Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • 2e Division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

Les Chemins des Incas déclarés "patrimoine mondial" de l'Unesco

AFP

Photographie du 12 décembre 2012 du Chemin des Incas près du site archéologique d'Huaycan de Cieneguilla à Cieneguilla, à 70 km à l'est de Lima, au PérouPhotographie du 12 décembre 2012 du Chemin des Incas près du site archéologique d'Huaycan de Cieneguilla à Cieneguilla, à 70 km à l'est de Lima, au Pérou

Photographie du 12 décembre 2012 du Chemin des Incas près du site archéologique d'Huaycan de Cieneguilla à Cieneguilla, à 70 km à l'est de Lima, au PérouPhotographie du 12 décembre 2012 du Chemin des Incas près du site archéologique d'Huaycan de Cieneguilla à Cieneguilla, à 70 km à l'est de Lima, au Pérou

Les Chemins des Incas (Qhapaq ñan), un chef-d'oeuvre d'ingénierie préhispanique qui traverse l'Amérique du Sud de bout en bout, a été inscrit samedi à Doha au "patrimoine mondial" par le Comité de l'Unesco.

"Tout comme ces différentes civilisations ont su s'unir à travers le Qhapaq Ñan, nos six pays ont su travailler ensemble et unir leurs volontés", a dit le représentant du Pérou sous les applaudissements.

Voie royale millénaire, les Chemins des Incas (Qhapaq Ñan) relient aujourd'hui le Pérou, le Chili, la Colombie, l'Équateur, l'Argentine et la Bolivie dans un entrelacement de routes construites sur une période de 2.000 ans et culminant parfois à plus de 5.000 mètres d'altitude.

Le classement par l'Unesco au patrimoine mondial devrait permettre à ce site de recueillir des fonds pour sa conservation, sa restauration et son développement touristique.

Tracés le long de la Cordillère des Andes, ces chemins totalisent quelque 30.000 km - dont 6.000 km de route principale et de nombreuses voies secondaires - et convergent vers Cuzco - qui en quechua signifie le "nombril du monde" - la capitale de l'empire Inca (Tawantinsuyo).

Ils reliaient les différentes régions de l'empire Inca du nord de la capitale provinciale de Quito jusqu'au sud de l'actuel Santiago du Chili, ouvrant l'accès à un territoire de trois millions de kilomètres carrés.

"C'est la reconnaissance de l'un des sites les plus importants au monde qui lie une série de chemins construits avant l'empire Inca", indique à l'AFP Luis Lumbreras Flores, chargé du projet Camino Inca au ministère de la Culture péruvien.

La route permettait de rapprocher tous les axes productifs, administratifs et cérémoniels de l'empire Inca, afin d?unifier géographiquement son territoire et de le contrôler.

- Comptabilité des bêtes, naissances et décès -

Ces chemins permettaient des liaisons rapides entre les coins les plus reculés de Tawantinsuyo et comptaient sur un réseau sophistiqué de coursiers (chasquis), porteurs de messages, des quipus (cordelettes de noeuds qui en l'absence d'écriture servaient notamment à tenir la comptabilité des bêtes, des naissances, des décès...).

Selon les historiens, les Chemins des Incas comptaient tous les 7 km un poste fortifié (pukara) qui contrôlait le mouvement des voyageurs et tous les 21 km une auberge (tambo), avant tout destinée aux fonctionnaires de l?empire.

Depuis sept ans, un groupe d'archéologues travaille à la récupération d'un tronçon des Chemins des Incas à Cieneguilla dans la vallée de Lurin, au sud de Lima, le Huaycan, qui était une ancienne voie religieuse que les Incas et les cultures précédentes utilisaient pour atteindre le sanctuaire de Pachacamac, le plus important centre de culte sur la côte Pacifique, où trône le Temple du Soleil.

Selon les archéologues péruviens, certaines sections du réseau routier sont vieilles de plus de 2.000 ans et ont été construites par d'anciennes cultures pré-incas.

La route, qui peut être large de plusieurs mètres, est pavée en plusieurs endroits.

Parallèlement au Qhapaq Ñan, des routes appelées "Yungas" reliaient les villes côtières, avec des voies transversales pénétrant la jungle et l'immense plaine du Gran Chaco (Argentine, Bolivie et Paraguay).

"Il existe plusieurs routes où la population se déplace encore. Il y a encore des dalles et en certains endroits des murs de soutènement des deux côtés de la route", relève pour sa part l'archéologue Cristian Vizconde.

Le chercheur explique également que l'Inca Pachacutec a utilisé les routes existantes et en a construit d'autres reliant les quatre points cardinaux pour le contrôle administratif de ses domaines. Pachacutec a notamment construit la citadelle de Machu Picchu.

Ce mois-ci, un groupe d?archéologues péruviens a découvert une nouvelle section des Chemins des Incas, offrant une perspective différente de la mystérieuse citadelle.

Le tronçon de route long de 1,5 km à 2.700 mètres d'altitude, abrite également un tunnel dont l'intérieur comprend des pierres sculptées, selon le ministère de la Culture.

"On ne peut pas encore voir tout le chemin car il est en grande partie recouvert par la végétation", a indiqué à la presse Fernando Astete, archéologue en chef de Machu Picchu.

"Ce chemin doit être restauré et mis en valeur en raison de son importance patrimoniale", a-t-il insisté.

Première publication : 21/06/2014