommes armés ont fait une descente sur le village de Poromoko, à une trentaine de kilomètres de la ville touristique et historique de Lamu, côté océan Indien, classée au patrimoine mondial de l'Unesco.

Le groupe d'insurgés somaliens des Shebab, liés à Al-Qaïda, a revendiqué la responsabilité de cette nouvelle attaque auprès de l'AFP, affirmant avoir tué "20 personnes". "Nous avons mené une nouvelle attaque la nuit dernière. Nous avons tué 20 personnes, principalement des policiers et des gardes forestiers kényans. Les membres du commando se sont rendus dans plusieurs endroits à la recherche de soldats", a déclaré par téléphone Abdulaziz Abu Musab, porte-parole militaire des shebab.

"Les membres du commando ont accompli leur devoir et sont rentrés tranquillement à leur base", a-t-il ajouté, sans préciser si cette "base" se situe au Kenya ou en Somalie voisine, située à une centaine de kilomètres au nord du lieu des attentats.

>> À relire sur FRANCE 24 : "En images : la traque des Shebab en Somalie"

Ce nouvel attentat survient au lendemain d'une attaque qui avait fait une cinquantaine de morts dans la nuit de dimanche à lundi, dans la même zone, à une centaine de kilomètres du territoire somalien. Selon des survivants, le commando s'en était pris exclusivement à des hommes chrétiens, épargnant femmes, enfants et musulmans.

Kenyatta accuse "des réseaux politiques locaux"

Le président Uhuru Kenyatta a cependant créé la surprise mardi au cours d'une adresse à la nation, en niant l'implication des islamistes dans la vague d’attaques meurtrières de long de la côte touristique du pays. Il a accusé "des réseaux politiques locaux" liés à des "gangs criminels" non spécifiés. Selon lui, il s'agissait de "violences ethniques aux motivations politiques".

Sous pression de l'opinion, le chef de l'État a par ailleurs annoncé la suspension d'officiers qui n'ont pu empêcher les dernières attaques en dépit de "renseignements" qui auraient accrédité le risque de nouveaux attentats. Ils seront "inculpés immédiatement par une cour martiale", a-t-il promis.

Avec AFP

Le président kényan Ukuru Kenyatta dément l'implication des shebab

Première publication : 17/06/2014

  • KENYA

    Au moins une dizaine de morts dans un double attentat à Nairobi

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Le Kenya ensanglanté par une série d'attentats

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Deux attentats ciblent le centre ville de Mombasa au Kenya

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)