Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls en quête de confiance face aux députés

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Les musulmans de France lancent un appel unitaire contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama veut envoyer 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

EUROPE

Kiev met fin au cessez-le-feu et se prépare à "libérer" l'est de l'Ukraine

© AFP - Une statue de lénine dans la ville de Slaviansk

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/07/2014

Le président ukrainien Petro Porochenko a annoncé dans la nuit de lundi à mardi que le cessez-le-feu unilatéral instauré par Kiev avec les séparatistes pro-russes ne serait pas prolongé. Une attaque menée par l’armée devrait prochainement débuter.

Dans la nuit de lundi 30 juin à mardi 1er juillet, le président ukrainien Petro Porochenko a annoncé que Kiev ne prolongerait pas le cessez-le-feu avec les séparatistes de l'est du pays et préparait, au contraire, une attaque dans les prochains jours.

"Après avoir examiné la situation, j'ai décidé, en tant que commandant en chef des forces armées, de ne pas prolonger le régime de cessez-le-feu unilatéral", a déclaré Porochenko dans un discours à la nation lu à la télévision, peu avant 1h du matin.

Cette déclaration matérialise l'échec des efforts de Moscou et des Européens représentés par Berlin et Paris, qui avaient cherché, lundi, à pousser Kiev à préserver le cessez-le feu dont l’expiration était prévue à 19h.

"Nous allons attaquer" les séparatistes qui contrôlent depuis plus de deux mois une grande partie des régions de Donetsk et Lougansk, a ajouté le président ukrainien, sur un ton grave et résolu.

Un retour possible à la table des négociations

Le chef de l'État ukrainien a rejeté la responsabilité de cette situation sur les rebelles, sans jamais mettre en cause ni même mentionner la Russie, considérée par Kiev et l'Occident comme en grande partie responsable de l'agitation séparatiste.

"La chance unique d'appliquer le plan de paix n'a pas été saisie. Cela est dû aux actions criminelles des combattants (séparatistes). Ils ont proclamé publiquement leur refus de soutenir le plan de paix en général et le cessez-le-feu en particulier", a expliqué Porochenko pour justifier ce passage aux actes à venir.

Kiev a cependant réitéré son souhait de parvenir à une solution pacifique, et laisse tout retour à la table des négociations possible. "Nous sommes même prêts à revenir au régime de cessez-le-feu à tout moment. Quand nous verrons que toutes les parties s'attachent à appliquer les points essentiels de ce plan de paix", a assuré Porochenko.

Le cessez-le-feu, décrété par Kiev il y a dix jours et accepté ensuite par les rebelles, avait été violé à plusieurs reprises au cours de combats sporadiques, dont les deux parties se sont rejeté la responsabilité. Selon Kiev, malgré ces dix jours de trêve, dix soldats ukrainiens auraient été abattus et 69 autres blessés.

Avec AFP

Première publication : 01/07/2014

  • UKRAINE

    Kiev et Moscou vont travailler à un cessez-le-feu bilatéral en Ukraine

    En savoir plus

  • INTERNET

    Les internautes ukrainiens se cotisent pour moderniser l'armée

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Quatre observateurs de l'OSCE libérés par les rebelles pro-russes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)