Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Amériques

Brésil : "Le Mondial aggrave la prostitution des mineurs"

© AFP | Une jeune prostituée dans les rues de Fortaleza, le 16 avril 2013.

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 03/07/2014

Au Brésil, l’organisation de la Coupe du monde fait craindre aux autorités une explosion de la prostitution enfantine. Une triste constante lors des grands évènements sportifs.

À chaque Mondial, c’est le même scénario. Afflux de touristes dans le pays organisateur, euphorie assortie de consommation d’alcool, recours à la prostitution… et exposition accrue des mineurs. Pour la Coupe du monde au Brésil, où le nombre de prostitués âgés de moins de 18 ans atteint déjà 250 000 hors période de Mondial selon la police fédérale, les autorités tentent, tant bien que mal, d'endiguer ce fléau.

Outre des spots mettant en scène les stars brésiliennes du ballon rond Kaka et Juninho Pernambucano, à l'initiative de l’ONG ECPAT, des affiches ont fleuri dans les villes, appelant la population à ne pas "détourner le regard". Car au pays de la samba, où le commerce sexuel est autorisé tant que les personnes sont majeures, les quelque 600 000 touristes attirés par l’évènement footballistique font redouter une hausse de la prostitution enfantine. À l’image des dernières Coupes du monde, organisées en Afrique du Sud en 2010 et en Allemagne en 2006, où la prostitution des mineurs a bondi respectivement de 63 % et de 87 % lors de la compétition, selon l’ONG Plan International. Des chiffres alarmants.

Le footballeur Kaka dénonce l'exploitation sexuelle des enfants

En plein Copacabana

L'ONG Plan International, contactée par FRANCE 24, fait partie des associations à pied d’œuvre pour inciter la population et les voyageurs à la vigilence. "Nous allons à la rencontre des touristes dans les aéroports, sur les plages, là où ils se trouvent, pour les sensibiliser au problème", explique Anette Trompeter, directrice régionale de l'organisation. "Nous contactons aussi les organismes de voyage pour qu’ils soient conscients que ce risque existe. Par exemple, nous encourageons les hôtels à ne pas laisser leurs clients monter dans leur chambre avec des mineurs." Plus de 350 hôtels et restaurants se sont associés à Plan International pour rédiger un code de bonne conduite.

Une des affiches de la campagne "Ne détournez pas le regard"
© FRANCE 24

Depuis deux ans, l’ONG a également mis en place un projet spécifique contre l’exploitation sexuelle des plus jeunes, parfois seulement âgés de 9 ans, dans les zones proches de Recife et de Natal - deux hauts lieux touristiques aux plages de rêve situés dans la région pauvre du nord-est.

Récemment, deux établissements ont été contraints de fermer à Copacabana, centre névralgique du tourisme à Rio. Une lueur d’espoir, dont se félicite Anette Trompeter : "Ces lieux autorisaient ce genre de pratiques", commente-t-elle.

Toutefois, un travail titanesque reste à faire. La militante assure rencontrer des personnes qui ne savent même pas à partir de quel âge la prostitution est autorisée dans leur pays. "En général, les gens n’osent pas dénoncer les actes dont ils peuvent être témoins", déplore-t-elle, précisant qu’un numéro de téléphone d’urgence (le "100") a été mis en place. "Le problème, au Brésil, c’est que la loi n’est pas appliquée, poursuit-elle. "Ce commerce génère des profits importants de manière directe et indirecte pour les pays concernés, qui hésitent souvent à sanctionner sévèrement la prostitution infantile", ajoute, de son côté, la branche française de l’ONG.

Le Mondial, une opportunité pour "ceux qui se foutent de l’humanité"

Anette Trompeter explique que les enfants et adolescents présents sur le marché du sexe y ont souvent été menés par leurs propres familles, attirées par l’argent qu'on leur offre. Cité par le magazine "Time", un ancien proxénète raconte la facilité avec laquelle il parvenait, lorsqu’il était à la tête d’un réseau de prostituées, à convaincre des parents de lui céder leur fille, en échange d’une somme comprise entre 5 000 et 10 000 dollars. Pour ces populations pauvres, l’arrivée massive d’Européens, d’Américains ou encore d’Australiens à l’occasion de la Coupe du monde représente une manne financière.

Par ailleurs, durant le Mondial, la vulnérabilité des mineurs est accrue en raison de leur emploi du temps allégé. Les vacances scolaires ont été rallongées pour l’occasion, "mais sans programmes de vacances dédiés aux enfants, qui peuvent être livrés à eux-mêmes", explique Anna Flora Werneck, coordinatrice de programmes au sein de l’organisation Childhood Brasil, dans un entretien accordé au site "JOL press".

"Le Mondial est une opportunité, pour ceux qui se foutent de l’humanité, d’exploiter les jeunes", commente sans ambages Steve Chalke, conseiller spécial des Nations unies et fondateur de l’ONG "Stop the Traffic" dans un documentaire intitulé "1 Real". Un nom censé rappeler que des enfants brésiliens vendent des faveurs sexuelles pour l’équivalent de 50 cents de dollars.

Toutefois, Anette Trompeter précise que le tourisme n’est pas l’unique facteur de l’augmentation de ce fléau. "Lors de la construction des stades, il y a eu une forte hausse de l’exploitation sexuelle des mineurs. La raison ? Les hommes qui venaient travailler dans ces zones excentrées étaient pour la plupart éloignés de leurs familles pendant des mois voire un an".

Par la même occasion, la militante fustige la construction elle-même de ces stades pharaoniques, et pour certains quasi-inutiles. "Et le social dans tout cela ? On espère que pour les Jeux olympiques de 2016, les investissements seront plus judicieux…"

Première publication : 29/06/2014

  • COUPE DU MONDE 2014

    Dilma Rousseff : le Brésil attend les supporters "les bras ouverts"

    En savoir plus

  • PHOTOGRAPHIE

    En images : le foot dans les yeux des enfants de la Cité de Dieu

    En savoir plus

  • CANADA

    Le Canada laisse libre cours à la prostitution

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)