Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Le convoi russe en Ukraine : pourquoi et pour qui ?

En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

Amériques

Attentat de Benghazi : inculpé aux États-Unis, le suspect plaide non coupable

© Capture d'écran

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/06/2014

Capturé il y a deux semaines en Libye, Ahmed Abou Khattala, suspect principal de l'attentat contre le consulat américain de Benghazi le 11 septembre 2012, a plaidé non coupable, samedi, lors de sa première comparution devant la justice américaine.

Il est le cerveau présumé de l'attentat du 11 septembre 2012 contre le consulat américain de Benghazi, qui avait coûté la vie à quatre américains dont l'ambassadeur Christopher Stevens. Capturé par les forces spéciales américaines en Libye il y a deux semaines, Ahmed Abou Khattala a plaidé non coupable samedi lors de sa première comparution devant un tribunal fédéral à Washington.

Au cours de cette comparution devant la justice américaine, Ahmed Abou Khattala a été officiellement inculpé pour "conspiration en vue d'apporter un soutien matériel à des terroristes", a indiqué le département de la Justice dans un communiqué.

D'après la chaîne ABC News, le suspect, qui aurait environ 43 ans, a suivi l'audience grâce à un interprète et ne s'est que très brièvement exprimé, à voix basse. Sa prochaine comparution est prévue mercredi à 11h locales (15h GMT).

Le suspect, capturé le 15 juin près de Benghazi, a été exfiltré et détenu dans un premier temps à bord de l'USS New York, un bâtiment de transport amphibie de la marine américaine croisant en Méditerranée. Accusant Washington d'avoir porté atteinte à sa souveraineté, le gouvernement libyen a demandé à ce qu'il soit rapatrié et traduit en justice en Libye. Les États-Unis s'étaient alors justifiés auprès du Conseil de sécurité des Nations unies, assurant que l'homme était "un personnage-clé" de l'attaque et qu'il "continuait à préparer des attaques à main armée contre des Américains".

Vive controverse

En 2012, le "Times" était parvenu à interroger Ahmed Abou Khattala. Ce dernier avait admis être présent lors de l'assaut contre la mission américaine de Benghazi, sans toutefois en endosser la pleine responsabilité.

L'attentat de Benghazi avait non seulement provoqué une vague d'effroi aux États-Unis, mais aussi une vive polémique à Washington.

Depuis l'attaque, les républicains accusent l'administration de Barack Obama en général et Hillary Clinton en particulier - elle était au moment des faits à la tête du département d'État - d'avoir dissimulé des informations en pleine campagne électorale présidentielle.

L'exécutif avait expliqué dans un premier temps que l'attentat avait été provoqué par la publication d'une vidéo islamophobe sur YouTube, une version rapidement contredite.

Depuis, des milliers de pages de documents internes ont été fournies par l'exécutif au Congrès, mais les républicains restent persuadés que la Maison Blanche n'a pas tout dit et cherchent des preuves d'une manipulation.

Dans ses mémoires publiées ce mois-ci, Hillary Clinton, candidate pressentie à la course à la Maison Blanche en 2016, dénonce "ceux qui utilisent sans relâche cette tragédie à des fins politiciennes".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 29/06/2014

  • LIBYE - ÉTATS-UNIS

    Arrestation d'un suspect de l'attaque du consulat américain de Benghazi

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Attentat de Benghazi : l'arme des républicains contre Hillary Clinton

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Selon le New York Times, Al-Qaïda n’est pas responsable de l’attaque de Benghazi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)