Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

Brésil: à Manaus, culture classique et théâtre luxuriant contre le football

AFP

Vue intérieure du

Vue intérieure du "Theatro Amazonas" de Manaus le 10 décembre 2013Vue intérieure du "Theatro Amazonas" de Manaus le 10 décembre 2013

Inauguré en 1896 et toujours en activité, le "Theatro Amazonas", symbole rose de la splendeur déchue de Manaus qui fait la fierté de sa population, se dresse au milieu de la jungle, comme un rempart à la nature.

Même en pleine Coupe du monde, cette cathédrale artistique, construite par les "Barons du caoutchouc", en hommage aux dieux des arts ne désemplit pas.

Touristes le jour, amateurs de culture la nuit, les visiteurs se pressent pour admirer des merveilles toujours vivantes à l'intérieur.

En ce soir de ballet folklorique, le public est, comme à son habitude, massé devant ses portes en attendant que la salle ouvre.

Les toilettes sont de sortie, les tenues sont aérées. Il n'y a rien d'extravagant mais les habitants, majoritaires, ont sorti leur plus beaux atours.

Proximité oblige avec la forêt amazonienne, les motifs à fleurs ont la cote.

- Maillots de foot bannis -

Malgré quelques mini-shorts en jean, il n'y a aucune faute de goût. Surtout, c'est le seul endroit de la ville où les maillots de foot sont bannis.

"Tous les matériaux pour le construire ont été importés d'Europe, même le bois, car à l'époque, malgré la forêt, il n'y avait pas d'industrie de transformation à Manaus, explique une porte-parole de l'édifice. Ici, à la Belle époque, il n'y avait que le caoutchouc. Les colonnes viennent de Glasgow, les masques tragiques de Grèce naturellement, les rideaux, le luminaire central et le cristal de France, le verre de Murano et le marbre de Carrare".

Le Théâtre est en effet lié pour l'éternité à cet âge d'or lorsque à la fin du 19e siècle, les forêts d'hévéas des alentours ont fait la richesse de cette ville industrielle qui se réinvente aujourd'hui avec une zone franche accueillant des multinationales étrangères.

Les riches entrepreneurs du "Paris des tropiques" ont donc souhaité la construction d'un temple culturel de 700 places semblable à ceux de la "Vieille Europe". Avec ses subtilités locales.

"A l'époque, il n'y avait pas la climatisation et il faisait horriblement chaud. Donc, on a créé un système avec des disques métalliques placés sous les sièges et reliés à l'air extérieur. La climatisation n'a été installée qu'en 1970 dans le luminaire central", poursuit le guide.

Quatre fois fermée (en 1920, 1943, 1970 et 1990), quatre fois rouverte, la superbe architecture renaissance a résisté au temps et aux assauts de l'enfer vert qui aime grignoter les façades des bâtiments autour.

- Tour Eiffel -

Au plafond, la peinture de la Tour Eiffel, entourée de quatre tableaux figurant la musique, la danse, la comédie et le chant. L'endroit résonne encore des cris d'émerveillement d'un public candide et nettement moins guindé qu'ailleurs.

Tout autour de la salle, des masques représentent les grands dramaturges de l'histoire.

Face à la scène, la loge du gouverneur. Sur les côtés, les alcôves "pour les évêques qui venaient avant tout pour être vus plutôt que pour voir".

Tout en haut, le dôme arbore le drapeau brésilien. Dans la version originale, cela devait être le bleu-blanc-rouge de France en référence à son pays d'origine, mais cela n'a jamais été le cas.

Utilisé tout l'année, le bâtiment accueille également l'orchestre philharmonique local et pratique une politique tarifaire avantageuse, les billets n'excédant pas 20 Reals (environ 7 euros).

Pour des spectacles aussi divers que des opéras, des ballets, des concerts, de musique classique ou plus moderne puisque les rockeurs de White Stripes s'y sont produit en 2005.

Dans les étages, une salle de bal, une loge d'époque reconstituée, ou encore une maquette du théâtre faite avec 30.000 pièces de Lego et fournie en 2001 par la marque danoise. Seule distorsion, celle-ci n'est pas du même rose guimauve que le bâtiment.

"C'est normal. En 1970 la façade a temporairement été repeinte en gris... car la dictature d'alors estimait que cela convenait mieux", sourit encore l'employée d'un théâtre tendrement choyé par les habitants du passé et du présent de Manaus.

Première publication : 21/06/2014