Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

FRANCE

Sarkozy : le syndicalisme dans la magistrature pointé du doigt

© AFP | Nicolas Sarkozy devant son bureau parisien, le 2 juillet 2014

Vidéo par Axelle SIMON

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/07/2014

À la télévision mercredi, Nicolas Sarkozy a mis en cause la partialité des juges qui l’ont mis en examen. Le Syndicat de la magistrature se défend face à ces attaques, tandis qu'Henri Guaino veut la suppression du syndicalisme dans la magistrature.

Invité mercredi 2 juillet sur TF1 et Europe 1, Nicolas Sarkozy, mis en examen pour corruption active, a employé un ton offensif : "Il y a une instrumentalisation de la justice, les choses sont claires", a-t-il déclaré. L’ex-président a dénoncé un acharnement judiciaire et politique, mettant directement en cause l’impartialité de l'une des magistrates en charge de l’affaire, Claire Thépaut : "Est-il normal (…) qu’on choisisse, pour une affaire où mon nom est cité, un magistrat qui appartient au Syndicat de la magistrature ?" Puis il a ajouté : "Un magistrat dont l'obsession politique est de détruire la personne contre laquelle il doit instruire à charge et à décharge."

Le Syndicat de la magistrature se défend

Dans la soirée, le Syndicat de la magistrature (SM), classé à gauche, a rappelé dans un communiqué que l’appartenance à un syndicat, pour un magistrat, est un droit garanti par la Constitution. Dans une interview à l’AFP, le secrétaire général du SM, Eric Bocciarelli, a déclaré : "La question n’est pas celle de l’appartenance à un syndicat. La question, c’est celle de l’impartialité dans l’exercice juridictionnel et dans la conduite de l’instruction."

Jeudi matin sur Europe 1, Françoise Martres, présidente du SM, a répliqué directement à l’ancien président : "Nicolas Sarkozy nous sert toujours la même histoire : dès qu'il est mis en cause dans une affaire, il s'en prend à l'impartialité de la justice." Et de rappeler qu’il ne fallait pas "confondre impartialité et neutralité" des magistrats : "Le juge sans opinion n’existe pas. Entre la loi à appliquer et le cas particulier, il y a la place à ses opinions."

Depuis le début de la garde à vue de Nicolas Sarkozy, la juge Claire Thépaut, simple adhérente du SM, faisait déjà les frais d'attaques des partisans de l'ancien président. Les journalistes du site lemonde.fr avaient répertorié et démonté les "sept intox des sarkozystes" à son sujet. Jeudi matin, "Le Parisien" et "Libération" ont rapporté des propos élogieux à l'égard de la magistrate, vantant son sérieux.

Henri Guaino veut "supprimer le syndicalisme" chez les magistrats

Christophe Régnard, président de l’Union syndicale des magistrats, réputée plus modérée, a aussi pris la défense de sa consœur : "Nicolas Sarkozy est dans une stratégie de défense, c’est tout à fait son droit. Sauf que quand on se défend, on se défend dans les prétoires et pas sur un plateau télé. S’il conteste la personne de la juge en question, (…) il y a des procédures en suspicion légitime en récusation. Il suffit de saisir la chambre de l’instruction et c’est elle qui tranchera. Mais il faut avoir un peu plus que le simple fait que cette collègue soit adhérente d’un syndicat qui a pris certaines positions."

Le député UMP Henri Guaino, proche de Nicolas Sarkozy, est lui allé encore plus loin que l’ex-chef de l’État. L’ex-conseiller spécial de Nicolas Sarkozy à l’Élysée a plaidé pour la suppression pure et simple du syndicalisme pour les magistrats. "Je pense que le syndicalisme est devenu l'un des plus grands maux de la magistrature", a-t-il expliqué sur BFMTV et RMC, jeudi. Et d'ajouter : "Il faut supprimer le syndicalisme dans la magistrature. On va me dire : ‘C’est un principe constitutionnel.’ Eh bien, il faut faire un référendum et dire que ni dans l’armée [où c’est déjà le cas, NDLR] ni dans la magistrature, on ne peut être syndiqué."

Avec AFP et Reuters

Première publication : 03/07/2014

  • FRANCE

    L'intervention de Nicolas Sarkozy enthousiasme à droite, indigne à gauche

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mis en examen, Sarkozy dénonce une volonté de l'humilier

    En savoir plus

  • FRANCE

    Sarkozy : comment le chef d’accusation de corruption est arrivé sur le tapis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)