Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Amériques

Attentat de Benghazi : inculpé aux États-Unis, le suspect plaide non coupable

© Capture d'écran

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/06/2014

Capturé il y a deux semaines en Libye, Ahmed Abou Khattala, suspect principal de l'attentat contre le consulat américain de Benghazi le 11 septembre 2012, a plaidé non coupable, samedi, lors de sa première comparution devant la justice américaine.

Il est le cerveau présumé de l'attentat du 11 septembre 2012 contre le consulat américain de Benghazi, qui avait coûté la vie à quatre américains dont l'ambassadeur Christopher Stevens. Capturé par les forces spéciales américaines en Libye il y a deux semaines, Ahmed Abou Khattala a plaidé non coupable samedi lors de sa première comparution devant un tribunal fédéral à Washington.

Au cours de cette comparution devant la justice américaine, Ahmed Abou Khattala a été officiellement inculpé pour "conspiration en vue d'apporter un soutien matériel à des terroristes", a indiqué le département de la Justice dans un communiqué.

D'après la chaîne ABC News, le suspect, qui aurait environ 43 ans, a suivi l'audience grâce à un interprète et ne s'est que très brièvement exprimé, à voix basse. Sa prochaine comparution est prévue mercredi à 11h locales (15h GMT).

Le suspect, capturé le 15 juin près de Benghazi, a été exfiltré et détenu dans un premier temps à bord de l'USS New York, un bâtiment de transport amphibie de la marine américaine croisant en Méditerranée. Accusant Washington d'avoir porté atteinte à sa souveraineté, le gouvernement libyen a demandé à ce qu'il soit rapatrié et traduit en justice en Libye. Les États-Unis s'étaient alors justifiés auprès du Conseil de sécurité des Nations unies, assurant que l'homme était "un personnage-clé" de l'attaque et qu'il "continuait à préparer des attaques à main armée contre des Américains".

Vive controverse

En 2012, le "Times" était parvenu à interroger Ahmed Abou Khattala. Ce dernier avait admis être présent lors de l'assaut contre la mission américaine de Benghazi, sans toutefois en endosser la pleine responsabilité.

L'attentat de Benghazi avait non seulement provoqué une vague d'effroi aux États-Unis, mais aussi une vive polémique à Washington.

Depuis l'attaque, les républicains accusent l'administration de Barack Obama en général et Hillary Clinton en particulier - elle était au moment des faits à la tête du département d'État - d'avoir dissimulé des informations en pleine campagne électorale présidentielle.

L'exécutif avait expliqué dans un premier temps que l'attentat avait été provoqué par la publication d'une vidéo islamophobe sur YouTube, une version rapidement contredite.

Depuis, des milliers de pages de documents internes ont été fournies par l'exécutif au Congrès, mais les républicains restent persuadés que la Maison Blanche n'a pas tout dit et cherchent des preuves d'une manipulation.

Dans ses mémoires publiées ce mois-ci, Hillary Clinton, candidate pressentie à la course à la Maison Blanche en 2016, dénonce "ceux qui utilisent sans relâche cette tragédie à des fins politiciennes".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 29/06/2014

  • LIBYE - ÉTATS-UNIS

    Arrestation d'un suspect de l'attaque du consulat américain de Benghazi

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Attentat de Benghazi : l'arme des républicains contre Hillary Clinton

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Selon le New York Times, Al-Qaïda n’est pas responsable de l’attaque de Benghazi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)