Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Economie

Des utilisateurs de Facebook cobayes malgré eux

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/06/2014

Une équipe de chercheurs américains a mené en 2012 sur Facebook une étude sur près de 700 000 utilisateurs, testés à leur insu, pour observer la "contagion émotionnelle" des groupes. Certains dénoncent des méthodes "alarmantes".

Facebook est-il en passe de devenir un laboratoire d’analyse des comportements humains ? Une étude récemment publiée par une revue scientifique américaine a révélé que le contenu du réseau social avait été modifié pour observer "la contagion émotionnelle" dans les groupes.

Pendant une semaine, du 11 au 18 janvier 2012, Facebook et des scientifiques des universités Cornell et de Californie, à San Francisco, ont utilisé le système d'algorithmes du réseau pour modifier le contenu des informations reçues par un groupe d'utilisateurs afin d'étudier l'impact sur leurs émotions. Ce sont ainsi près de 700 000 utilisateurs anglophones qui ont été testés à leur insu.

Manipulation

Les résultats de la recherche, publiée dans la revue scientifique américaine Comptes rendus de l'Académie nationale des sciences (PNAS), datées du 17 juin, conclut que les utilisateurs ciblés commençaient à utiliser davantage de mots négatifs ou positifs selon l'ampleur des contenus auxquels ils avaient été "exposés".

"Les états émotionnels sont communicatifs et peuvent se transmettre par un phénomène de contagion, conduisant les autres personnes à ressentir les mêmes émotions sans en être conscientes", écrivent les auteurs de cette recherche. Selon eux, "ces résultats montrent la réalité d'une contagion émotionnelle de masse via les réseaux sociaux."

D'autres recherches se sont déjà penchées sur ce phénomène, mais cette étude est unique au sens où ses auteurs "ont manipulé", selon leurs propres mots, les données.

Une méthode "démonique" ?

L'étude suscite une attention grandissante sur la Toile après des articles publiés samedi 28 juin dans la revue en ligne Slate et sur les sites du magazine The Atlantic et de Forbes.

Certains internautes n'ont pas hésité à monter au créneau en exprimant "leur trouble profond" ou qualifiant la méthode utilisée "d'alarmante" ou de "démoniaque".

Susan Fiske, de l'université de Princeton qui a édité la recherche, a indiqué à The Atlantic avoir contacté les auteurs pour leur faire part de ses préoccupations quant à leurs travaux. Ils lui ont répondu que les autorités de leurs universités avaient approuvé ces travaux "car Facebook, apparemment, manipule systématiquement le contenu des informations diffusées".

Interrogé par l'AFP, Facebook, plus grand réseau social avec plus d'un milliard d'utilisateurs, a rejeté ces accusations. "Cette recherche a été menée pendant seulement une semaine et aucune donnée utilisée n'était liée au compte d'une personne en particulier", a indiqué une porte-parole, Isabel Hernandez, dans un courrier électronique. "Nous faisons des recherches pour améliorer nos services [...] et une grande partie consiste à comprendre comment les gens répondent à différents contenus positifs ou négatifs", a-t-elle poursuivi.

Avec AFP

Première publication : 30/06/2014

  • ÉTATS-UNIS

    Quand Facebook fait la police en plein cœur de la Silicon Valley

    En savoir plus

  • INTERNET

    Facebook, 56 nuances de genre

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    En Égypte, le projet “Big Brother” pour les réseaux sociaux fait des vagues

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)