Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Afrique

Une militante des droits de l’Homme assassinée à Benghazi

© Vital Voices

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/06/2014

Salwa Bouguiguis, une militante des droits de l'Homme très active durant la révolution libyenne en 2011, a été tuée par balle par des inconnus, mercredi soir à Benghazi. Son mari est, lui, porté disparu.

Salwa Bouguiguis, une avocate et militante des droits de l'Homme, a été tuée par des inconnus, mercredi soir à son domicile à Benghazi, dans l'est de la Libye, a-t-on appris de source hospitalière. "Des hommes inconnus cagoulés et qui portaient des uniformes militaires ont attaqué Mme Bouguiguis dans sa maison et ont tiré sur elle", a indiqué à l'AFP un responsable de sécurité sous couvert de l'anonymat.

"Mme Bouguiguis est arrivée dans un état critique au Centre médical de Benghazi où elle a succombé à ses blessures peu de temps plus tard", a indiqué à l'AFP un porte-parole de cet hôpital. "Mme Bouguiguis a été par ailleurs poignardée sur plusieurs parties du corps. Mais elle est morte d’une balle dans la tête", a ajouté ce porte-parole sous couvert de l'anonymat.

Sur son compte Twitter, l'ambassadrice américaine en Libye Deborah Jones a dénoncé "un acte ignoble, lâche et honteux contre une femme courageuse et une vraie patriote libyenne".

Par ailleurs, le mari de Mme Bouguiguis, qui aurait été dans la maison au moment de l'attaque, est porté disparu, selon un membre de la famille.

"Nous avons perdu tout contact avec lui", a indiqué la même source, précisant qu'un gardien de la maison a été blessé par balle mais ses jours ne sont pas en danger.

Benghazi, fief d'islamistes radicaux

Mme Bouguiguis, une féministe libérale, avait activement participé à la révolution de 2011 qui a renversé le régime de Mouammar Kadhafi. Ex-membre du Conseil national de transition (CNT), ex-bras politique de la rébellion, elle était la vice-présidente d'un Comité préparatoire pour le dialogue national en Libye.

Mercredi, Mme Bouguiguis avait participé aux élections législatives en Libye et publié des photos d'elle au bureau de vote sur sa page Facebook.

Son assassinat intervient moins d'un an après celui d'Abdessalem al-Mesmari, un avocat et militant politique libyen, tué lui aussi à Benghazi, fief de groupes islamistes radicaux.

Avec AFP

Première publication : 26/06/2014

  • LIBYE

    Élections législatives sous haute tension en Libye

    En savoir plus

  • LIBYE - ÉTATS-UNIS

    Arrestation d'un suspect de l'attaque du consulat américain de Benghazi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)