Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Israël et intelligence économique : Un modèle à suivre ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

DÉBAT

Exclusif : De Sarajevo à Guantanamo, l'itinéraire des six d'Algérie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Patrick Chauvel, photographe de guerre

En savoir plus

SUR LE NET

Le web révolutionne le journalisme d'investigation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"De sang-froid"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à l'exécution de David Haines

En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Quels sont les enjeux de la conférence internationale sur l'État islamique ?

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

  • Les députés français se penchent sur un projet de loi contre le jihad

    En savoir plus

  • Grève chez Air France : journée noire attendue lundi

    En savoir plus

  • Netflix, le service de vidéos à la demande, débarque en France

    En savoir plus

  • Mondial de basket : la "team USA" seule au monde

    En savoir plus

  • EI : "Ce ne sont pas des musulmans mais des monstres", affirme Cameron

    En savoir plus

  • Législatives suédoises : la gauche en tête, poussée historique de l'extrême droite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Lille prend la tête, l’OM revient

    En savoir plus

  • Objecteurs de conscience en Israël : 200 vétérans défendent leur unité

    En savoir plus

  • Les pro-russes menacent le processus de paix dans l'est de l'Ukraine, selon Kiev

    En savoir plus

  • Webdocumentaire : Chibanis, l’éternel exil des travailleurs maghrébins

    En savoir plus

FRANCE

Mis en examen, Sarkozy dénonce une volonté de l'humilier

© Capture d'écran TF1

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/07/2014

Dans un entretien à Europe 1 et TF1, l’ex-président français a mis en cause la partialité des juges qui l’ont mis en examen pour "corruption active". Il a par ailleurs annoncé qu’il déciderait d’ici septembre s’il briguera la présidence de l’UMP.

Nicolas Sarkozy a dénoncé mercredi 2 juillet une "instrumentalisation politique d'une partie de la justice" française à son encontre, quelques heures après sa mise en examen pour "trafic d'influence", "corruption active" et "violation du secret professionnel".

Dans la première interview accordée depuis sa défaite à l'élection présidentielle de 2012, l'ex-chef de l'État a déclaré à Europe 1 et TF1 être sorti de son silence médiatique en raison de la gravité du moment. "La situation était suffisamment grave pour que je dise aux Français ce qu'il en était de l'instrumentalisation politique d'une partie de la justice aujourd'hui", a-t-il dénoncé. Avant d’ajouter : "Dans notre pays [...], il y a des choses qui sont en train d'être organisées. Les Français doivent les connaître et en leur conscience et en toute liberté, doivent juger de ce qu'il en est."

Sarkozy : "Il y a une volonté de m'humilier"

De fait, l’ancien chef de l’État déplore que Claire Thépaut, l’une des deux juges chargées du dossier, adhère au Syndicat de la magistrature (SM), étiquetée à gauche. "Est-il normal qu’on ait choisi une magistrate membre du SM dont l’obsession politique est de me détruire ?"

"Une image qui n'est pas conforme à la vérité"

Dans la nuit de mardi à mercredi, au terme d'une garde à vue de 15 heures, Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour "corruption active", "trafic d’influence" et "violation du secret professionnel". Des chefs d’accusation "grotesques", a dénoncé l’intéressé, qui a en outre déploré que tout soit fait pour donner de lui "une image qui n'est pas conforme à la vérité." L’ancien président a assuré n'avoir jamais trahi la confiance des Français "ni commis un acte contraire aux principes républicains ou à l'État de droit".

>> À lire sur France24.com : "Sarkozy : comment le chef d'accusation de corruption est arrivé sur le tapis"

Nicolas Sarkozy s'est par ailleurs dit "profondément choqué" par le traitement qui lui a été réservé. "Il y a une volonté de m’humilier en me convoquant sous le statut de la garde à vue", accuse-t-il. "Ne pouvait-on pas me convoquer ?" a-t-il estimé avant de pointer que l’ancien ministre du Budget du gouvernement Hollande, Jérôme Cahuzac, convaincu de fraude fiscale, "n’a pas fait une seconde de garde à vue". "Je ne demande aucun privilège, a-t-il cependant précisé. Et si j'ai commis des fautes, j'en assumerai toutes les conséquences. Je ne suis pas un homme qui fuit ses responsabilités."

"Je ne suis pas un homme qui se décourage devant les vilenies"

Prié de dire si cette décision des juges était de nature à l'inciter à ne pas se porter candidat à la présidence de l’UMP, il a répondu : "J'ai longuement réfléchi à ces questions, la question de savoir si on renonce ne se pose pas pour moi. Pourquoi elle ne se pose pas ? Parce que vis-à-vis de son pays, on a des devoirs, on n'a pas des droits. Et je regarde avec consternation la situation de la France, l'État de la France et je connais l'inquiétude des Français et leurs souffrances. J'aurai à décider, après un temps de réflexion, à la fin du mois d'août, au début du mois de septembre, de ce que je devrais faire."

>> À voir sur France24.com : notre infographie sur les "hommes" du système Sarkozy"

Lorsqu'on lui demande s'il estime que la France a besoin de lui, Nicolas Sarkozy poursuit : "Le fait même que vous me posiez la question [...] montre que la question se pose". Et de conclure : "J'aime passionnément mon pays et je ne suis pas un homme qui se décourage devant les vilenies et les manipulations politiques".

L’élection à la présidence de l'UMP doit se dérouler les 29 novembre et 6 décembre 2014. Une primaire à droite se tiendra ensuite en 2016 pour déterminer le candidat de l'UMP à la présidentielle de 2017.

Avec Reuters

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le Syndicat de la magistrature répond à Nicolas Sarkozy

Le Syndicat de la magistrature (SM) a accusé Nicolas Sarkozy de "tenter de jeter le discrédit" sur les juges, après que ce dernier a mis en cause, durant l’entretien accordé à Europe 1 et TF1, la partialité d’une des deux magistrates en charge du dossier.

L'ancien chef de l'État français "persiste à tenter de jeter le discrédit sur ceux dont la profession est de rechercher la manifestation de la vérité", déplore dans un communiqué le SM, classé à gauche, assurant qu'"un juge, même syndiqué, n'en est pas moins impartial". L'organisation regrette que Nicolas Sarkozy fasse "l'amalgame entre la critique par un syndicat, personne morale, d'une politique menée et l'action d'un magistrat directeur d'enquête, dans le cadre de ses fonctions".
 

Première publication : 02/07/2014

  • FRANCE

    Sarkozy : comment le chef d’accusation de corruption est arrivé sur le tapis

    En savoir plus

  • FRANCE

    Nicolas Sarkozy mis en examen pour corruption et trafic d'influence

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'avocat de Nicolas Sarkozy et le haut magistrat Gilbert Azibert mis en examen

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)