Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Burkina faso autorise l'exhumation de la dépouille présumée de Thomas Sankara

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

World Press Photo : l’un des lauréats perd son prix

En savoir plus

POLITIQUE

"La réintégration de l’Iran dans la politique mondiale est nécessaire"

En savoir plus

POLITIQUE

"Marine Le Pen incarne un parti résolument anti-libéral de droite"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Évasion fiscale : "En 3 ans, les États ont pu récupérer 37 milliards d'euros"

En savoir plus

FOCUS

Mexique : les déplacés de la guerre des cartels

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hugh Jackman dans "Chappie" : enfin un rôle de méchant!

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Départementales : l'UMP et le PS vent debout contre le FN

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "La situation s'est beaucoup améliorée"

En savoir plus

Tous les jours, le regard des internautes sur l’actualité et un point tout en image sur ce qui fait le buzz sur la toile. Du lundi au vendredi, à 8h20.

SUR LE NET

SUR LE NET

Dernière modification : 23/06/2014

Mobilisation en ligne contre un compte Instagram koweïtien

Au sommaire de cette édition : la Toile se mobilise avec succès pour la fermeture d’un compte Instagram koweïtien ; des adolescentes américaines s’attaquent aux codes vestimentaires dans les écoles ; et une artiste utilise un ballon de football pour réaliser des portraits géants.

MOBILISATION EN LIGNE CONTRE UN COMPTE INSTAGRAM KOWEÏTIEN

Cette page est introuvable… voici le message que peuvent lire les internautes qui désirent accéder à ce compte Instagram créé début juin par un utilisateur koweïtien. Une page qui s’est rapidement retrouvé au cœur d’une intense polémique sur la Toile puisque son créateur incitait ses compatriotes à y publier des photos de leurs domestiques ayant pris la fuite en abandonnant leur poste. Une initiative dénoncée par les internautes qui se sont largement mobilisés sur les réseaux sociaux pour faire fermer le compte controversé. 

Ils sont en effet nombreux à avoir investi la Toile pour exprimer leur indignation face à un tel compte et appeler les responsables d’Instagram à en bloquer l’accès au plus vite. Une demande notamment relayée sur Twitter ou des dizaines d’utilisateurs ont publié des messages invitant le site de partage photo à mettre un terme aux activités de l’administrateur de cette page qualifiée de particulièrement nauséabonde.

Une mobilisation en ligne qui a donc fini par payer puisque le fameux compte est désormais inaccessible mais que certains, au Koweït, remettent en cause. Ainsi, comme l’explique l’ONG Migrant Rights qui s’est penchée sur cette affaire sur son site, la page controversée jouissait d’une importante popularité dans le pays avant sa fermeture. Une initiative présentée par ses défenseurs comme utile pour identifier, par exemple, le personnel de maison qui ne serait pas digne de confiance…

USA : DES ADOLESCENTES DÉNONCENT LE SEXISME À L’ÉCOLE

#I am more than a distraction, qui signifie en français je suis plus qu’une distraction est le hashtag qu’utilisent actuellement des dizaines de collégiennes et lycéennes américaines pour dénoncer sur les réseaux sociaux les codes vestimentaires trop strictes qu’on leur impose à l’école. Une campagne qui trouve un large écho sur la Toile locale.

Des centaines d’internautes s’attaquent en effet aux interdictions faites aux filles de porter des pantalons moulants, des jupes courtes ou des robes jugées provocantes. Des règlements vestimentaires qui se multiplient dans les écoles américaines à l’approche de l’été et qui, d’après leurs détracteurs, sont généralement édictés par les établissements au seul motif que des habits trop légers risquent de distraire les garçons.

Des arguments inadmissibles pour la blogueuse Jennifer Weiss-Wolf qui estime que ces codes vestimentaires stricts sont sexistes et accréditent l’idée que les filles sont responsables du comportement des garçons. Un point de vue partagé par Margaret Hodson, qui avance dans un article publié sur Slate.com que ces règlements sont le reflet d’une culture qui souhaite contrôler le corps des jeunes filles alors que les écoles devraient plutôt se battre pour promouvoir l’égalité homme-femme.

