Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Vidéo : Le difficile retour des musulmans de Bangui dans leur quartier de PK5

    En savoir plus

  • Tunisie : Le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

Afrique

Vidéo : les Égyptiens partagés un an après la destitution de Morsi

© FRANCE 24

Vidéo par Sonia DRIDI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/07/2014

Un an jour pour jour après la destitution du président islamiste Mohamed Morsi, certains Égyptiens déchantent. La plupart des Frères musulmans se cachent ou sont en prison et les jeunes révolutionnaires laïques sont la cible du pouvoir.

Le 30 juin 2013, des dizaines de millions d'Égyptiens défilaient dans les rues pour réclamer le départ des Frères musulmans. Une mobilisation sans précédent, suivie le 3 juillet par l’annonce de la destitution de Mohamed Morsi, en direct à la télévision, par l'ancien ministre de la Défense Abdel Fattah al-Sisi, actuel président d'Égypte. Depuis, la chute des islamistes a été suivie d'une répression sanglante, ayant durement frappé la confrérie des Frères musulmans.

"De nombreux Égyptiens sont prêts à fermer les yeux sur la répression, explique Sonia Dridi, correspondante de FRANCE 24 au Caire. "Car pour beaucoup, la priorité c'est la sécurité. Depuis la destitution du président islamiste l'été dernier, les attentats contre les forces de l'ordre sont quasi-quotidiens dans le pays. La plupart a été revendiquée par des groupes djihadistes basés dans le Sinaï mais les autorités accusent les Frères musulmans d'être derrière ces attaques."

Amr est directeur d'un tour opérateur spécialisé dans le luxe, il a participé à la manifestation du 30 juin 2013 pour réclamer le départ du pouvoir des Frères musulmans. La chute du président Mohamed Morsi a été pour lui un immense soulagement. "J'ai eu l'impression que c'était une renaissance. Cette journée était vraiment extraordinaire et révélatrice. Dieu merci, l'armée est intervenue et a soutenu le peuple", raconte l’homme d’affaires à FRANCE 24.

Comme une grande partie de la population, Amr refuse de parler de Coup d'État. "C'était la volonté collective des Égyptiens, c'est pourquoi ils sont très ennuyés quand ils entendent cette expression. Ils se sentent offensés", explique-t-il.

La répression se poursuit

Mais depuis la destitution du président islamiste par Abdel Fattah al-Sisi, l'ancien chef militaire récemment élu président, certains Égyptiens ont déchanté.

Alfred Raouf, membre du parti libéral "Al-Dostour", avait manifesté contre les Frères musulmans. Mais le jeune homme dénonce aujourd'hui la prise de pouvoir par l'armée, et la sévère répression envers les islamistes et les activistes laïques. "Nous espérions un autre scénario après le 3 juillet. Il y a de nombreux activistes, certains sont des amis, qui ont été détenus, ou emprisonnés avec des verdicts très étranges et inexplicables", raconte Alfred Raouf.

Pour les défenseurs des droits de l'Homme, la répression qui se poursuit sans faiblir depuis juillet 2013 est la plus sanglante qu'ait connu l’Égypte depuis plusieurs décennies. C'est une bataille judiciaire qui se joue en Égypte, où des tribunaux condamnent régulièrement des dizaines d'opposants, notamment en vertu d'une loi décrétant "illégale" toute manifestation n'ayant pas obtenu au préalable l'autorisation du puissant ministère de l'Intérieur.

Première publication : 03/07/2014

  • TERRORISME

    Égypte : explosion de plusieurs bombes près du palais présidentiel au Caire

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Égypte : les trois journalistes condamnés au terme d’un procès "obscène", selon l'ONU

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Peine de mort confirmée pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)