Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Espagne : dans l'enfer des exploitations de fraises

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ortega Basta"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Google à l'amende pour "abus de position dominante" : les leçons du cas Microsoft

En savoir plus

LE DÉBAT

Nicaragua : la fuite en avant d'Ortega

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Paul Sanchez est revenu" et "Fleuve noir" : noir, c'est noir

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Israël, "État-nation du peuple juif" : un projet de loi controversé

En savoir plus

FOCUS

Pour trouver un emploi, les jeunes Chinoises passent sous le bistouri

En savoir plus

FACE À FACE

Mondial-2018 : une victoire pour les Bleus... et Emmanuel Macron ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

En savoir plus

Asie - pacifique

Présidentielle afghane : manifestations anti-fraude à Kaboul

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/06/2014

Plus d'un millier d'Afghans ont défilé samedi pour protester contre des irrégularités dénoncées par le favori à la présidentielle Abdullah Abdullah. Les manifestants, qui ne se réclament pas de ce dernier, affirment "agir pour la démocratie".

Ils ont défilé dans le calme. Plus d'un millier de manifestants anti-fraude ont manifesté samedi 21 juin à Kaboul, en pleine crise politique déclenchée par Abdullah Abdullah, le candidat arrivé en tête au premier tour de la présidentielle, qui dénonce des irrégularités "flagrantes" à son détriment.

Si les manifestants ne se réclament pas de M. Abdullah, affirmant qu'il s'agit d'un mouvement "pour la démocratie et contre la fraude", leurs revendications correspondent aux demandes formulées par le candidat.

Plusieurs cortèges ont arpenté les rues de Kaboul jusqu'à la mi-journée. Particulièrement déterminés, les manifestants brandissaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : "Nous défendrons notre vote, jusqu'à la dernière goutte de notre sang". Les cortèges se sont ensuite rejoints dans le nord de la ville près de l'aéroport, avant de se disperser sans incidents.

La tension est vive dans la capitale depuis le second tour, qui a opposé l'ancien ministre des Affaires étrangères Abdullah Abdullah à Ashraf Ghani, ancien économiste à la Banque mondiale. Ce dernier dit ne plus avoir confiance dans les organismes électoraux, qu'il accuse de fraude massive. Il souhaite que le dépouillement du scrutin soit interrompu et a invité les Nations unies à se saisir du dossier.

Inquiétude de la communauté internationale

Ces manifestations, placées sous haute surveillance, interviennent dans un contexte de crise aiguë, après un second tour, le 14 juin, qui s'est pourtant déroulé sans violences majeures et qui a été salué comme un succès par la communauté internationale. Car ce scrutin marque un tournant crucial en Afghanistan, après 13 années de présidence d'Hamid Karzaï qui dirige le pays depuis la chute des talibans en 2001. D'autant que ce premier passage de relais d'un président élu à un autre devrait s'effectuer au moment du retrait des troupes de l'Otan d'ici à la fin 2014.

D'où l'inquiétude de la communauté internationale à mesure que la tension monte entre les partisans des deux candidats, Abdullah Abdullah, arrivé en tête au premier tour de la présidentielle le 5 avril avec 45 % des voix et son rival Ashraf Ghani (31,6 %).

En 2009, M. Abdullah s'était retiré au deuxième tour de la présidentielle en évoquant des fraudes, laissant de facto la présidence à Hamid Karzaï.

Des résultats préliminaires sont attendus le 2 juillet et l'IEC prévoit de proclamer le nom du nouveau président le 22 juillet.

Avec AFP et Reuters
 

Première publication : 22/06/2014

  • AFGHANISTAN

    Abdullah en tête de la présidentielle afghane, selon des résultats partiels

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Le favori de la présidentielle afghane, Abdullah Abdullah, échappe à un attentat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)