Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

Les "metalpapys" mettent le feu au Hellfest

AFP

Vue aérienne d'un concert au Hellfest le 20 juin 2014 à Clisson, en Loire-AtlantiqueVue aérienne d'un concert au Hellfest le 20 juin 2014 à Clisson, en Loire-Atlantique

Vue aérienne d'un concert au Hellfest le 20 juin 2014 à Clisson, en Loire-AtlantiqueVue aérienne d'un concert au Hellfest le 20 juin 2014 à Clisson, en Loire-Atlantique

Les "metalpapys" Aerosmith et Deep Purple, "papes" du hard rock et du metal, ont rassemblé samedi soir au Hellfest plusieurs dizaines de milliers de festivaliers, dont de nombreux quinquas et sexagénaires, fans de leurs débuts, mêlés aux jeunes "metalleux".

Pour compléter cette machine à remonter le temps, Ben Barbaud, le jeune patron de ce festival devenu en dix ans le plus gros de France et l'un des plus importants d'Europe dans ce style de musique, a offert en "apéritif" les encore plus anciens Status Quo, groupe britannique du début des années 60.

Devant un public acquis, ceux-ci ont rejoué leurs tubes "You're in the army now" et "Whatever you want".

Attirés par les idoles de leurs vingt ans, de nombreux quinquagénaires et sexagénaires ont franchi pour la première fois l'entrée de ce festival qui transforme la paisible cité médiévale de Clisson, au coeur du vignoble nantais, en Mecque de la musique "metal".

"C'est un pèlerinage, comme il y a des personnes qui vont à Lourdes, moi, je vais au Hellfest", explique Muriel, 60 ans, qui reprend des forces à l'ombre, entre deux concerts.

"Je suis génération Iron Maiden, il y a 21 ans que j'ai vu Aerosmith en concert", ajoute cette "mamie", cheveux teints en noir et boucles d'oreille en forme de tête de mort. "C'est la 3ème fois que je viens au Hellfest: c'est pour se souvenir du temps passé et profiter du temps qui reste", ajoute Muriel, venue de Carcassonne avec son fils et un de ses amis.

- "Mon Woodstock à moi" -

En famille aussi, Christian, 61 ans, partage une bière avec son fils Mathias, 29 ans et l'un des amis de ce dernier. Là, c'est le jeune - six Hellfest au compteur - qui a emmené l'ancien (deux Hellfest, comme bénévole).

"Le Hellfest, c'est mon Woodstock à moi", soupire Christian, qui ne cache pas sa joie.

"Moi, je l'emmène sur les choses les plus extrêmes et on va voir les groupes un peu +old school+ ensemble, Iron Maiden hier soir, ce genre de choses. C'est une musique qui a beaucoup évolué et qui peut fédérer vraiment beaucoup de monde", explique Mathias.

Visiblement impressionnés par l'ampleur du festival, Claude et Nicole, 62 ans tous deux, se tiennent un peu à l'écart des sorties tonitruantes des Marseillais du groupe Dagoba, qui occupent la scène en fin d'après-midi. "Ce sont nos enfants qui nous ont offert les billets", explique Claude.

"Dagoba, non, c'est trop extrême: on vient pour Status Quo, Deep Purple, on les écoutait quand nous étions jeunes", explique-il. "Mais les gens ici sont très gentils, ils s'excusent quand ils vous bousculent", souligne Nicole. Les groupes du soir, Deep Purple, Aerosmith, "ça va me rappeler quand on avait 20 ans, quand on s'est rencontrés", ajoute-t-elle.

Autour de ces paisibles retraités des Sables-d'Olonne (Vendée) vêtus sobrement de pantalons et chemises circulent, mélangés, tous les styles et excentricités drainés par le metal et le rock: un Jésus avec sa couronne d'épines, deux moines en robe de laine à qui le soleil se charge de faire regretter leur choix sacrilège de déguisement, des metalleux en noir et longs cheveux, des succubes ultra sexy en dessous de cuir...

"Cette ambiance, ça me rappelle AC/DC, The Clash, Motörhead...", soupire avec nostalgie Marie-Hélène, 53 ans, venue du Finistère. "Les Clash je les ai vus il y a 30 ans, quand ils commençaient... Quand mes gamins, à 20 ans, m'ont dit: +Maman, tu connais ça?+ en parlant d'eux, j'ai ressorti mes cassettes", sourit-elle. "Je me dis qu'ils ont bon goût...".

Mais cette infirmière n'entend pas s'en tenir aux groupes de ses vingt ans: "nous sommes allés voir "Trollfest" et aussi "Supuration", cela m'a fait sourire avec mon métier, et j'ai trouvé cela très bien...".

Première publication : 21/06/2014