Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

FRANCE

Sarkozy : le syndicalisme dans la magistrature pointé du doigt

© AFP | Nicolas Sarkozy devant son bureau parisien, le 2 juillet 2014

Vidéo par Axelle SIMON

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/07/2014

À la télévision mercredi, Nicolas Sarkozy a mis en cause la partialité des juges qui l’ont mis en examen. Le Syndicat de la magistrature se défend face à ces attaques, tandis qu'Henri Guaino veut la suppression du syndicalisme dans la magistrature.

Invité mercredi 2 juillet sur TF1 et Europe 1, Nicolas Sarkozy, mis en examen pour corruption active, a employé un ton offensif : "Il y a une instrumentalisation de la justice, les choses sont claires", a-t-il déclaré. L’ex-président a dénoncé un acharnement judiciaire et politique, mettant directement en cause l’impartialité de l'une des magistrates en charge de l’affaire, Claire Thépaut : "Est-il normal (…) qu’on choisisse, pour une affaire où mon nom est cité, un magistrat qui appartient au Syndicat de la magistrature ?" Puis il a ajouté : "Un magistrat dont l'obsession politique est de détruire la personne contre laquelle il doit instruire à charge et à décharge."

Le Syndicat de la magistrature se défend

Dans la soirée, le Syndicat de la magistrature (SM), classé à gauche, a rappelé dans un communiqué que l’appartenance à un syndicat, pour un magistrat, est un droit garanti par la Constitution. Dans une interview à l’AFP, le secrétaire général du SM, Eric Bocciarelli, a déclaré : "La question n’est pas celle de l’appartenance à un syndicat. La question, c’est celle de l’impartialité dans l’exercice juridictionnel et dans la conduite de l’instruction."

Jeudi matin sur Europe 1, Françoise Martres, présidente du SM, a répliqué directement à l’ancien président : "Nicolas Sarkozy nous sert toujours la même histoire : dès qu'il est mis en cause dans une affaire, il s'en prend à l'impartialité de la justice." Et de rappeler qu’il ne fallait pas "confondre impartialité et neutralité" des magistrats : "Le juge sans opinion n’existe pas. Entre la loi à appliquer et le cas particulier, il y a la place à ses opinions."

Depuis le début de la garde à vue de Nicolas Sarkozy, la juge Claire Thépaut, simple adhérente du SM, faisait déjà les frais d'attaques des partisans de l'ancien président. Les journalistes du site lemonde.fr avaient répertorié et démonté les "sept intox des sarkozystes" à son sujet. Jeudi matin, "Le Parisien" et "Libération" ont rapporté des propos élogieux à l'égard de la magistrate, vantant son sérieux.

Henri Guaino veut "supprimer le syndicalisme" chez les magistrats

Christophe Régnard, président de l’Union syndicale des magistrats, réputée plus modérée, a aussi pris la défense de sa consœur : "Nicolas Sarkozy est dans une stratégie de défense, c’est tout à fait son droit. Sauf que quand on se défend, on se défend dans les prétoires et pas sur un plateau télé. S’il conteste la personne de la juge en question, (…) il y a des procédures en suspicion légitime en récusation. Il suffit de saisir la chambre de l’instruction et c’est elle qui tranchera. Mais il faut avoir un peu plus que le simple fait que cette collègue soit adhérente d’un syndicat qui a pris certaines positions."

Le député UMP Henri Guaino, proche de Nicolas Sarkozy, est lui allé encore plus loin que l’ex-chef de l’État. L’ex-conseiller spécial de Nicolas Sarkozy à l’Élysée a plaidé pour la suppression pure et simple du syndicalisme pour les magistrats. "Je pense que le syndicalisme est devenu l'un des plus grands maux de la magistrature", a-t-il expliqué sur BFMTV et RMC, jeudi. Et d'ajouter : "Il faut supprimer le syndicalisme dans la magistrature. On va me dire : ‘C’est un principe constitutionnel.’ Eh bien, il faut faire un référendum et dire que ni dans l’armée [où c’est déjà le cas, NDLR] ni dans la magistrature, on ne peut être syndiqué."

Avec AFP et Reuters

Première publication : 03/07/2014

  • FRANCE

    L'intervention de Nicolas Sarkozy enthousiasme à droite, indigne à gauche

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mis en examen, Sarkozy dénonce une volonté de l'humilier

    En savoir plus

  • FRANCE

    Sarkozy : comment le chef d’accusation de corruption est arrivé sur le tapis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)