Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

Afrique

Vidéo : les Égyptiens partagés un an après la destitution de Morsi

© FRANCE 24

Vidéo par Sonia DRIDI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/07/2014

Un an jour pour jour après la destitution du président islamiste Mohamed Morsi, certains Égyptiens déchantent. La plupart des Frères musulmans se cachent ou sont en prison et les jeunes révolutionnaires laïques sont la cible du pouvoir.

Le 30 juin 2013, des dizaines de millions d'Égyptiens défilaient dans les rues pour réclamer le départ des Frères musulmans. Une mobilisation sans précédent, suivie le 3 juillet par l’annonce de la destitution de Mohamed Morsi, en direct à la télévision, par l'ancien ministre de la Défense Abdel Fattah al-Sisi, actuel président d'Égypte. Depuis, la chute des islamistes a été suivie d'une répression sanglante, ayant durement frappé la confrérie des Frères musulmans.

"De nombreux Égyptiens sont prêts à fermer les yeux sur la répression, explique Sonia Dridi, correspondante de FRANCE 24 au Caire. "Car pour beaucoup, la priorité c'est la sécurité. Depuis la destitution du président islamiste l'été dernier, les attentats contre les forces de l'ordre sont quasi-quotidiens dans le pays. La plupart a été revendiquée par des groupes djihadistes basés dans le Sinaï mais les autorités accusent les Frères musulmans d'être derrière ces attaques."

Amr est directeur d'un tour opérateur spécialisé dans le luxe, il a participé à la manifestation du 30 juin 2013 pour réclamer le départ du pouvoir des Frères musulmans. La chute du président Mohamed Morsi a été pour lui un immense soulagement. "J'ai eu l'impression que c'était une renaissance. Cette journée était vraiment extraordinaire et révélatrice. Dieu merci, l'armée est intervenue et a soutenu le peuple", raconte l’homme d’affaires à FRANCE 24.

Comme une grande partie de la population, Amr refuse de parler de Coup d'État. "C'était la volonté collective des Égyptiens, c'est pourquoi ils sont très ennuyés quand ils entendent cette expression. Ils se sentent offensés", explique-t-il.

La répression se poursuit

Mais depuis la destitution du président islamiste par Abdel Fattah al-Sisi, l'ancien chef militaire récemment élu président, certains Égyptiens ont déchanté.

Alfred Raouf, membre du parti libéral "Al-Dostour", avait manifesté contre les Frères musulmans. Mais le jeune homme dénonce aujourd'hui la prise de pouvoir par l'armée, et la sévère répression envers les islamistes et les activistes laïques. "Nous espérions un autre scénario après le 3 juillet. Il y a de nombreux activistes, certains sont des amis, qui ont été détenus, ou emprisonnés avec des verdicts très étranges et inexplicables", raconte Alfred Raouf.

Pour les défenseurs des droits de l'Homme, la répression qui se poursuit sans faiblir depuis juillet 2013 est la plus sanglante qu'ait connu l’Égypte depuis plusieurs décennies. C'est une bataille judiciaire qui se joue en Égypte, où des tribunaux condamnent régulièrement des dizaines d'opposants, notamment en vertu d'une loi décrétant "illégale" toute manifestation n'ayant pas obtenu au préalable l'autorisation du puissant ministère de l'Intérieur.

Première publication : 03/07/2014

  • TERRORISME

    Égypte : explosion de plusieurs bombes près du palais présidentiel au Caire

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Égypte : les trois journalistes condamnés au terme d’un procès "obscène", selon l'ONU

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Peine de mort confirmée pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)