Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 000 experts du Sida et pas de président Macron

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Magic System, 20 ans de tubes

En savoir plus

FOCUS

Le Sénégal, bon élève de la lutte contre le sida

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'été en musique : les incontournables qui vont faire danser

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Israël : les dirigeants "ont de nouveau ignoré les signes avant-coureurs de violences"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Conférence mondiale sur le sida : Washington appelé à maintenir son aide financière

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Conférence mondiale sur le sida : "Un sommet de la recherche à Paris"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Jeux de la Francophonie : quelque 4 000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 02/07/2014

"Garde à vue"

© France 24

Presse française, Mercredi 2 juillet 2014. Au menu de cette revue de presse, la mise en examen de Nicolas Sarkozy pour trafic d’influence et corruption, après sa mise en garde à vue, une procédure inédite pour un ancien président de la République.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
La presse française revient sur la mise en examen, cette nuit, de Nicolas Sarkozy, pour trafic d’influence et corruption.
 
Les juges du pôle financier lui ont fait part de leur décision à l’issue d’une garde à vue inédite pour un président de la Vème République. Cette procédure sans précédent est présentée comme un coup de tonnerre dans la vie politique française: «Avis de tempête» titre 20 minutes.
 
D’après le Parisien, l’ex-président aurait été le premier surpris de cette procédure. Nicolas Sarkozy aurait dit à ses proches que son audition serait «l’affaire de quelques heures». Il se serait attendu à être entendu sous le statut de simple témoin. «Cordial et détendu» au début de son audition, il aurait ensuite fait ensuite «fait part, énervé, de son vif mécontentement».
 
Après une première mise en examen l’année dernière, pour abus de faiblesse dans le dossier Bettencourt, première affaire suivie d’un non-lieu, après les récentes révélations sur l’affaire Bygmalion, l’ancien président semble de plus en plus cerné par les affaires. Libération se demande si l’ancien chef de l’Etat peut «revenir». Balayant «la thèse grotesque d’un complot organisé à l’Elysée avec la complicité d’une kyrielle de magistrats», Libé estime que «s’il souhaite encore revenir en politique et même reconquérir le pouvoir, Nicolas Sarkozy va devoir assumer devant les Français ce que les enquêtes ont révélé. En sachant qu’il ne restaurera pas son éthique en reprenant à la hussarde les rênes de l’UMP».
 
L’Opinion évoque une «démocratie du soupçon», un «doute profond (qui) crée le malaise»: «dans un pays malade qui accumule les contre-performances économiques et sociales, cette suspicion qui s’insinue dans tous les interstices de la vie publique achève de convaincre le plus grand nombre que, décidément, la politique est irrécupérable. Mauvais signal pour la démocratie».
 
La thèse de l’acharnement judiciaire constitue la principale ligne de défense de Nicolas Sarkozy, qui se présente comme une victime des juges - une thèse par le Figaro, qui fait part de son «sentiment d’un régime judiciaire très particulier» réservé à l’ancien président. «Nicolas Sarkozy, traité comme n’importe quel justiciable, vraiment?».
 
Le Figaro évoque aussi «la prudence, pour ne pas dire l’absence de réactions politiques», en expliquant que les déboires judiciaires de Nicolas Sarkozy exaucent «le vœu secret de la plupart des dirigeants de la majorité, mais aussi, et surtout, de l’UMP». «L’objectif de tous ses rivaux est d’éviter une focalisation du débat autour de cette seule question: avec ou contre (lui)».
 
A noter enfin, l’interview de Manuel Valls, dans les Echos. Il estime que «de nouvelles baisses d’impôt» sont nécessaires, et prône une «simplification» du Code du travail. «Mon obsession, c’est le mouvement, la réforme». «Je veux sortir la France de ses blocages».
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

24/07/2017 Jérusalem

Israël : les dirigeants "ont de nouveau ignoré les signes avant-coureurs de violences"

Dans la revue de presse internationale : en pleine flambée de violences au Proche-Orient, les États-Unis envoient un émissaire à Jérusalem ; le procès d'un journal d'opposition...

En savoir plus

24/07/2017 Sida

Conférence mondiale sur le sida : "Un sommet de la recherche à Paris"

Dans la revue de presse française de ce lundi 324 juillet : près de 6 000 scientifiques réunis à Paris pour parler des avancées de la recherche sur le sida, la baisse dans les...

En savoir plus

21/07/2017 Revue de presse internationale

"Le mépris de Donald Trump envers l'État de droit"

Au menu de la revue de presse internationale vendredi, les réactions dans la presse américaine à l'interview de Donald Trump dans le New York Times. Un président américain dont...

En savoir plus

21/07/2017 Revue de presse française

"Macron : la fin de l'état de grâce ?"

Au menu de la presse française vendredi, l'état de grâce d'Emmanuel Macron fragilisé par le "psychodrame Villiers" et menacé par les projets de loi bientôt en discussion à...

En savoir plus

20/07/2017 États-Unis

"Le premier grand test pour Macron vient de sa propre armée"

Au menu de cette revue de presse internationale du jeudi 20 juillet : les révélations du Washington Post sur les changements de stratégie de l'administration Trump en Syrie, mais...

En savoir plus