Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

Economie

L'État devient premier actionnaire d'Alstom

© AFP

Vidéo par Myriam MASCARELLO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/06/2014

L'État français a retenu l'offre de General Electric pour la branche énergie d'Alstom, au détriment du couple Siemens-Mitsubishi, et annoncé, par la voix d'Arnaud Montebourg, son entrée au capital du groupe français à hauteur de 20 %.

Surprise : le gouvernement a annoncé sa préférence, vendredi 20 juin, pour une alliance avec l'Américain General Electric, plutôt qu'avec Siemens et Mitsubishi dans le dossier Alstom. Il y a plus d'un mois, Paris soutenait pourtant la volonté du groupe allemand d'acquérir les activités dans l'énergie de l'équipementier français.

Il revient désormais à Alstom de prendre sa décision lors d'un conseil d'administration qui se tiendra lundi 23 juin, date à laquelle expire l'offre de l'américain.

Le ministre de l'Économie Arnaud Montebourg a annoncé qu'il avait envoyé une lettre à Jeff Immelt, le PDG de GE, pour lui signifier les conditions de cette offre d'alliance. Le patron de Bercy y affirme que le groupe américain sera loin d'être libre de faire ce qu'il veut avec la branche énergie d'Alstom.

L'État a, en effet, décidé de racheter à Bouygues deux tiers de ses parts dans le groupe français. Il deviendra ainsi le premier actionnaire d'Alstom avec 20 % du capital de l'entreprise.

"Vigilance patriotique"

Paris compte, en outre, imposer à General Electric, en vertu de la "vigilance patriotique", une "co-entreprise spécifique française dans la vapeur et le nucléaire", a précisé Arnaud Montebourg. Il a ajouté que "50 % des administrateurs seront approuvés par l'État, dont le directeur général. La propriété intellectuelle de nos brevets dans le nucléaire sera assurée par une société française qui en disposera".

Le ministre de l'Économie a également mis en garde General Electric sur le front de l'emploi. Il a assuré que des pénalités financières pourraient être appliquées si le groupe américain ne respectait pas son engagement de créer 1 000 emplois en France.

Enfin, le gouvernement a fait savoir qu'il n'avait pas retenu l'offre de Siemens et Mitsubishi car elle risquait d'être jugée contraire aux règles européennes de la concurrence par Bruxelles.

Première publication : 20/06/2014

  • FRANCE

    Alstom : et si l’État avait réussi son coup ?

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    Alstom : GE dévoile une nouvelle offre pour concurrencer Siemens

    En savoir plus

  • FRANCE

    Vers une entrée de l'État au capital d'Alstom ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)