Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

François Hollande maintient le cap malgré la claque électorale

En savoir plus

DÉBAT

Départementales en France : la droite gagne, la gauche encaisse, le FN trébuche (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Départementales en France : la droite gagne, la gauche encaisse, le FN trébuche (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Grèce : Tsipras veut "un compromis honnête" avec les créanciers

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Jackson Pollock et le Moyen-Orient "

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Départementales : un humour déplacé ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Quelle gauche ?"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Nigeria attend dans la fébrilité les résultats de la présidentielle

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Antonio Costa : "Avec l'Euro, il y a quelques gagnants mais beaucoup de perdants"

En savoir plus

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le mercredi à 16h45 et le samedi à 8h45.

L'ENTRETIEN

L'ENTRETIEN

Dernière modification : 20/06/2014

Irak : Bremer défend ses décisions sur le traitement de l’armée irakienne

© Capture d'écran FRANCE 24

L’ancien administrateur général américain en Irak, Paul Bremer, a justifié, jeudi, sur l’antenne de FRANCE 24, les décisions prises par Washington en 2003 par rapport au démantèlement de l’armée et à la dissolution du parti Baas.

Lors d’une interview accordée à FRANCE 24, Paul Bremer, ancien administrateur général des États-Unis en Irak, a vivement défendu la politique américaine menée au début de la guerre, en 2003, par l’administration de l’ancien président Georges W. Bush. "Je ne renie pas mes choix", a-t-il affirmé, interrogé sur les accusations dont il est actuellement l’objet dans certains médias.

Dès son arrivée en Irak, en mai 2003, Paul Bremer avait signé le décret sur la "debaassification" (le Baas étant le parti au pouvoir à l’époque) du gouvernement et le démantèlement de l'armée, deux décisions qui sont, selon ses détracteurs, sont à l’origine du chaos que connaît aujourd’hui le pays.

"Il faut des hommes sur le terrain"

"En ce qui concerne la "debaassification", elle ne concernait à la base que les personnalités les plus haut placées du gouvernement, soit 1 % des membres du parti Baas. "J'ai dit aux leaders du parti Baas qu'ils ne pouvaient pas participer au gouvernement. Ils étaient libres de faire ce qu'ils voulaient : créer des journaux, retourner à la vie civile... Mon erreur a été de confier la mise en application de cette mesure aux hommes politiques irakiens, qui l’ont appliquée trop largement", s’est justifié le diplomate, qui est resté en poste dans le pays jusqu’en juin 2004.

Par ailleurs, Paul Bremer estimé que "rappeler l'armée irakienne [qui avait été démantelée] aurait été une erreur grave". "Nous avons décidé de constituer une nouvelle armée, qui s’est révélée efficace : elle est venue à bout de l’insurrection d'Al-Qaïda en 2009", a-t-il affirmé.

Mauvais plan

Toutefois, celui qui a émis de vives critiques envers la décision d’Obama de retirer les troupes américaines d’Irak, a concédé des erreurs. Selon lui, l’intervention des États-Unis dans le pays a en effet été décidée à la suite de fausses interprétations de la situation. "Il y avait un plan, mais il était mauvais", a-t-il admis.

L’ancien homme fort de George W. Bush au Moyen Orient a par ailleurs déclaré que la situation actuelle importait plus que les décisions du passé : "La priorité est de stopper la poussée des islamistes de l’EIIL vers le sud du pays, et d’aider les Irakiens à reprendre le contrôle de leurs villes." Il estime que des soldats doivent être envoyées impérativement dans le pays.

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

27/03/2015 Turquie

Erdogan : "La Turquie pourrait fournir un soutien logistique à l’opération saoudienne au Yémen"

En pleine offensive saoudienne au Yémen, le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a accordé un entretien exclusif à France 24, affirme que la Turquie pourrait fournir une...

En savoir plus

23/03/2015 Benjamin Netanyahou

"Obama ne voit pas que le gouvernement de l'Iran ne change pas"

Daniel Pipes, président du Middle East Forum, une organisation destinée à promouvoir les intérêts américains au Moyen-Orient, est très circonspect quant aux négociations en cours...

En savoir plus

21/03/2015 Arménie

Génocide arménien : le président Sarkissian dénonce le "négationnisme" d'Erdogan

Dans une interview exclusive accordée à France 24, le président arménien Serge Sarkissian a regretté le choix de son homologue turc de commémorer la bataille de Gallipoli le jour...

En savoir plus

18/03/2015 Afrique

Mo Ibrahim : "Il faut s’écarter de l’afro-pessimisme et de l’afro-optimisme"

Mo Ibrahim, entrepreneur anglo-soudanais, a fondé le géant des télécommunications Celtel, avant de créer la Fondation Mo Ibrahim, qui a pour mission d'améliorer la gouvernance en...

En savoir plus

18/03/2015 Tunisie

"La situation en Libye représente une menace pour la Tunisie"

Taïeb Baccouche, ministre des Affaires étrangères tunisien, revient sur la mort annoncée d'un des hommes les plus recherchés de Tunisie, Ahmed Rouissi, l'un des chefs du groupe...

En savoir plus