Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Spécial Grèce : Dimitris Kourkoulas et Yiorgos Tsipras

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Taux de croissance en Chine : "7,4%, c'est un taux de croissance dont on rêverait!"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ray Lema, musicien engagé

En savoir plus

DÉBAT

Sport féminin : comment améliorer la visibilité des sportives dans les médias ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Sport féminin : comment améliorer la visibilité des sportives dans les médias ? (partie 1)

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Terrorisme en Europe : comment concilier sécurité et libertés ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La loi Macron à l’épreuve de l'hémicycle

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet de l'UA : la lutte contre Boko Haram à l'ordre du jour

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Partenariat transatlantique : "Nous ne baisserons pas les standards européens"

En savoir plus

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le lundi et le mercredi à 16h45. Le samedi à 7h45.

L'ENTRETIEN

L'ENTRETIEN

Dernière modification : 20/06/2014

Irak : Bremer défend ses décisions sur le traitement de l’armée irakienne

© Capture d'écran FRANCE 24

L’ancien administrateur général américain en Irak, Paul Bremer, a justifié, jeudi, sur l’antenne de FRANCE 24, les décisions prises par Washington en 2003 par rapport au démantèlement de l’armée et à la dissolution du parti Baas.

Lors d’une interview accordée à FRANCE 24, Paul Bremer, ancien administrateur général des États-Unis en Irak, a vivement défendu la politique américaine menée au début de la guerre, en 2003, par l’administration de l’ancien président Georges W. Bush. "Je ne renie pas mes choix", a-t-il affirmé, interrogé sur les accusations dont il est actuellement l’objet dans certains médias.

Dès son arrivée en Irak, en mai 2003, Paul Bremer avait signé le décret sur la "debaassification" (le Baas étant le parti au pouvoir à l’époque) du gouvernement et le démantèlement de l'armée, deux décisions qui sont, selon ses détracteurs, sont à l’origine du chaos que connaît aujourd’hui le pays.

"Il faut des hommes sur le terrain"

"En ce qui concerne la "debaassification", elle ne concernait à la base que les personnalités les plus haut placées du gouvernement, soit 1 % des membres du parti Baas. "J'ai dit aux leaders du parti Baas qu'ils ne pouvaient pas participer au gouvernement. Ils étaient libres de faire ce qu'ils voulaient : créer des journaux, retourner à la vie civile... Mon erreur a été de confier la mise en application de cette mesure aux hommes politiques irakiens, qui l’ont appliquée trop largement", s’est justifié le diplomate, qui est resté en poste dans le pays jusqu’en juin 2004.

Par ailleurs, Paul Bremer estimé que "rappeler l'armée irakienne [qui avait été démantelée] aurait été une erreur grave". "Nous avons décidé de constituer une nouvelle armée, qui s’est révélée efficace : elle est venue à bout de l’insurrection d'Al-Qaïda en 2009", a-t-il affirmé.

Mauvais plan

Toutefois, celui qui a émis de vives critiques envers la décision d’Obama de retirer les troupes américaines d’Irak, a concédé des erreurs. Selon lui, l’intervention des États-Unis dans le pays a en effet été décidée à la suite de fausses interprétations de la situation. "Il y avait un plan, mais il était mauvais", a-t-il admis.

L’ancien homme fort de George W. Bush au Moyen Orient a par ailleurs déclaré que la situation actuelle importait plus que les décisions du passé : "La priorité est de stopper la poussée des islamistes de l’EIIL vers le sud du pays, et d’aider les Irakiens à reprendre le contrôle de leurs villes." Il estime que des soldats doivent être envoyées impérativement dans le pays.

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

24/01/2015 Commerce

Partenariat transatlantique : "Nous ne baisserons pas les standards européens"

Cécilia Malmström, commissaire européenne en charge du Commerce, tente d'apaiser les craintes liées au partenariat transatlantique. Selon elle, le consommateur et citoyen...

En savoir plus

24/01/2015 Auschwitz-Birkenau

"On ne revient jamais d'Auschwitz, on vit toute sa vie avec un camp dans la tête"

Marceline Loridan-Jivens est une rescapée des camps de la mort. Elle vient de publier "Et tu n'es pas revenu" (Grasset) et, à l'occasion du 70ème anniversaire de la libération du...

En savoir plus

12/05/2014 Côte d'Ivoire

Manchester City-Côte d'Ivoire au Mondial : Yaya Touré se confie à FRANCE 24

Sacré dimanche champion d’Angleterre avec son équipe de Manchester City, l’Ivoirien Yaya Touré s’est confié à FRANCE 24. Le meilleur footballeur africain des trois dernières...

En savoir plus

22/01/2015 États-Unis

"Hillary Clinton fait tout comme si elle allait à la présidentielle de 2016"

François Clémenceau, Rédacteur en chef au Journal du Dimanche, est un fin connaisseur des États-Unis. Le journaliste, qui a été correspondant pendant sept ans à Washington, vient...

En savoir plus

19/01/2015 Élysée

"Il y a des habitudes monarchiques en France"

L’écrivain et journaliste Georges-Marc Benamou est l'auteur de "Comédie Française" (Fayard). Dans cet ouvrage, il revient sur son expérience en tant que conseiller à la Culture...

En savoir plus