Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens appelés à ratifier l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

FRANCE

Sarkozy : le syndicalisme dans la magistrature pointé du doigt

© AFP | Nicolas Sarkozy devant son bureau parisien, le 2 juillet 2014

Vidéo par Axelle SIMON

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/07/2014

À la télévision mercredi, Nicolas Sarkozy a mis en cause la partialité des juges qui l’ont mis en examen. Le Syndicat de la magistrature se défend face à ces attaques, tandis qu'Henri Guaino veut la suppression du syndicalisme dans la magistrature.

Invité mercredi 2 juillet sur TF1 et Europe 1, Nicolas Sarkozy, mis en examen pour corruption active, a employé un ton offensif : "Il y a une instrumentalisation de la justice, les choses sont claires", a-t-il déclaré. L’ex-président a dénoncé un acharnement judiciaire et politique, mettant directement en cause l’impartialité de l'une des magistrates en charge de l’affaire, Claire Thépaut : "Est-il normal (…) qu’on choisisse, pour une affaire où mon nom est cité, un magistrat qui appartient au Syndicat de la magistrature ?" Puis il a ajouté : "Un magistrat dont l'obsession politique est de détruire la personne contre laquelle il doit instruire à charge et à décharge."

Le Syndicat de la magistrature se défend

Dans la soirée, le Syndicat de la magistrature (SM), classé à gauche, a rappelé dans un communiqué que l’appartenance à un syndicat, pour un magistrat, est un droit garanti par la Constitution. Dans une interview à l’AFP, le secrétaire général du SM, Eric Bocciarelli, a déclaré : "La question n’est pas celle de l’appartenance à un syndicat. La question, c’est celle de l’impartialité dans l’exercice juridictionnel et dans la conduite de l’instruction."

Jeudi matin sur Europe 1, Françoise Martres, présidente du SM, a répliqué directement à l’ancien président : "Nicolas Sarkozy nous sert toujours la même histoire : dès qu'il est mis en cause dans une affaire, il s'en prend à l'impartialité de la justice." Et de rappeler qu’il ne fallait pas "confondre impartialité et neutralité" des magistrats : "Le juge sans opinion n’existe pas. Entre la loi à appliquer et le cas particulier, il y a la place à ses opinions."

Depuis le début de la garde à vue de Nicolas Sarkozy, la juge Claire Thépaut, simple adhérente du SM, faisait déjà les frais d'attaques des partisans de l'ancien président. Les journalistes du site lemonde.fr avaient répertorié et démonté les "sept intox des sarkozystes" à son sujet. Jeudi matin, "Le Parisien" et "Libération" ont rapporté des propos élogieux à l'égard de la magistrate, vantant son sérieux.

Henri Guaino veut "supprimer le syndicalisme" chez les magistrats

Christophe Régnard, président de l’Union syndicale des magistrats, réputée plus modérée, a aussi pris la défense de sa consœur : "Nicolas Sarkozy est dans une stratégie de défense, c’est tout à fait son droit. Sauf que quand on se défend, on se défend dans les prétoires et pas sur un plateau télé. S’il conteste la personne de la juge en question, (…) il y a des procédures en suspicion légitime en récusation. Il suffit de saisir la chambre de l’instruction et c’est elle qui tranchera. Mais il faut avoir un peu plus que le simple fait que cette collègue soit adhérente d’un syndicat qui a pris certaines positions."

Le député UMP Henri Guaino, proche de Nicolas Sarkozy, est lui allé encore plus loin que l’ex-chef de l’État. L’ex-conseiller spécial de Nicolas Sarkozy à l’Élysée a plaidé pour la suppression pure et simple du syndicalisme pour les magistrats. "Je pense que le syndicalisme est devenu l'un des plus grands maux de la magistrature", a-t-il expliqué sur BFMTV et RMC, jeudi. Et d'ajouter : "Il faut supprimer le syndicalisme dans la magistrature. On va me dire : ‘C’est un principe constitutionnel.’ Eh bien, il faut faire un référendum et dire que ni dans l’armée [où c’est déjà le cas, NDLR] ni dans la magistrature, on ne peut être syndiqué."

Avec AFP et Reuters

Première publication : 03/07/2014

  • FRANCE

    L'intervention de Nicolas Sarkozy enthousiasme à droite, indigne à gauche

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mis en examen, Sarkozy dénonce une volonté de l'humilier

    En savoir plus

  • FRANCE

    Sarkozy : comment le chef d’accusation de corruption est arrivé sur le tapis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)