Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée : l'absence de stratégie en Europe mise en cause

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide des Arméniens : déni et mémoire se côtoient cent ans après

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Afrique

Ebola en Afrique de l’Ouest : "Une épidémie hors de contrôle"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/06/2014

L'épidémie de fièvre Ebola qui sévit en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone est "d'une ampleur sans précédent", a prévenu Médecins sans frontières. L'ONG, qui a déjà pris en charge 470 patients, dit avoir atteint ses limites.

"L'épidémie est aujourd'hui hors de contrôle", a prévenu sur FRANCE 24 le docteur Bart Janssens, directeur des opérations de Médecins Sans Frontières (MSF), mardi 24 juin. L'ONG tire la sonnette d'alarme : le virus Ebola qui se propage est "d'une ampleur sans précédent de par sa répartition géographique, de par le nombre de cas et le nombre de victimes". 

Au total, 60 foyers de fièvre hémorragique sont identifiés en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone. Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), 567 cas ont été enregistrés depuis le début de l'année, dont 385 ont été confirmés par des analyses comme étant dus au virus Ebola. Au total, 350 personnes sont mortes.

>> À (re)lire sur FRANCE 24 : Tout ce qu'il faut savoir sur le virus Ebola

La Guinée, d'où la flambée est partie, est le pays le plus affecté avec 390 cas de fièvre (dont 267 mortels). Parmi les zones les plus affectées, figurent Guéckédou, Macenta (sud) et Conakry, la capitale, ainsi que Telimélé, Boffa (ouest) et Kouroussa (est), d'après l'OMS.

Besoin de ressources supplémentaires

Le virus n'avait jamais été décelé dans cette région d'Afrique, ce qui complique les opérations sanitaires, précise Bart Janssens. Selon MSF, "la recrudescence de cas d'Ebola en Afrique de l'Ouest est due à la mobilité de la population qui assiste à des funérailles, où les mesures de contrôle de l'infection ne sont pas appliquées".

"L'OMS, les autorités des pays touchés et des pays limitrophes doivent déployer des efforts à la hauteur de l'ampleur de cette épidémie, a estimé Bart Janssens. Il faut notamment mettre à disposition du personnel médical qualifié, organiser des formations à la prise en charge de l'Ebola et intensifier le suivi des contacts et la sensibilisation auprès des populations".

Campagne de mobilisation

L'ONG souligne par ailleurs que la société civile et les autorités politiques et religieuses n'ont, pour l'instant, pas pris la pleine mesure de la situation. Le ministre guinéen de la Santé, Rémy Lamah, a rejeté les déclarations de MSF, déclarant qu'elles ne reflétaient pas la réalité de la situation.

Tous les contacts de chaque malade "doivent être suivis pour éviter de nouveaux cas", prévient Bart Janssens. Et il faut aussi continuer la campagne de communication pour éviter de nouvelles transmissions de la maladie". Grâce à la sensibilisation de la population, les habitants ont compris les risques et prennent des précautions individuelles, a indiqué à l'AFP Momodu Momoh, directeur d'école au Sierra Leone. Selon lui, beaucoup se promènent en permanence avec des solutions chlorées qu'ils utilisent comme désinfectant.

Le dernier bilan de cette vague, la plus meurtrière depuis la première apparition de la maladie en Afrique centrale en 1976, s'élève à 350 morts depuis le mois de février, selon l'Organisation mondiale de la santé.

Il n'existe actuellement ni vaccin ni traitement pour cette maladie, une fièvre hémorragique foudroyante dont le taux de mortalité peut atteindre 90%.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 24/06/2014

  • SANTÉ

    Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • SANTÉ

    La propagation d’Ebola en Afrique de l’Ouest inquiète l’OMS

    En savoir plus

  • MALI

    Virus Ebola : trois cas suspects enregistrés au Mali

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)