Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

"Manif pour Tous" : le retour d'une droite réactionnaire ?

En savoir plus

La visite de François Hollande au Pape : quels enjeux ?

En savoir plus

"Affaire Gayet" : moralité et pouvoir sont-ils compatibles ?

En savoir plus

L'affaire Dieudonné : la liberté d'expression en question ?

En savoir plus

Intervention en Centrafique : une certaine idée de la France ?

En savoir plus

Prostitution en France : faut-il pénaliser le client ?

En savoir plus

Montée du racisme en France : fanstasme ou réalité ?

En savoir plus

Impopularité record : François Hollande dans une impasse ?

En savoir plus

Droit du sol : une réforme nécessaire ?

En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • En direct : François Hollande face à la presse

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

Economie

"Game of Thrones" : du sang, du sexe et de l’argent pour l’Irlande du Nord

© Flickr

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 27/06/2014

La province britannique d'Irlande du Nord doit beaucoup, notamment économiquement, à la série "Game of Thrones", l'une des plus appréciées au monde, dont la quatrième saison vient de s'achever.

La quatrième saison de "Game of Thrones" (GoT) s’est achevée le 16 juin. Pour des millions de fans à travers le monde débute un an d’attente avant de pouvoir retrouver les Stark ou les Lannister dans leur lutte sans merci pour savoir qui va pouvoir s’asseoir sur le trône de fer inventé par l’écrivain George R. R. Martin. Une partie d'entre eux poussent, cependant, la "fan-attitude" jusqu’à vouloir visiter les lieux réels qui servent de décors à cette saga d'heroic fantasy à forte dimension politique. Pour le plus grand bonheur de l'Irlande du Nord et son économie.

C'est dans cette province britannique que les équipes de tournage de la chaîne HBO ont posé, depuis quatre ans, leurs caméras pour rendre réels les paysages de Winterfell - la région d'origine de la famille Stark -, de King's Road et plus généralement de 75 % du monde imaginaire de Westeros. Cette opportunité n’a pas échappé à l’office du Tourisme d’Irlande du Nord qui a mis en ligne, depuis un an, un guide des lieux à visiter pour tout pèlerin de GoT qui se respecte. Les autorités espèrent que la popularité de la série - l’épisode final de la quatrième saison a été vu par sept millions de personnes aux États-Unis - va faire passer le nombre de vacanciers de 1,8 million en 2013 à deux millions en 2016. Grâce à HBO, l’Irlande du Nord espère donc accueillir davantage de touristes qu’elle ne compte d’habitants (1,8 million).

110 millions d’euros en quatre ans

À en croire les tour-opérateurs nord-irlandais spécialisés, l’objectif devrait être facile à atteindre. Les "Game of Thrones Tour" ou l'itinéraire découverte concocté par l’agence de voyage "McComb’s Travel" profitent à fond de la popularité de la série. Les réservations pour ces escapades sur les traces des héros de GoT ont atteint un pic après la diffusion du dernier épisode de la saison 4, affirme le magazine américain "Hollywood Reporter". "Ce qui est intéressant, c’est que les personnes qui réservent chez nous reconnaissent qu’ils n’auraient jamais pensé à l’Irlande du Nord comme destination de vacances sans la série", assure Christine McComb, copropriétaire de McComb’s Travel au quotidien "The Guardian".

Mais pour l’Irlande du Nord, "Game of Thrones" n’est pas qu’une manne à touristes. D'après les autorités de la province britannique, HBO a injecté en quatre ans 87,6 millions de livres sterling (110 millions d’euros) dans l’économie locale, ce qui donne un sacré retour sur investissement. L’Irlande du Nord avait, en effet, dépensé 10 millions de livres sterling (12,5 millions d’euros) en incitations fiscales et développement des structures de production cinématographiques pour convaincre HBO de franchir l'Atlantique. En tout, 6 000 emplois (fixes et intérimaires) ont été créés en deux ans grâce à la série, assure "The Guardian".

Une grande partie d’entre eux se retrouve dans l’industrie du divertissement, avec, en plus de quatre ans, une augmentation de 12,3 % du nombre d’emplois dans ce secteur. En fait, Game of Thrones est essentiellement responsable de l’éclosion de l’industrie nord-irlandaise du film. “C’est un secteur qui a dorénavant vraiment vocation à gagner en importance”, assure Arlène Foster, ministre nord-irlandaise de l’Entreprise, du Commerce et de l’Investissement, interrogée par le “Hollywood Reporter”.

GoT plus fort que l’IRA ?

“L’effet de Game of Thrones a été immense [pour l’industrie locale du cinéma, ndlr], nous avons maintenant des équipes extrêmement douées pour les effets spéciaux, pour la production et nous disposons des équipements nécessaires”, souligne à la chaîne britannique BBC Clare Campbell, l’une des responsables de Yellow Moon, une société nord-irlandaise de postproduction qui a travaillé sur la série.

L’Irlande du Nord a également un autre avantage pour l’industrie du cinéma. La plupart des décors naturels qui ont tant séduit HBO ne sont qu’à quelques kilomètres des studios à Belfast. Un gain de temps, et donc d’argent, non-négligeable pour des studios souvent soumis à des contraintes financières.

L’effet GoT sur l’attractivité cinématographique de l’Irlande du Nord a déjà commencé à se faire sentir. “Dracula Untold”, le prochain film de vampires d’Universal Studios, a également été tourné dans cette province britannique, et Ridley Scott a commencé à réaliser à Belfast son adaptation de la très populaire franchise de jeux vidéo “Halo”.

Et il n’y a pas que les retombées directes. “La série a permis de donner une bonne image de l’Irlande du Nord, ce qui est toujours positif pour les affaires”, souligne Graham Bronwlow, un économiste de la Queens University de Belfast au “Hollywood Reporter”. Jusqu’à présent, l’Irlande du Nord rimait pour beaucoup avec violences interconfessionnelles et Game of Thrones a permis de montrer d’autres facettes de la province aux spectateurs comme aux professionnels du cinéma.

Le succès de la série promet à l’Irlande du Nord de pouvoir engranger des dividendes encore quelques années puisque HBO compte faire durer GoT au moins sept saisons.


Elizabeth II a également succombé à "Game of Thrones": à l'occasion d'une visite en Irlande du Nord, elle s'est rendue, mardi 24 juin, dans les Titanic studios de Belfast où son tournées les épisodes. Elle a rencontré plusieurs acteurs de cette production télévisée adaptée du "Trône de fer", une série de romans écrits par George R. R. Martin. Et sur les réseaux sociaux, la British Monarchy propose notamment une photo de la Reine à côté du trône tellement convoité dans la série. 

Première publication : 24/06/2014

  • TÉLÉVISION

    Netflix et le culte du big data : la traque des habitudes du télespectateur

    En savoir plus

  • TÉLÉVISION

    Emmy Awards : “Breaking Bad” coiffe ses concurrents au poteau

    En savoir plus

  • TÉLÉVISION

    Quand la série "Homeland" écorne l'image du Liban

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)