Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le projet de nouvelle Constitution adopté en Conseil des ministres en Côte d'Ivoire

En savoir plus

FOCUS

La France va-t-elle rendre à Alger les crânes d’Algériens du XIXème siècle ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les 7 mercenaires", il était une deuxième fois dans l’Ouest

En savoir plus

FACE À FACE

Les révélations de Buisson, nouveau coup dur pour Sarkozy ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Opep : le bras de fer entre l'Arabie saoudite et l'Iran continue

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Shimon Peres, ou la bataille "domquichottesque" pour la paix"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nicolas Sarkozy, ses amis, ses affaires, ses emmerdes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Investiture d'Ali Bongo au Gabon , l'opposition dénonce un "coup d'Etat électoral"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Débat Trump vs Clinton : les réactions sur la Toile

En savoir plus

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 8h45.

L'ENTRETIEN

L'ENTRETIEN

Dernière modification : 20/06/2014

Irak : Bremer défend ses décisions sur le traitement de l’armée irakienne

© Capture d'écran FRANCE 24

L’ancien administrateur général américain en Irak, Paul Bremer, a justifié, jeudi, sur l’antenne de FRANCE 24, les décisions prises par Washington en 2003 par rapport au démantèlement de l’armée et à la dissolution du parti Baas.

Lors d’une interview accordée à FRANCE 24, Paul Bremer, ancien administrateur général des États-Unis en Irak, a vivement défendu la politique américaine menée au début de la guerre, en 2003, par l’administration de l’ancien président Georges W. Bush. "Je ne renie pas mes choix", a-t-il affirmé, interrogé sur les accusations dont il est actuellement l’objet dans certains médias.

Dès son arrivée en Irak, en mai 2003, Paul Bremer avait signé le décret sur la "debaassification" (le Baas étant le parti au pouvoir à l’époque) du gouvernement et le démantèlement de l'armée, deux décisions qui sont, selon ses détracteurs, sont à l’origine du chaos que connaît aujourd’hui le pays.

"Il faut des hommes sur le terrain"

"En ce qui concerne la "debaassification", elle ne concernait à la base que les personnalités les plus haut placées du gouvernement, soit 1 % des membres du parti Baas. "J'ai dit aux leaders du parti Baas qu'ils ne pouvaient pas participer au gouvernement. Ils étaient libres de faire ce qu'ils voulaient : créer des journaux, retourner à la vie civile... Mon erreur a été de confier la mise en application de cette mesure aux hommes politiques irakiens, qui l’ont appliquée trop largement", s’est justifié le diplomate, qui est resté en poste dans le pays jusqu’en juin 2004.

Par ailleurs, Paul Bremer estimé que "rappeler l'armée irakienne [qui avait été démantelée] aurait été une erreur grave". "Nous avons décidé de constituer une nouvelle armée, qui s’est révélée efficace : elle est venue à bout de l’insurrection d'Al-Qaïda en 2009", a-t-il affirmé.

Mauvais plan

Toutefois, celui qui a émis de vives critiques envers la décision d’Obama de retirer les troupes américaines d’Irak, a concédé des erreurs. Selon lui, l’intervention des États-Unis dans le pays a en effet été décidée à la suite de fausses interprétations de la situation. "Il y avait un plan, mais il était mauvais", a-t-il admis.

L’ancien homme fort de George W. Bush au Moyen Orient a par ailleurs déclaré que la situation actuelle importait plus que les décisions du passé : "La priorité est de stopper la poussée des islamistes de l’EIIL vers le sud du pays, et d’aider les Irakiens à reprendre le contrôle de leurs villes." Il estime que des soldats doivent être envoyées impérativement dans le pays.

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

24/09/2016 Terrorisme

Marc Sageman : "Il n’y a pas de profil objectif de djihadiste"

Marc Sageman, psychiatre, spécialiste de la violence politique, a travaillé pour la CIA dans les années 1980 au Pakistan. Il revient sur la menace terroriste en Occident et sur...

En savoir plus

26/09/2016 Mali

IBK : "Pas de troubles dans le nord du Mali mais des difficultés à Kidal"

Dans un entretien accordé à France 24 à l’occasion de l’Assemblée générale de l’ONU à New York, le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, revient sur la situation sécuritaire...

En savoir plus

22/09/2016 Environnement

Ségolène Royal veut "une ratification de l’accord de Paris avant novembre"

À l'occasion de l'Assemblée générale de l'ONU qui se tient cette semaine à New York, plusieurs pays ont ratifié l’accord sur le climat conclu à Paris en décembre 2015. Le texte...

En savoir plus

17/09/2016 Ingrid Betancourt

Ingrid Betancourt : "Les Farc ne seront jamais des citoyens comme les autres"

Après quatre ans de négociation, un accord de paix a été conclu le 24 août entre le gouvernement colombien et la guérilla des Farc. Cet accord, qui doit être signé le 26...

En savoir plus

11/09/2016 Littérature

Salman Rushdie : "Je méprise le burkini, mais il ne regarde pas la police"

À l'occasion de la sortie de son nouveau roman, "Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits", l'écrivain britannique Salman Rushdie évoque, sur France 24, sa vision du monde...

En savoir plus