Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

Afrique

Sénégal : la Première ministre Aminata Touré démise de ses fonctions

© AFP | Aminata Touré à son bureau de vote de Dakar, le 29 juin

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/07/2014

Propulsée Première ministre du Sénégal en septembre 2013, Aminata Touré a été démise de ses fonctions vendredi. La perte de la confiance du président Macky Sall fait suite à sa défaite annoncée aux élections locales du 29 juin.

Nommée à la tête du gouvernement le 1er septembre 2013 par le président Macky Sall, Aminata Touré vient de prendre la porte. Vendredi 4 juillet 2014, l’entourage de la Première ministre sénégalaise a annoncé qu’elle avait été démise de ses fonctions.

Aminata Touré "a été limogée", a dit un membre de son entourage, cité par l’AFP. Selon un autre de ses proches, "c'est le président [Macky Sall, NDLR] qui lui a demandé de partir". L'Agence de presse sénégalaise (APS, officielle) et la radio nationale RTS ont également annoncé le départ du gouvernement d'Aminata Touré, l'APS précisant ignorer dans l'immédiat si c'était de son plein gré ou une décision du chef de l'État.

Défaite aux élections municipales

L'annonce du départ d'Aminata Touré survient moins d’une semaine après sa défaite à l’élection locale de Grand Yoff, sa circonscription de Dakar, le 29 juin. Dans la capitale, la liste qu'elle dirigeait a été devancée par une coalition dissidente emmenée par le maire sortant de Dakar, Khalifa Sall, selon la presse locale. "Depuis sa défaite face à Khalifa Sall, (elle) était sur la sellette", a indiqué la radio RTS.

Les résultats officiels de ces élections locales étaient toujours attendus vendredi soir. Mais d'après des chiffres rapportés par de nombreux médias locaux, l'Alliance pour la République (APR, parti du président Macky Sall) a perdu de grandes villes comme Dakar et plusieurs ministres ont été battus dans leurs circonscriptions. Toutefois, la coalition au pouvoir l'aurait emporté dans plus de 70 % des circonscriptions électorales du pays.

"Madame anti-corruption" du Sénégal

Femme à poigne, médiatique, Aminata Touré a bâti sa réputation en parcourant les routes de son pays pour la campagne électorale de Macky Sall, en 2012, puis en dirigeant avec poigne le ministère de la Justice. Garde des Sceaux entre avril 2012 et septembre 2013, elle s’était taillé la réputation de "madame anti-corruption" du Sénégal.

Elle s’était même mise à dos une partie de la haute société de Dakar en accélérant les dossiers judiciaires dans les affaires de "biens mal acquis". Cela s’est traduit par l'arrestation ou l’interpellation d'anciens ministres et des directeurs généraux de sociétés. Elle a également supervisé l’arrestation de l’ancien dictateur tchadien Hissène Habré, réfugié à Dakar depuis 1990.

Avec AFP

Première publication : 04/07/2014

  • SÉNÉGAL

    Aminata Touré, madame anti-corruption du Sénégal, désormais Premier ministre

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Nommée Premier ministre, Aminata Touré a formé son gouvernement

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Aminata Touré nommée Premier ministre du Sénégal par Macky Sall

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)