Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

  • Qui est Hervé G., l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

Mondial: Thiago Silva se justifie après ses pleurs contre le Chili

AFP

L'émotion des Brésiliens Neymar et Thiago Silva après la victoire contre le Chili, aux tirs au but, le 28 juin 2014 à Belo HorizonteL'émotion des Brésiliens Neymar et Thiago Silva après la victoire contre le Chili, aux tirs au but, le 28 juin 2014 à Belo Horizonte

L'émotion des Brésiliens Neymar et Thiago Silva après la victoire contre le Chili, aux tirs au but, le 28 juin 2014 à Belo HorizonteL'émotion des Brésiliens Neymar et Thiago Silva après la victoire contre le Chili, aux tirs au but, le 28 juin 2014 à Belo Horizonte

Le capitaine brésilien Thiago Silva, qui avait pleuré avant la séance de penalties en 8e de finale contre le Chili, s'est justifié devant la presse jeudi, assurant que cela n'affectait pas son rendement sur le terrain.

"Je suis un émotif, je m'émeus facilement. C'est naturel, l'émotion chez l'être humain. Mais à aucun moment ça ne m'affecte sur le terrain. Les gens disent des bêtises, que ça peut affecter le rendement. Moi, mon opinion, c'est que non seulement, ça ne pose pas de problème sur terrain, mais qu'au contraire ça m'aide", a-t-il précisé.

"Je n'ai rien en travers de la gorge. Je n'ai pas écouté (les critiques). C'est normal la pression, les commentaires... Psychologiquement, on est bien quand on fait le don de soi pour ce qu'on aime faire. La chose que j'ai eue, c'était pour me soulager. La pression était très forte lors du match. Si tu perds, tu rentres à la maison. Alors c'est pour ça que je voulais enlever la pression, je me donne à fond. Alors forcément je suis ému", a-t-il assuré.

A un journaliste qui lui demandait si cela avait entamé son crédit comme capitaine, il a répondu: "Quand des choses sont dites, il faut regarder de côté, vers mon commandant (le sélectionneur Luiz Felipe Scolari) qui est là. A aucun moment, il n'a contesté mon attitude. Alors je me fous de ce que peuvent penser les gens. Ils ne me connaissent pas, ils ne savent pas qui je suis au quotidien. José Maria Marin (le président de la fédération) nous a dit qu'il était serein lorsqu'il a déjeuné avec nous. Je me concentre sur mon travail".

"J'ai eu des moments difficiles dans ma vie. J'ai eu la tuberculose, ma vie était en péril. Aujourd'hui je peux dire: +Je suis un champion, sur et hors du terrain+. J'ai mes responsabilités, ma maturité, le respect de tous", a-t-il conclu.

Luiz Felipe Scolari a ensuite pris la parole pour soutenir son capitaine, évoquant Luis Figo lors du quart de finale Portugal-Angleterre de l'Euro-2004.

"J'avais remplacé Figo par Helder Postiga (..) Figo est resté dans le vestiaire. Après les journalistes m'ont reproché le fait que Figo n'était pas avec les autres joueurs mais on a su qu'il était resté devant une image de Notre Dame Fatima en train de prier pour ses partenaires. Chacun a son comportement, il faut respecter les individus", a raconté Felipao.

Première publication : 03/07/2014