Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : l’offensive se durcit, le bilan s’alourdit

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - Russie : les "Mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Apple mise sur la Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nobel de la paix pour Tsahal"

En savoir plus

SUR LE NET

Des internautes juifs et arabes se mobilisent pour la paix

En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Au moins 45 morts lors d'un atterrissage d'urgence à Taïwan

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

  • Le Festival d'Avignon, une tradition politique ancrée dans l'actualité

    En savoir plus

  • Vidéo : à Khan Younès, les cortèges funéraires se succèdent

    En savoir plus

  • Tour de France : Thibaut Pinot, une dose de "combativité", une dose de "déconne"

    En savoir plus

  • Violences à Sarcelles : quatre personnes condamnées à de la prison ferme

    En savoir plus

Moyen-Orient

Obama : "Les troupes américaines ne retourneront pas en Irak"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/06/2014

Barack Obama a affirmé que les États-Unis étaient prêts à aider les Irakiens, mais qu'il était hors de question que des troupes américaines aillent combattre au sol. Quelque 300 conseillers militaires vont être envoyés dans le pays.

Lors d’une conférence de presse exceptionnelle donnée jeudi 19 juin en réponse à la dégradation de la situation en Irak, Barack Obama a affirmé qu'il n'était pas question que les forces américaines retournent combattre sur le sol irakien. Il avait décidé fin 2011 de retirer ses troupes du pays.

"Les troupes américaines ne retourneront pas se battre en Irak mais nous aiderons les Irakiens dans leur bataille contre les terroristes, qui menacent la population civile, qui menacent la région et qui menacent les intérêts des États-Unis", a déclaré le président américain.

Pour ce faire, Barack Obama a annoncé son intention d’envoyer jusqu'à 300 conseillers militaires pour aider les autorités irakiennes à faire face à l'offensive des djihadistes de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL).

"Ces derniers jours, nous avons déployé certains éléments dans la région et grâce à nos services de renseignements sur place, nous en savons plus sur certaines cibles potentielles liées à l'EEIL, pour être prêts à mener des attaques précises et ciblées si et quand nous déterminerons que la situation l’exige", a-t-il indiqué, tout en précisant que le Congrès américain serait consulté en amont. Barack Obama n’a pas annoncé le déclenchement immédiat de frappes aériennes, réclamées mercredi par le gouvernement irakien.

Le chef de l’État a par ailleurs estimé que les États-Unis n'avaient pas à choisir les dirigeants irakiens, mais il a affirmé que seules des personnalités menant une politique incluant toutes les composantes de la population irakienne - chiites, sunnites et Kurdes - pourraient sortir le pays de la crise.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 19/06/2014

  • IRAK

    Irak : l'armée tente de reprendre le contrôle de la raffinerie de Baïji

    En savoir plus

  • IRAK

    L'Arabie saoudite soutient-elle l’EIIL ?

    En savoir plus

  • IRAK

    Bagdad demande à Washington de mener des raids aériens contre les djihadistes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)