Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le coup de foudre aquatique de Samir Guesmi

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les enfants syriens à l'usine plutôt qu'à l'école

En savoir plus

FOCUS

Le lithium bolivien : une arlésienne ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Brexit : "See EU Later !"

En savoir plus

FACE À FACE

Brexit : le sursaut des politiques français

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : trois morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

Culture

Décès d'Eli Wallach, le célèbre "truand" de Sergio Leone

© AFP - Acteur protéiforme, Eli Wallach est décédé mardi à l'âge de 98 ans.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/06/2014

Devenu célèbre pour son rôle d’incorrigible fripouille dans le mythique western "Le Bon, la Brute et le Truand", Eli Wallach est décédé mardi à l’âge de 98 ans. L’acteur américain avait tourné avec les plus grands réalisateurs d’Hollywood.

L'acteur américain Eli Wallach, connu notamment pour avoir incarné Tuco dans le western "Le Bon, la Brute et le Truand" de Sergio Leone, est décédé mardi 24 juin à l'âge de 98 ans, a rapporté le "New York Times" en citant sa fille Katherine. Les dernières apparitions de ce géant d'Hollywood remontaient à 2010 dans le film d'Oliver Stone "Wall Street : l'argent ne dort jamais" et "The Ghost Writer" de Roman Polanski.

Eli Wallach est apparu au générique de quelque 80 films. En 2010, le comédien avait reçu un Oscar honorifique pour l'ensemble de sa carrière, qui s'est prolongée plus de 60 ans. L'académie avait, à cette occasion, salué un acteur "caméléon, capable de se glisser sans effort dans la peau d'un large éventail de personnages".

Extraits du western "Le Bon, la Brute et le Truand"

Né à Brooklyn, Eli Wallach a débuté sa carrière d'acteur par le théâtre avant d'entrer en 1948 dans la prestigieuse Actors Studio. Dans les années 1950, il a remporté un Tony, qui récompense les acteurs de théâtre, pour son rôle de chauffeur de camion dans la pièce de Tennessee Williams "The Rose Tattoo".

En 1956, à 40 ans passés, il fera des débuts remarqués au cinéma dans "Baby Doll" sous la direction d'Elia Kazan. Suivront en 1960 un autre classique du cinéma "Les Sept Mercenaires" signé John Sturges puis "Les Désaxés" de John Huston avec Clark Gable et Marilyn Monroe, en 1961, ou encore "Lord Jim" de Richard Brooks en 1965.

La quintessence du western-spaghetti

Mais c'est définitivement son rôle de Tuco, volubile criminel et complice de circonstance de "Blondin" (Clint Eastwood), dans "Le Bon, la Brute et le Truand" de Sergio Leone qui le fait connaître dans le monde entier. Sorti en 1966, le film est devenu non seulement l'un des westerns les plus connus au cinéma mais est également considéré comme l'incarnation du western-spaghetti. De cette œuvre mythique, seuls Clint Eastwood et Ennio Morricone, qui a signé la célèbre musique, sont encore vivants, a rappelé sur Twitter Gilles Jacob, l’ancien président du Festival de Cannes.

Par la suite, Eli Wallach a tourné dans "Le Parrain III" (1990) sous la direction de Francis Ford Coppola, dans lequel il jouait le rôle de Don Altobello. Parmi les autres grands noms d’Hollywood pour qui il avait tourné, on trouve John Ford, William Wyler, Stanley Donen, Irwin Winckler mais aussi Jack Nicholson et Edward Norton.

Eli Wallach avait également tourné dans un des plus grands succès populaire du cinéma français : "Le Cerveau" de Gérard Oury avec Jean-Paul Belmondo et Bourvil.

Avec AFP

Première publication : 25/06/2014

COMMENTAIRE(S)