Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

Afrique

Attentats au Kenya : les Shebab revendiquent, Nairobi dément

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/06/2014

Au lendemain de la mort d'une quarantaine de personnes dans une attaque, un commando d'hommes armés a fait irruption dans un village voisin, tuant au moins dix personnes. Le président du Kenya dément les revendications des Shebab somaliens.

Qui est derrière les attentats qui ensanglantent le Kenya ? Au moins dix personnes sont mortes, selon un bilan de la police locale, dans un attentat perpétré en pleine nuit mardi 17 juin, près du littoral.

Des hommes armés ont fait une descente sur le village de Poromoko, à une trentaine de kilomètres de la ville touristique et historique de Lamu, côté océan Indien, classée au patrimoine mondial de l'Unesco.

Le groupe d'insurgés somaliens des Shebab, liés à Al-Qaïda, a revendiqué la responsabilité de cette nouvelle attaque auprès de l'AFP, affirmant avoir tué "20 personnes". "Nous avons mené une nouvelle attaque la nuit dernière. Nous avons tué 20 personnes, principalement des policiers et des gardes forestiers kényans. Les membres du commando se sont rendus dans plusieurs endroits à la recherche de soldats", a déclaré par téléphone Abdulaziz Abu Musab, porte-parole militaire des shebab.

"Les membres du commando ont accompli leur devoir et sont rentrés tranquillement à leur base", a-t-il ajouté, sans préciser si cette "base" se situe au Kenya ou en Somalie voisine, située à une centaine de kilomètres au nord du lieu des attentats.

>> À relire sur FRANCE 24 : "En images : la traque des Shebab en Somalie"

Ce nouvel attentat survient au lendemain d'une attaque qui avait fait une cinquantaine de morts dans la nuit de dimanche à lundi, dans la même zone, à une centaine de kilomètres du territoire somalien. Selon des survivants, le commando s'en était pris exclusivement à des hommes chrétiens, épargnant femmes, enfants et musulmans.

Kenyatta accuse "des réseaux politiques locaux"

Le président Uhuru Kenyatta a cependant créé la surprise mardi au cours d'une adresse à la nation, en niant l'implication des islamistes dans la vague d’attaques meurtrières de long de la côte touristique du pays. Il a accusé "des réseaux politiques locaux" liés à des "gangs criminels" non spécifiés. Selon lui, il s'agissait de "violences ethniques aux motivations politiques".

Sous pression de l'opinion, le chef de l'État a par ailleurs annoncé la suspension d'officiers qui n'ont pu empêcher les dernières attaques en dépit de "renseignements" qui auraient accrédité le risque de nouveaux attentats. Ils seront "inculpés immédiatement par une cour martiale", a-t-il promis.

Avec AFP

Le président kényan Ukuru Kenyatta dément l'implication des shebab

Première publication : 17/06/2014

  • KENYA

    Au moins une dizaine de morts dans un double attentat à Nairobi

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Le Kenya ensanglanté par une série d'attentats

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Deux attentats ciblent le centre ville de Mombasa au Kenya

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)