Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Economie

Steve Jobs, le Premier ministre finlandais ne te remercie pas !

© FRANCE 24

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 04/07/2014

Alexander Stubb, le Premier ministre finlandais, a estimé dans une interview parue vendredi que Steve Jobs, ses iPhone et iPad étaient responsables des difficultés économiques que traversent actuellement ce pays de la Baltique.

Steve Jobs, fossoyeur de l’économie finlandaise ? C’est le Premier ministre finlandais, Alexander Stubb, qui l’a affirmé, vendredi 4 juillet, dans un entretien accordé au quotidien danois “Dagens Industri”.

“Steve Jobs a pris nos emplois”, a souligné celui qui est devenu chef du gouvernement finlandais le 17 juin dernier. Il a pris les rênes du pouvoir alors que le pays, entré en récession l’an dernier, a du mal à retrouver le chemin de la croissance et subit une cure d’austérité budgétaire pour apurer ses dettes qui s’élèvent à 60 % du PIB.

En fait, ce jeune homme politique de 56 ans souvent décrit comme “branché” et “sportif”, blâme deux inventions de feu le fondateur d’Apple - l’iPhone et l’iPad - dont le succès aurait, par ricochets, ébranlé l’économie finlandaise.

Le smartphone star de la marque à la pomme est, en effet, souvent perçu comme la bombe qui a fait exploser l’empire Nokia. Le célèbre constructeur de téléphones, racheté en 2013 par Microsoft, a longtemps été le principal moteur économique du pays. Il représentait à lui tout seul le quart de sa croissance annuelle et un cinquième de toutes ses exportations entre 1998 à 2007 (date de la sortie de l’iPhone), d’après le centre de recherche pour l’économie finlandaise (ETLA). La chute de près de 90 % de la valeur de l’action Nokia entre 2007 et 2013 a crée une onde de choc dans le pays.

La Finlande, une économie en bois ?

Mais pourquoi pointer aussi du doigt l’iPad ? C’est parce qu’une autre mamelle de l’économie finlandaise, l’industrie forestière, représente plus de 7 % du PIB. Un secteur qui, jusqu’à récemment, était essentiellement tourné vers la fabrication de pâte à papier. Pas de chance : les iPad et autres tablettes ont changé les habitudes de lecture. Le numérique n’a pas besoin de papier et les exportations de pâtes de bois ont pris un coup : les prix ont chuté de près de 5 %.

Pour autant, Alexander Stubb n’est pas rancunier. Ces innovations made in Apple auraient, d’après lui, forcé le pays à s’adapter. Il cite, notamment, le virage de l’industrie forestière qui se tourne de plus en plus vers les innovations écologiques (biocarburant à base de bois, plâtre biodégradable en bois) pour trouver des débouchés à ses produits.

Reste que Steve Jobs est peut-être un bouc émissaire un peu trop parfait. D’abord, l’arrivée de l’iPhone n’a pas empêché Samsung de prospérer sur le marché des smartphones. Nokia avait d'autres problèmes et l'arrivée de l'iPhone n'aurait servi que de détonateur. "La société, victime de son succès, est devenu arrogante et n'a pas vu les changements qui ont eu lieu dans le secteur", soulignait, dès 2012, Petteri Järvinen, un spécialiste finlandais du secteur des nouvelles technologies qui a travaillé pour Nokia.

En outre, l’iPad est loin d’être le seul, ni même le premier support numérique à avoir donné un coup de vieux au papier. Les liseuses électroniques, dont les célèbres Kindle d’Amazon, existent depuis bien avant 2010 (sortie de la tablette d’Apple) et ont fortement contribué à bouleverser le secteur de l’édition, grand consommateur de papier. Déjà en 2009, une étude du cabinent américain de conseil PriceWaterCooperhouse (PWC) mettait en garde la filière bois contre l'émergence du tout numérique et appelait les professionnels du secteur à s'adapter. Un appel que la filière finlandaise n'avait visiblement pas entendu.

Première publication : 04/07/2014

  • TÉLÉPHONIE

    Microsoft fait main basse sur Nokia

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    La Finlande vent debout contre l’ex-PDG de Nokia Stephen Elop

    En savoir plus

  • TÉLÉCOMMUNICATION

    Nokia Siemens va supprimer 17 000 postes dans le monde

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)