Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Confusion au Lesotho après une possible tentative de coup d'État

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

EUROPE

La reine Elisabeth II inaugure son porte-avions

© AFP - La reine lors de l'inauguration du HMS Queen Elizabeth

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/07/2014

La reine Elisabeth II a baptisé vendredi – au whisky - un nouveau porte-avions britannique qui entrera en service en 2020. Le bâtiment, qui porte le nom de la souveraine, pourra embarquer jusqu’à 1600 hommes et contenir 36 avions.

Il a été baptisé au whisky. La reine Elisabeth II a baptisé, vendredi 4 juillet, un porte-avions géant à son nom, fierté de la Royal Navy, en brisant sur la coque une bouteille de whisky au lieu de l'habituel champagne, au cours d'une cérémonie au chantier naval écossais de Rosyth.

"Puisse Dieu le bénir et ceux qui navigueront à son bord", a déclaré la reine face au plus grand bâtiment de guerre jamais construit au Royaume-Uni. Ce dernier est, en effet, trois fois plus long que la façade du Palais de Buckingham avec ses 280 mètres, et haut comme les chutes du Niagara.

Capture d'écran Reuters

"Le navire et les avions, qui opéreront depuis son pont, vont inaugurer une nouvelle ère passionnante en matière de capacité opérationnelle et de coopération incluant la Royal Navy et la Royal Air Force aussi bien que des partenaires internationaux au premier rang desquels figurent les États-Unis et la France", a souligné la reine.

1600 hommes, 4 hélicoptères, 36 avions

Le HMS Queen Elizabeth [Her Majesty’s Ship] embarquera jusqu'à 1 600 hommes d'équipage, ainsi que quatre hélicoptères de combat et 36 avions F-35 américains. Il ne sera opérationnel qu’en 2020 et n’effectuera ses premiers essais qu’en 2017.

Il comblera alors un manque dans le dispositif de la Royal Navy, privée depuis 2010 de porte-avions pour des considérations d'économies budgétaires. Un second bâtiment de même classe, de 65 000 tonnes, est programmé. Il portera le nom de HMS Prince of Wales, le titre du prince Charles, héritier du trône.

L'opposition travailliste et certains députés de la majorité ont dénoncé son coût faramineux (7,8 milliards d’euros) tandis que des stratèges s'interrogeaient sur le bien-fondé de l'investissement à l'heure où la menace militaire a changé de nature. Les militaires sont aujourd’hui plus préoccupés par le terrorisme que par un éventuel conflit "conventionnel".

Avec AFP

Capture d'écran Reuters

Première publication : 05/07/2014

COMMENTAIRE(S)