Une vision en partie rejetée par cette institutrice qui met, elle, en cause le comportement de certains parents. En incitant leurs enfants à transgresser les règles vestimentaires imposées par leur école, ils leur donneraient ainsi de mauvaises habitudes. Dans quelques années, explique-t-elle, ces adolescentes devront s’adapter au monde réel pour trouver un travail et il leur faudra alors se conformer aux règles, sous peine d’être renvoyées.

TENDANCE DU JOUR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

« Bathrobecrusader » est le nom d’un compte Instagram créé par un étudiant sur lequel il partage les photos de ses voyages à Paris, Londres ou encore en Suisse. Des clichés surprenants puisqu’ils mettent tous en scène le jeune homme portant une robe de chambre bleue marine. Une initiative loufoque qui n'a pas tardé à susciter l'engouement des internautes. Des utilisateurs du web qui se demandent notamment quelle sera la prochaine destination du mystérieux auteur de ces photos qui pour l’heure n’a toujours pas révélé son identité.

LES PANNEAUX DE SIGNALISATION DÉTOURNÉS

Détourner les panneaux de signalisation routiers des plus grandes villes européennes à l'aide d'autocollants. C'est le travail décalé effectué par le peintre et sculpteur français Clet Abraham. Une manière pour lui de dénoncer avec humour les règlementations et les interdictions en tout genre du code de la route sans jamais mettre en péril la compréhension des panneaux. Des créations poétiques et amusantes que les internautes pourront retrouver sur la page Facebook de l'artiste.

LES PERSONNAGES DE LA CULTURE POPULAIRE REVISITÉS

Rendre hommage aux célébrités et aux personnages fictifs les plus marquants de la « pop-culture » tels que le chanteur sud-coréen Psy, l’entrepreneur américain Steve Jobs ou encore l’apprenti sorcier Harry Potter en les représentant de manière minimaliste… c’est ce qu’a souhaité réaliser le studio de design espagnol Hey dans sa série baptisée « Every Hey ». Des illustrations simplistes à découvrir sur le compte Instagram du projet.

VIDÉO DU JOUR

Un ballon de football et quelques pots de peinture, voici les drôles d’instruments dont s’est servi l’artiste Hong Yi alias Red pour réaliser une gigantesque fresque mettant à l’honneur 3 stars présentes au Brésil pour disputer la Coupe du monde : Neymar, Messi et Ronaldo. Un travail qui offre un résultat particulièrement réussi comme on peut le voir dans cette vidéo mise en ligne sur le compte YouTube Red Hongyi.
 

Par Electron Libre

COMMENTAIRE(S)

Les archives

05/03/2015 sécurité

France : la vidéo d'une accidentée de la route émeut la Toile

Au sommaire de cette édition : la vidéo d’une accidentée de la route émeut la Toile française; les internautes libanais réclament l’instauration du mariage civil dans le pays; et...

En savoir plus

04/03/2015 Réseaux sociaux

Égypte : la Toile se moque de l'organisation de l'État islamique

Au sommaire de cette édition : la Toile égyptienne se moque de l’organisation de l’Etat islamique; les internautes canadiens volent au secours d’une femme musulmane; et un chat...

En savoir plus

03/03/2015 Réseaux sociaux

La police de Los Angeles accusée d'avoir tué un sans-abri

Au sommaire de cette édition : la police de Los Angeles est vivement critiquée par les internautes américains; les étudiants espagnols protestent contre une réforme...

En savoir plus

02/03/2015 Réseaux sociaux

La Toile russe rend hommage à Boris Nemtsov

Au sommaire de cette édition : la Toile russe rend hommage à Boris Nemtsov; en Autriche, une nouvelle loi encadrant la pratique de l’Islam crée la polémique; et des Japonais...

En savoir plus

28/02/2015 Réseaux sociaux

La lutte contre les propos haineux s'organise sur internet

Déposer directement en ligne des plaintes pénales visant les messages de haine sur Internet et notamment le racisme, l’antisémitisme ou l’apologie du terrorisme. Voici ce que...

En savoir plus