Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

Culture

Les intermittents accentuent la pression sur le festival d'Avignon

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/06/2014

Malgré la promesse de Manuel Valls d'un soutien financier, les syndicats d'intermittents du spectacle ont maintenu la pression sur le gouvernement vendredi, en appelant à une grève massive le 4 juillet, jour de l’ouverture du festival d’Avignon.

Le célèbre festival d‘Avignon pourrait bien être la prochaine victime de la grève des intermittents. La CGT-spectacle a appelé, vendredi 20 juin, à une "grève massive" dans l'ensemble des secteurs le 4 juillet, jour de l'ouverture du festival.

"Si le gouvernement ne nous entend pas pour sortir un plan d'apaisement équilibré et durable qui prenne en compte nos propositions, l'été ne se passera pas normalement", a prévenu le syndicat dans un communiqué. Le préavis de grève, qui court jusqu'au 30 juin et qui a déjà occasionné de nombreuses perturbations dans les festivals, est "reconduit à partir du 1er juillet pour tout le mois", a-t-il également annoncé.

De quoi inquiéter les organisateurs de l’évènement, déjà annulé en 2003. Si Avignon est annulé en 2014, "les éditions de 2015 et 2016 seront aussi compromises", a indiqué Paul Rondin, directeur délégué du festival. Olivier Py, à la tête de la manifestation à Avignon, et Bernard Foccroulle, qui chapeaute le festival d’art lyrique d’Aix-en-Provence, ont de leur côté martelé qu'ils n'annuleraient pas, même confrontés à la grève.

Il y a onze ans, l’annulation de l’évènement avait engendré 23 millions d'euros de manque à gagner, bien que le "Off" ait eu lieu. Une lourde ardoise pour les organisateurs mais aussi pour les hôteliers, restaurateurs, commerçants. Selon la fédération France Festival, un festival génère en moyenne 6,83 euros d'impact économique pour un euro de subvention.

"Ce n’est pas l’État qui paye l’ardoise"

De son côté, Jules Frutos, président du Prodiss, la plus grosse fédération de producteurs de spectacles privés, se veut confiant. "Je ne suis pas alarmiste", clame-t-il. "Depuis 2003, nous avons noué le dialogue avec les intermittents sur nos festivals. Ils savent que ce n'est pas l'État qui paye l'ardoise".

Toutefois, il n'écarte pas des "attaques commando" venues de l'extérieur des festivals. "On sera peut-être affectés sur les festivals les plus emblématiques, qui ont un lien avec le ministère de la Culture et sont en quelque sorte labellisés", explique-t-il, citant l'exemple des Francofolies de La Rochelle, qui avaient été annulées en 2003.

Les intermittents du spectacle rejettent la nouvelle convention d'assurance-chômage issue de l'accord signé le 22 mars entre le patronat et trois syndicats (CFDT, FO et CFTC), qui durcit les conditions d'indemnisation de plusieurs catégories de chômeurs, dont les leurs. Face au mouvement de contestation qui menace la tenue des principaux festivals estivaux, le Premier ministre a annoncé jeudi que l'État prendrait à sa charge le délai de carence pour l'indemnisation des intermittents du spectacle tout en refusant de reporter l'agrément de la nouvelle convention chômage.

Pour le syndicat, cette annonce n’est qu’une "mesurette pour passer l'été". "Pas plus qu'une subvention à l'industrie ou au commerce, l'assurance chômage n'est pas une subvention culturelle, c'est un droit de tous les salariés", a estimé la CGT.

Avec AFP

Première publication : 20/06/2014

  • FRANCE

    Le festival d'Avignon menacé par la grève des intermittents

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)