Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hillary Clinton, à contrecœur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La folie terroriste"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Nigeria, les crimes contre des chrétiens se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Lady Liberty" : emblème de l'Amérique et symbole de liberté

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La saison des tubes de l'été est lancée !

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : au Canada, les critères d'accueil des réfugiés jugés discriminatoires envers les musulmans

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'important, c'est de participer"

En savoir plus

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 8h45.

L'ENTRETIEN

L'ENTRETIEN

Dernière modification : 20/06/2014

Irak : Bremer défend ses décisions sur le traitement de l’armée irakienne

© Capture d'écran FRANCE 24

L’ancien administrateur général américain en Irak, Paul Bremer, a justifié, jeudi, sur l’antenne de FRANCE 24, les décisions prises par Washington en 2003 par rapport au démantèlement de l’armée et à la dissolution du parti Baas.

Lors d’une interview accordée à FRANCE 24, Paul Bremer, ancien administrateur général des États-Unis en Irak, a vivement défendu la politique américaine menée au début de la guerre, en 2003, par l’administration de l’ancien président Georges W. Bush. "Je ne renie pas mes choix", a-t-il affirmé, interrogé sur les accusations dont il est actuellement l’objet dans certains médias.

Dès son arrivée en Irak, en mai 2003, Paul Bremer avait signé le décret sur la "debaassification" (le Baas étant le parti au pouvoir à l’époque) du gouvernement et le démantèlement de l'armée, deux décisions qui sont, selon ses détracteurs, sont à l’origine du chaos que connaît aujourd’hui le pays.

"Il faut des hommes sur le terrain"

"En ce qui concerne la "debaassification", elle ne concernait à la base que les personnalités les plus haut placées du gouvernement, soit 1 % des membres du parti Baas. "J'ai dit aux leaders du parti Baas qu'ils ne pouvaient pas participer au gouvernement. Ils étaient libres de faire ce qu'ils voulaient : créer des journaux, retourner à la vie civile... Mon erreur a été de confier la mise en application de cette mesure aux hommes politiques irakiens, qui l’ont appliquée trop largement", s’est justifié le diplomate, qui est resté en poste dans le pays jusqu’en juin 2004.

Par ailleurs, Paul Bremer estimé que "rappeler l'armée irakienne [qui avait été démantelée] aurait été une erreur grave". "Nous avons décidé de constituer une nouvelle armée, qui s’est révélée efficace : elle est venue à bout de l’insurrection d'Al-Qaïda en 2009", a-t-il affirmé.

Mauvais plan

Toutefois, celui qui a émis de vives critiques envers la décision d’Obama de retirer les troupes américaines d’Irak, a concédé des erreurs. Selon lui, l’intervention des États-Unis dans le pays a en effet été décidée à la suite de fausses interprétations de la situation. "Il y avait un plan, mais il était mauvais", a-t-il admis.

L’ancien homme fort de George W. Bush au Moyen Orient a par ailleurs déclaré que la situation actuelle importait plus que les décisions du passé : "La priorité est de stopper la poussée des islamistes de l’EIIL vers le sud du pays, et d’aider les Irakiens à reprendre le contrôle de leurs villes." Il estime que des soldats doivent être envoyées impérativement dans le pays.

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

24/07/2016 États-Unis

"Lady Liberty" : emblème de l'Amérique et symbole de liberté

Elle est le symbole de la démocratie et rappelle les liens qui unissent les États-Unis à la France. Vieille de 130 ans, la statue de la liberté est l'un des sites les plus...

En savoir plus

25/07/2016 Turquie

Erdogan : "Les putschistes avouent que les instructions sont venues de Gülen"

Coup d'État raté, Fethullah Gülen, critiques occidentales... Le président turc Recep Tayyip Erdogan a répondu à toutes les questions de France 24, au cours d'un entretien...

En savoir plus

09/07/2016 Euro-2016

Fabien Archambault : "La France n'est pas un grand pays de football"

Maître de conférences en histoire contemporaine, Fabien Archambault est l'un des auteurs de l'ouvrage collectif "Le Football des nations : des terrains de jeu aux communautés...

En savoir plus

07/09/2011 Terrorisme

Gilles Kepel, membre de l’Institut Universitaire de France

Raphaël Kahane reçoit Gilles Kepel, membre de l’Institut Universitaire de France et spécialiste du monde arabo-musulman. Alors que l'on commémore le dixième anniversaire des...

En savoir plus

02/07/2016 Brexit

Jean-Claude Trichet : "Le Brexit a un impact incontestable sur l’Europe"

Les Britanniques ont donc choisi de quitter l'Union européenne. Depuis, l'onde de choc politique et économique ne cesse de se propager dans le monde entier, tandis que les...

En savoir plus