Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Une femme "moderne" ne peut pas être victime de violences conjugales"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'argent, tabou des députés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC: "Nous n'excluons pas des mesures de rétorsion contre l'UE" (Léonard She Okitundu)

En savoir plus

LE DÉBAT

One Planet Summit : Sans les Etats-Unis, qui va payer pour le climat ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "La droite devrait prendre le temps de la réflexion"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "Chirac est à l'origine de la prise de conscience" sur l'environnement

En savoir plus

FOCUS

En Espagne, le Tage est en danger

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La "très grande mélancolie" de Lamia Ziadé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 23/06/2014

"Retenez-moi ou je fais un malheur"

© France 24

Presse française, Lundi 23 juin 2014. Au menu de cette revue de presse, le rachat d’Alstom par General Electric, et l’entrée au capital de l’Etat, la fin de l’écotaxe (ou presque), et les comptes de l’UMP (la suite).

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
A la Une de la presse française, ce matin, l’épilogue du feuilleton Alstom.
 
C’est finalement l’américain General Electric qui reprend la branche énergie de l’entreprise française, dans laquelle l’Etat entre également au capital, à hauteur de 20 %. Les Echos évoquent un accord obtenu «contre toute attente» entre le gouvernement et le groupe américain, qui s’opposait jusque là au tandem Mitsubishi-Siemens.
 
Une décision «très politique», d’après le Figaro, qui estime que la participation de l’Etat pourrait coûter 2 milliards d’euros - le résultat du «coup de force» d’Arnaud Montebourg, qui «à force d’intimidations et de menaces, a exigé et obtenu avec Alstom le scalp industriel qu’il cherchait depuis le naufrage de Florange». Le journal s’indigne au passage du «traitement réservé à l’allemand Siemens», et de la «quasi-expropriation de Bouygues du capital d’Alstom au bénéfice de l’État».
 
Pour l’Opinion, qui évoque un «échec sur toute la ligne» pour le gouvernement, c’est effectivement la menace de démission brandie par le ministre de l’Economie et «sa comédie du «retenez-moi ou je fais un malheur»», qui aurait fini par faire «céder François Hollande».
 
Echec également aux yeux de l’Humanité, pour qui l’Etat aurait pris la décision de s’engager «pour mieux brader Alstom». Le journal évoque une prise de participation destinée à «masquer la capitulation devant General Electric», un «écart vertigineux entre la nostalgie d’un patriotisme économique et la conversion des sociaux-libéraux aux logiques du capitalisme mondialisé».
 
Patriotisme économique, quelle est la réalité du mantra d’Arnaud Montebourg? Pour le prof d’économie Arnaud Delaigue, dans Libération, le problème de l’interventionnisme à la française, c’est qu’il est «biaisé par (une) communication» qui ne changerait pas «la réalité sous-jacente»: «un Etat qui n’a plus les moyens de son ambitions, un brancardier de secteurs en déclin, une baisse inexorable de l’emploi industriel en France, comme partout dans le monde».
 
C’est là un reproche assez semblable à celui  adressé au gouvernement dans l’affaire de l’écotaxe, abandonnée finalement au profit d’un «péage de transit» pour les poids lourds, sur 4000 et non plus 15 000 km. Pour le Figaro, il s’agit d’un nouveau «recul» du gouvernement, qui pourrait se chiffrer par une perte de 400 millions d’euros.
 
Là encore, l’Etat pourrait annoncer une entrée au capital d’Ecoumouv, le consortium franco-italien chargé de récupérer cette taxe - revoilà l’apparition de «l’Etat-magie», ironisent les Echos.
 
Il est toujours question, enfin, des comptes de l’UMP, et de l’affaire Bygmalion. Libération a consulté la comptabilité des 44 meetings de l’ex-candidat en 2012, et livre quelques détails sur «les vraies factures» - des «coûts sans fonds», «délirants». D’après Libé, «Nicolas Sarkozy doit (désormais) apporter des réponses à ces factures, s’expliquer sur les dépenses somptuaires de sa campagne».
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

13/12/2017 Revue de presse internationale

"Une femme "moderne" ne peut pas être victime de violences conjugales"

Au menu de cette revue de presse internationale, mercredi 13 décembre, la victoire du démocrate Doug Jones à la sénatoriale d’Alabama, face à l’ultra-conservateur Roy Moore. Le...

En savoir plus

13/12/2017 Revue de presse française

"L'argent, tabou des députés"

Au menu de cette revue de presse française, mercredi 13 décembre, le sommet, aujourd’hui à Paris, du G5 Sahel, le bilan du «One planet Summit» qui s’est aussi tenu à Paris, hier....

En savoir plus

12/12/2017 Revue de presse internationale

"Trump, la Lune, Mars, et au-delà"

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 12 décembre, le «One planet Summit», qui se tient aujourd’hui à Boulogne-Billancourt, près de Paris. Une campagne...

En savoir plus

12/12/2017 Revue de presse française

"L'exploration du monde, c'est la nature humaine"

Au menu de cette revue de presse française, mardi 12 décembre, le "One planet Summit" qui se tient aujourd’hui près de Paris. La décision de Xavier Bertrand de quitter les...

En savoir plus

11/12/2017 Revue de presse internationale

"Super Poutine"

Au menu de cette revue de presse internationale du lundi 11 décembre : la rencontre entre Benyamin Netanyahou et Emmanuel Macron, quatre jours après la décision de Donald Trump...

En savoir plus