Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Economie

Le Bundestag valide le "Smic" à l'allemande

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/07/2014

La chambre basse du Parlement allemand, le Bundestag, a voté jeudi à une écrasante majorité pour l'instauration d'un salaire minimum de 8,50 euros de l'heure. Une réforme phare critiquée pour les nombreuses exceptions qu'elle comporte.

Seulement cinq députés allemands ont voté contre. Le Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand, a adopté jeudi 3 juillet, à une écrasante majorité, l'introduction d'un salaire minimum au niveau national qui doit s'élever à 8,50 euros de l'heure. 

"Ce que nous décidons aujourd'hui est d'une signification exceptionnelle pour des millions de travailleurs et travailleuses de ce pays, qui vont enfin recevoir un salaire décent", a déclaré la maîtresse d'œuvre de ce projet, la ministre du Travail sociale-démocrate Andrea Nahles, lors d'un discours fortement applaudi en amont du vote.

Ce "smic" à l'Allemande est considéré comme l'une des réformes phares de la coalition entre la CDU, le parti conservateur d'Angela Merkel, et les sociaux-démocrates du SPD, qui est au pouvoir depuis fin 2013. L'adoption d'un salaire minimum avait été brandie par la gauche allemande comme une condition sine qua non pour participer au gouvernement.

Critiques à gauche de la gauche

Le texte doit encore être validé la semaine prochaine par le Bundesrat, mais d'après les médias allemands, il ne s'agit que d'une formalité. Une fois définitivement adoptée, cette réforme entrera en vigueur à partir du 1er janvier 2015.

Selon les estimations du SPD, l'instauration d'un salaire minimum au niveau national devrait permettre à environ quatre millions d'actifs (sur un total de 42 millions) d'être mieux payés.

Si la droite a longtemps combattu ce projet, les critiques les plus violentes sont venues de la gauche de la gauche lors du débat parlementaire autour du texte. La version finale du "smic" allemand comporte, en effet, beaucoup d'exceptions. Les agriculteurs ont, ainsi, obtenu que les travailleurs saisonniers n'en bénéficient pas. Le salaire minimum ne concernera pas non plus les apprentis en formation, les livreurs de journaux ou encore les chômeurs de longue durée pendant six mois et les salariés de moins de 18 ans.

Le parti "Die Linke" (la principale formation d'extrême-gauche allemande), a déploré un salaire minimum "gruyère" bien loin de ce qui avait été promis. Les Verts n'ont pas non plus été tendres avec le texte jugeant que le gouvernement avait cédé trop de terrain au lobby du patronat.

Avec AFP

Première publication : 03/07/2014

  • RÉFORME SOCIALE

    Allemagne : une baisse de l’âge de la retraite faussement prometteuse

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Merkel se résout à généraliser le salaire minimum

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    L'Union européenne ouvre une enquête sur le modèle économique allemand

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)