Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : 3 morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 8h45.

L'ENTRETIEN

L'ENTRETIEN

Dernière modification : 20/06/2014

Irak : Bremer défend ses décisions sur le traitement de l’armée irakienne

© Capture d'écran FRANCE 24

L’ancien administrateur général américain en Irak, Paul Bremer, a justifié, jeudi, sur l’antenne de FRANCE 24, les décisions prises par Washington en 2003 par rapport au démantèlement de l’armée et à la dissolution du parti Baas.

Lors d’une interview accordée à FRANCE 24, Paul Bremer, ancien administrateur général des États-Unis en Irak, a vivement défendu la politique américaine menée au début de la guerre, en 2003, par l’administration de l’ancien président Georges W. Bush. "Je ne renie pas mes choix", a-t-il affirmé, interrogé sur les accusations dont il est actuellement l’objet dans certains médias.

Dès son arrivée en Irak, en mai 2003, Paul Bremer avait signé le décret sur la "debaassification" (le Baas étant le parti au pouvoir à l’époque) du gouvernement et le démantèlement de l'armée, deux décisions qui sont, selon ses détracteurs, sont à l’origine du chaos que connaît aujourd’hui le pays.

"Il faut des hommes sur le terrain"

"En ce qui concerne la "debaassification", elle ne concernait à la base que les personnalités les plus haut placées du gouvernement, soit 1 % des membres du parti Baas. "J'ai dit aux leaders du parti Baas qu'ils ne pouvaient pas participer au gouvernement. Ils étaient libres de faire ce qu'ils voulaient : créer des journaux, retourner à la vie civile... Mon erreur a été de confier la mise en application de cette mesure aux hommes politiques irakiens, qui l’ont appliquée trop largement", s’est justifié le diplomate, qui est resté en poste dans le pays jusqu’en juin 2004.

Par ailleurs, Paul Bremer estimé que "rappeler l'armée irakienne [qui avait été démantelée] aurait été une erreur grave". "Nous avons décidé de constituer une nouvelle armée, qui s’est révélée efficace : elle est venue à bout de l’insurrection d'Al-Qaïda en 2009", a-t-il affirmé.

Mauvais plan

Toutefois, celui qui a émis de vives critiques envers la décision d’Obama de retirer les troupes américaines d’Irak, a concédé des erreurs. Selon lui, l’intervention des États-Unis dans le pays a en effet été décidée à la suite de fausses interprétations de la situation. "Il y avait un plan, mais il était mauvais", a-t-il admis.

L’ancien homme fort de George W. Bush au Moyen Orient a par ailleurs déclaré que la situation actuelle importait plus que les décisions du passé : "La priorité est de stopper la poussée des islamistes de l’EIIL vers le sud du pays, et d’aider les Irakiens à reprendre le contrôle de leurs villes." Il estime que des soldats doivent être envoyées impérativement dans le pays.

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

26/06/2016 Guatemala

Guerre civile au Guatemala : une justice impossible ?

Il y a 20 ans s'achevait au Guatemala une guerre civile qui a causé la mort de 200 000 personnes. L'ancien dictateur José Efraín Ríos Montt, 96 ans, accusé de génocide et de...

En savoir plus

21/06/2016 Brexit

Assassinat de Jo Cox : quel impact sur le Brexit ?

France 24 a l’honneur de recevoir Élizabeth Guigou, présidente de la Commission des affaires étrangères à l’Assemblée nationale et ancienne ministre déléguée chargée des Affaires...

En savoir plus

20/06/2016 ONU

"Chaque minute, 24 personnes sont obligées de quitter leur maison"

Les réfugiés sont devenus un sujet majeur, pas uniquement dans les pays pauvres mais aussi en Europe, où la vague de migrants de Syrie et d'ailleurs est devenue une question...

En savoir plus

11/06/2016 Terrorisme

Michaëlle Jean : "Face au terrorisme, il faut mutualiser nos expériences"

Alors que l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) vient d’organiser à Paris une conférence sur la lutte contre le terrorisme et la prévention de la radicalisation,...

En savoir plus

11/06/2016 Mali

Jean-Marc Ayrault : "C'est dans l'intérêt de tous de faire la paix en Syrie"

À l'occasion de la présidence française à l'ONU, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, est notamment revenu, lors d'un entretien à France 24, sur la...

En savoir plus