Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

Economie

Les internautes ukrainiens se cotisent pour moderniser l'armée

© Capture d'écran - Le Projet du peuple

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 30/06/2014

"Le Projet du peuple" est une plateforme ukrainienne de financement participatif qui entend contribuer à la modernisation de l’armée du pays. Une initiative qui intervient en plein conflit avec la Russie malgré l'appel à un cessez-le-feu.

L’armée ukrainienne dispose depuis peu d’un petit drone de reconnaissance. David Arkhania en est très fier. Cet ingénieur en informatique natif de Géorgie est à l’origine de l’acquisition de ce petit bijou technologique. “Jusqu’à présent, je ne pouvais pas montrer des images de ce drone pour des raisons de sécurité nationale, mais le gouvernement m’a autorisé à poster sur YouTube une vidéo qui le montre en action dans les prochains jours”, souligne-t-il à FRANCE 24.

La page d'acceuil du site le Projet du peuple
© Capture d'écran - Le Projet du peuple

Ce petit engin volant pourrait, d’après lui, se révéler utile notamment à l’est du pays où des affrontements entre soldats pro-russes et ukrainiens continuent malgré un appel au cessez-le-feu. David Arkhania n’a pas construit ce drone tout seul, mais son site “Le projet du peuple” a permis de le financer à 100 %. Grâce à cette nouvelle plateforme de financement participatif, il a pu lever les 10 000 euros nécessaires en quelques semaines.

“Premier bataillon populaire”

"Le Projet du peuple" a pour vocation unique de soutenir la cause militaire ukrainienne. “Je l’ai mis en place il y a deux mois et demi parce que je me suis rendu compte, en rendant visite à des régiments près de la ville de Kherson (sud du pays), à quel point notre armée est sous-équipée et qu'elle avait besoin du soutien de tous”, explique David Arkhania. Il assure avoir lui-même versé, auparavant, 20 000 dollars (15 000 euros) pour essayer d’améliorer le quotidien des soldats ukrainiens.

L’idée du "Projet du peuple" n’est pas de construire des drones à la chaîne. Le site vise avant tout à fournir des équipements et des uniformes aux militaires ukrainiens. Les deux principales campagnes de son site sont le “premier bataillon populaire”, pour lequel il a pu réunir 25 000 euros, et le “deuxième bataillon populaire” qui vise à récolter 5 600 euros.

L’argent obtenu grâce au site doit permettre d’acheter tout ce dont les soldats peuvent avoir besoin en termes d’équipement - casque, gilet pare-balle, uniformes - sauf des armes. “Ce serait illégal, mais il est possible de donner l’argent au gouvernement pour qu’il les achète”, souligne David Arkhania.

Souci de la transparence

Photo publiée sur le compte Instagram du site le Projet du peuple pour illustrer le changement que la livraison de matériel a pu avoir pour des soldats ukrainiens.

Pour l’instant, "le Projet du peuple" n’a eu aucun mal à réunir l’argent nécessaire pour financer ses campagnes. Un succès que David Arkhania met sur le compte de son souci de “transparence totale”. “Il y a beaucoup d’arnaques ou de fraudes sur l’Internet, c’est pour ça que je publie tous les matins les comptes mis à jour et que j’indique à chaque fois comment l’argent est dépensé”, affirme-t-il. L’homme a également conclu un partenariat avec un fond de charité afin de donner plus de crédibilité à sa démarche. Il gère aussi une page Facebook, une autre sur Instagram et un compte Twitter sur lesquels il publie des photos pour prouver que l’argent sert bien à aider l’armée ukrainienne.

En outre, “les volontaires avec lesquels je travaille se rendent en personne sur le lieu de livraison des équipements afin de les remettre en mains propres aux soldats et s’assurer qu’aucun intermédiaire ne fasse main basse dessus”, explique David Arkhania. Pour l’instant son petit système a, d’après lui, permis de mieux équiper environ 900 soldats en deux mois.

En parallèle à l’équipement du soldat de base, David Arkhania a aussi soumis un projet d’équipement pour sniper. “Dans des zones où il s’agit de lutter contre d’éventuelles terroristes, les snipers peuvent se révéler très efficaces pour sauver des vies”, soutient-il. Dans la droite lignée du financement du drone, il voudrait également lever des fonds pour pouvoir construire des radars. “Cela permettrait d’améliorer sensiblement les capacités de détection de l’armée”.

Souvenir de Géorgie

David Arkhania n’est pas, pour autant, un militariste convaincu. Son engagement actuel trouve sa motivation dans ses plus jeunes années. “Ma famille a dû quitter la Géorgie à cause de l’interventionnisme de la Russie, j’étais alors trop jeune pour faire quelque chose, cette fois-ci, j’ai l’âge et les moyens d’agir !”, explique-t-il.

Il compte bien passer à la vitesse supérieure avec son site. “La semaine prochaine, je le traduis en anglais et dans d’autres langues pour attirer davantage de financement”, affirme-t-il. Pour l’instant, comme le site est uniquement en ukrainien, les fonds proviennent essentiellement de l’intérieur du pays. Il espère ainsi attirer non seulement la diaspora ukrainienne, mais aussi “tous ceux qui sont exaspérés par la politique russe”.

Première publication : 30/06/2014

  • UKRAINE

    Kiev prolonge le cessez-le-feu avec les séparatistes de l'Est

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Le Sénat russe lève l'autorisation d'intervention militaire en Ukraine

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Ukraine : un hélicoptère abattu par des séparatistes pro-russes à Sloviansk

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)