Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement d'un Français en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le retour de Nicolas Sarkozy n'est pas une solution pour la France"

En savoir plus

SUR LE NET

Cambodge : les travailleurs exigent une hausse des salaires

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois Israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

Economie

Comment Goldman Sachs a fait plier Google

© Wikimedia Commons

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 04/07/2014

Goldman Sachs affirme que Google a accepté de bloquer l’accès à un mail envoyé par erreur à un compte Gmail. Mais la banque d’affaires veut plus : elle demande la destruction pure et simple du message.

Il fallait bien un mastodonte du calibre de Goldman Sachs pour réussir ça. La banque d’affaires américaine a assuré, mercredi 2 juillet, avoir obtenu que Google bloque l’accès à un courriel qu’un de ses collaborateurs avait envoyé par erreur à une adresse Gmail.

C’est la première fois que le géant de l’Internet empêche, sur demande d’une société privée, un internaute de lire un message qu’il a reçu, même par erreur. Goldman Sachs précise que Google lui a indiqué que le compte Gmail concerné n’avait pas été consulté depuis l’envoi, le 26 juin, du courriel de la discorde.

La banque d’affaires a souligné à quel point cette erreur d’aiguillage d’un de ses collaborateurs externes était importante à ses yeux. “Une mesure d’urgence [était] nécessaire afin d’éviter le risque d’infliger une violation massive et inutile de la vie privée des clients de Goldman Sachs et pour éviter des dommages à la réputation [de la banque]”, avait affirmé le groupe américain.

La bourde initiale aurait, pourtant, de quoi faire sourire. À l’origine de l’affaire, un sous-traitant voulait envoyer des documents à un employé de Goldman Sachs. Mais au lieu d’entrer l’adresse interne @gs.com, il a tapé @gmail.com avant d’expédier la missive à quelqu’un qui n’a rien à voir avec la banque.

En l'occurrence, il ne s’agissait pas d’un courriel anodin, et c’est bien ça qui chiffonne le géant de la finance. Le message contenait, d’après Goldman Sachs, une liste de certains de ses clients, accompagnée de données sensibles telles que des informations sur des opérations boursières liées à ces comptes.

"Dangereux précédent"

Les responsables de Goldman Sachs ont dû être gagnés par quelques montées de sueurs froides à l’idée qu’un tel trésor se retrouve entre de mauvaises mains. La banque d’investissement ne se contente d’ailleurs pas de savoir que le courriel a été mis en quarantaine par Google. Elle veut qu’il soit purement et simplement détruit.

Une mesure extrême que le géant de l’Internet rechigne à prendre. Google assure qu’il ne peut pas et ne veut pas effacer un courrier électronique sans le consentement du récipiendaire. Dans tous les cas, le géant de l’Internet ne s’aventurerait pas sur cette pente glissante sans une décision de justice. Une telle violation de la sphère privée des communications “constituerait un dangereux précédent”, assure le site technologique américain "Engadget".

Mais pour Goldman Sachs, les informations privées de ses clients comptent davantage que l’intégrité de la boîte de réception d’un internaute lambda. C’est pourquoi la banque a soumis une demande en justice afin d’obtenir un verdict qui pourrait forcer la main à Google.

Si le tribunal venait à donner raison à la banque d’affaires, le géant de l’Internet risquerait de faire face à une nouvelle situation délicate. Après la décision de la Cour de justice de l’Union européenne de reconnaître un droit à l’oubli, 70 000 internautes ont soumis des demandes à Google pour voir des contenus sur le Net les mettant en cause disparaître du moteur de recherche en Europe. Si Goldman Sachs obtient la destruction de l’email, combien de personnes vont vouloir que le géant de l’Internet fasse disparaître des mails qu’ils ont envoyés “par erreur” ?

Première publication : 04/07/2014

  • MÉDIAS

    Droit à l'oubli : quand Google "censure" l'accès à des articles de presse

    En savoir plus

  • INTERNET

    "Droit à l'oubli" : comment disparaître des recherches Google

    En savoir plus

  • INTERNET

    Gmail, leader mondial du courriel, célèbre ses dix ans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)