Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

FRANCE

Nicolas Sarkozy mis en examen pour corruption et trafic d'influence

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/07/2014

Nicolas Sarkozy a été mis en examen dans la nuit de mardi à mercredi, pour recel de violation du secret professionnel, corruption et trafic d'influence actifs dans l'affaire des écoutes. Il s’exprimera ce soir sur TF1 et Europe 1.

L'information est arrivée quelques heures à peine après la fin de ses 15 heures de garde à vue. Mis en examen pour recel de violation du secret professionnel, trafic d'influence actif et corruption active dans la nuit du mardi 1er au mercredi 2 juillet, Nicolas Sarkozy s'exprimera à 20 heures sur TF1 et Europe 1, a annoncé la radio. Cet entretien, qui sera diffusé simultanément par les deux antennes, sera mené par Jean-Pierre Elkabbach et Gilles Bouleau.

Pour Valls, les "faits" sont "graves"

Les "faits" ayant entraîné la mise en examen de l'ancien président Nicolas Sarkozy sont "graves", a jugé mercredi le Premier ministre Manuel Valls, tout en promettant de veiller à l'indépendance de la justice et à la présomption d'innocence "qui vaut pour tout le monde".

"Cette situation est grave, les faits sont graves (...) Et puis cela concerne des magistrats, de hauts magistrats, un avocat, un ancien président de la République", a déclaré le Premier ministre sur BFM TV/RMC. "Mais moi comme chef du gouvernement, je dois m'en tenir au respect des principes" d'indépendance de la justice et de présomption d'innocence, a-t-il ajouté.

Les juges d'instruction ont également mis en examen dans la soirée son avocat historique, Me Thierry Herzog, et le haut magistrat Gilbert Azibert, avocat général à la Cour de cassation, pour les mêmes chefs d'accusation que l'ancien président. S'y ajoute pour Me Herzog celui de violation de secret professionnel.

L'ex-président était arrivé peu avant 8 heures à la direction centrale de la police judiciaire à Nanterre (DCPJ), dans la banlieue ouest de Paris, non loin de son ancien fief de Neuilly-sur-Seine.

La corruption et le trafic d'influence sont des délits passibles de peines pouvant aller jusqu'à dix ans de prison. Ces développements judiciaires interviennent au moment où les rumeurs sur sa volonté de prendre à l'automne la tête de l'UMP se font de plus en plus précises. Si quelques sarkozystes avaient dénoncé dans la journée son placement en garde à vue, aucun ténor de droite n'est encore monté au créneau pour le défendre.

Les juges d'instruction cherchent à établir si l'ancien chef de l'État (2007-2012) a essayé d'obtenir des informations couvertes par le secret de l'instruction auprès de Gilbert Azibert,  sur une décision de justice le concernant, en échange de la promesse d'une intervention pour un poste de prestige à Monaco.

La Cour de cassation devait alors se prononcer sur la saisie, dans l'affaire Bettencourt, des agendas de Nicolas Sarkozy, susceptibles d'intéresser les juges enquêtant sur d'autres dossiers. Dans le dossier Bettencourt, Nicolas Sarkozy avait été mis en examen avant de bénéficier d'un non-lieu.

À l'origine de l'affaire qui vaut ces nouveaux déboires à Nicolas Sarkozy, son placement sur écoutes en septembre 2013 dans le cadre de l'enquête sur les accusations, pour l'heure non étayées, d'un financement par la Libye de Mouammar Kadhafi de sa campagne victorieuse de 2007.
 

Avec AFP

Première publication : 02/07/2014

  • FRANCE

    Affaire des écoutes : Nicolas Sarkozy placé en garde à vue

    En savoir plus

  • FRANCE

    Écoutes de Sarkozy : l'avocat Thierry Herzog et deux magistrats en garde à vue

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE 2012

    L'ex-directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy admet des "dérapages"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)