Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

Afrique

Vidéo : les Égyptiens partagés un an après la destitution de Morsi

© FRANCE 24

Vidéo par Sonia DRIDI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/07/2014

Un an jour pour jour après la destitution du président islamiste Mohamed Morsi, certains Égyptiens déchantent. La plupart des Frères musulmans se cachent ou sont en prison et les jeunes révolutionnaires laïques sont la cible du pouvoir.

Le 30 juin 2013, des dizaines de millions d'Égyptiens défilaient dans les rues pour réclamer le départ des Frères musulmans. Une mobilisation sans précédent, suivie le 3 juillet par l’annonce de la destitution de Mohamed Morsi, en direct à la télévision, par l'ancien ministre de la Défense Abdel Fattah al-Sisi, actuel président d'Égypte. Depuis, la chute des islamistes a été suivie d'une répression sanglante, ayant durement frappé la confrérie des Frères musulmans.

"De nombreux Égyptiens sont prêts à fermer les yeux sur la répression, explique Sonia Dridi, correspondante de FRANCE 24 au Caire. "Car pour beaucoup, la priorité c'est la sécurité. Depuis la destitution du président islamiste l'été dernier, les attentats contre les forces de l'ordre sont quasi-quotidiens dans le pays. La plupart a été revendiquée par des groupes djihadistes basés dans le Sinaï mais les autorités accusent les Frères musulmans d'être derrière ces attaques."

Amr est directeur d'un tour opérateur spécialisé dans le luxe, il a participé à la manifestation du 30 juin 2013 pour réclamer le départ du pouvoir des Frères musulmans. La chute du président Mohamed Morsi a été pour lui un immense soulagement. "J'ai eu l'impression que c'était une renaissance. Cette journée était vraiment extraordinaire et révélatrice. Dieu merci, l'armée est intervenue et a soutenu le peuple", raconte l’homme d’affaires à FRANCE 24.

Comme une grande partie de la population, Amr refuse de parler de Coup d'État. "C'était la volonté collective des Égyptiens, c'est pourquoi ils sont très ennuyés quand ils entendent cette expression. Ils se sentent offensés", explique-t-il.

La répression se poursuit

Mais depuis la destitution du président islamiste par Abdel Fattah al-Sisi, l'ancien chef militaire récemment élu président, certains Égyptiens ont déchanté.

Alfred Raouf, membre du parti libéral "Al-Dostour", avait manifesté contre les Frères musulmans. Mais le jeune homme dénonce aujourd'hui la prise de pouvoir par l'armée, et la sévère répression envers les islamistes et les activistes laïques. "Nous espérions un autre scénario après le 3 juillet. Il y a de nombreux activistes, certains sont des amis, qui ont été détenus, ou emprisonnés avec des verdicts très étranges et inexplicables", raconte Alfred Raouf.

Pour les défenseurs des droits de l'Homme, la répression qui se poursuit sans faiblir depuis juillet 2013 est la plus sanglante qu'ait connu l’Égypte depuis plusieurs décennies. C'est une bataille judiciaire qui se joue en Égypte, où des tribunaux condamnent régulièrement des dizaines d'opposants, notamment en vertu d'une loi décrétant "illégale" toute manifestation n'ayant pas obtenu au préalable l'autorisation du puissant ministère de l'Intérieur.

Première publication : 03/07/2014

  • TERRORISME

    Égypte : explosion de plusieurs bombes près du palais présidentiel au Caire

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Égypte : les trois journalistes condamnés au terme d’un procès "obscène", selon l'ONU

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Peine de mort confirmée pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)