Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

Economie

Alstom se prononce en faveur de l'offre de General Electric

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/06/2014

Le Conseil d'administration d'Alstom s'est officiellement prononcé samedi à l'unanimité pour le projet d'alliance avec General Electric sur ses activités énergie. Une annonce qui met presque fin à un dossier qui rebondit depuis des mois.

Le conseil d'administration d’Alstom a officiellement tranché. L’industriel français a annoncé samedi 21 juin qu’il s'était prononcé à l'unanimité en faveur d'une vente à General Electric d'une partie de sa branche énergie, le groupe confirmant ainsi son choix initial et celui de l'État français.

L'opération se fera à travers un rachat d'actifs pour un montant de 12,35 milliards d'euros puis des créations de co-entreprises, mais aussi à travers une vente à Alstom des activités de signalisation ferroviaire de GE, a confirmé le groupe dans un communiqué.

>> À lire sur FRANCE 24 : Alstom : et si l'État avait réussi son coup?

"L'investissement par Alstom dans ces alliances dans le domaine de l'énergie est estimé à environ 2,5 milliards d'euros en supposant ces co-entreprises sans dette. Ces alliances prévoient des accords d'actionnaires comportant des droits de gouvernance usuels et de liquidité", a-t-il précisé.

Le gouvernement a ouvert vendredi la voie à un accord avec GE, en imposant toutefois de strictes conditions, écartant ainsi une offre rivale du tandem formé par l'allemand Siemens et le japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI).

Un accord "en bonne voie" entre Bouygues et l’État

Plus tôt dans la journée, une source proche du dossier a indiqué qu’un accord entre l'État français et Bouygues était en "bonne voie" concernant le rachat de 20 % des actions d'Alstom.

François Hollande avait dit attendre des "avancées" d'ici samedi soir sur les négociations engagées avec Bouygues, sans quoi l'alliance Alstom-General Electric serait menacée.

Vendredi 20 juin, le ministre français de l’économie Arnaud Montebourg avait annoncé que l'État avait fait le choix de devenir actionnaire principal d'Alstom.

Le rachat d'une partie de la branche énergie d'Alstom par General Electric est entré dans une phase critique, l'État négociant avec Bouygues sur le prix de cession de 20 % du capital d'Alstom, posé comme une condition préalable à cette opération.

Bercy a insisté vendredi pour que l'opération se fasse au prix du marché. L'action Alstom valait 28 euros vendredi à la clôture du marché, soit presque 20 % en deçà de la valorisation inscrite par Bouygues dans ses comptes.

Avec AFP

Première publication : 21/06/2014

  • FRANCE

    L'État devient premier actionnaire d'Alstom

    En savoir plus

  • FRANCE

    Alstom : et si l’État avait réussi son coup ?

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    Alstom : GE dévoile une nouvelle offre pour concurrencer Siemens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)