Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un manifestant palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Economie

Le Bundestag valide le "Smic" à l'allemande

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/07/2014

La chambre basse du Parlement allemand, le Bundestag, a voté jeudi à une écrasante majorité pour l'instauration d'un salaire minimum de 8,50 euros de l'heure. Une réforme phare critiquée pour les nombreuses exceptions qu'elle comporte.

Seulement cinq députés allemands ont voté contre. Le Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand, a adopté jeudi 3 juillet, à une écrasante majorité, l'introduction d'un salaire minimum au niveau national qui doit s'élever à 8,50 euros de l'heure. 

"Ce que nous décidons aujourd'hui est d'une signification exceptionnelle pour des millions de travailleurs et travailleuses de ce pays, qui vont enfin recevoir un salaire décent", a déclaré la maîtresse d'œuvre de ce projet, la ministre du Travail sociale-démocrate Andrea Nahles, lors d'un discours fortement applaudi en amont du vote.

Ce "smic" à l'Allemande est considéré comme l'une des réformes phares de la coalition entre la CDU, le parti conservateur d'Angela Merkel, et les sociaux-démocrates du SPD, qui est au pouvoir depuis fin 2013. L'adoption d'un salaire minimum avait été brandie par la gauche allemande comme une condition sine qua non pour participer au gouvernement.

Critiques à gauche de la gauche

Le texte doit encore être validé la semaine prochaine par le Bundesrat, mais d'après les médias allemands, il ne s'agit que d'une formalité. Une fois définitivement adoptée, cette réforme entrera en vigueur à partir du 1er janvier 2015.

Selon les estimations du SPD, l'instauration d'un salaire minimum au niveau national devrait permettre à environ quatre millions d'actifs (sur un total de 42 millions) d'être mieux payés.

Si la droite a longtemps combattu ce projet, les critiques les plus violentes sont venues de la gauche de la gauche lors du débat parlementaire autour du texte. La version finale du "smic" allemand comporte, en effet, beaucoup d'exceptions. Les agriculteurs ont, ainsi, obtenu que les travailleurs saisonniers n'en bénéficient pas. Le salaire minimum ne concernera pas non plus les apprentis en formation, les livreurs de journaux ou encore les chômeurs de longue durée pendant six mois et les salariés de moins de 18 ans.

Le parti "Die Linke" (la principale formation d'extrême-gauche allemande), a déploré un salaire minimum "gruyère" bien loin de ce qui avait été promis. Les Verts n'ont pas non plus été tendres avec le texte jugeant que le gouvernement avait cédé trop de terrain au lobby du patronat.

Avec AFP

Première publication : 03/07/2014

  • RÉFORME SOCIALE

    Allemagne : une baisse de l’âge de la retraite faussement prometteuse

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Merkel se résout à généraliser le salaire minimum

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    L'Union européenne ouvre une enquête sur le modèle économique allemand

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)