Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"J'aime les socialistes"

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

SUR LE NET

Des militants anti-avortement s'opposent au "Ice Bucket Challenge"

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins six morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipe

    En savoir plus

  • UE : Tusk président du Conseil, Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

  • Vidéo : à Novoazovsk, "il semblerait que les Russes soient déjà partis"

    En savoir plus

  • Offensive irakienne et frappes américaines contre l'EI à Amerli

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE pose un ultimatum à la Russie avant de nouvelles sanctions

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

EUROPE

La reine Elisabeth II inaugure son porte-avions

© AFP - La reine lors de l'inauguration du HMS Queen Elizabeth

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/07/2014

La reine Elisabeth II a baptisé vendredi – au whisky - un nouveau porte-avions britannique qui entrera en service en 2020. Le bâtiment, qui porte le nom de la souveraine, pourra embarquer jusqu’à 1600 hommes et contenir 36 avions.

Il a été baptisé au whisky. La reine Elisabeth II a baptisé, vendredi 4 juillet, un porte-avions géant à son nom, fierté de la Royal Navy, en brisant sur la coque une bouteille de whisky au lieu de l'habituel champagne, au cours d'une cérémonie au chantier naval écossais de Rosyth.

"Puisse Dieu le bénir et ceux qui navigueront à son bord", a déclaré la reine face au plus grand bâtiment de guerre jamais construit au Royaume-Uni. Ce dernier est, en effet, trois fois plus long que la façade du Palais de Buckingham avec ses 280 mètres, et haut comme les chutes du Niagara.

Capture d'écran Reuters

"Le navire et les avions, qui opéreront depuis son pont, vont inaugurer une nouvelle ère passionnante en matière de capacité opérationnelle et de coopération incluant la Royal Navy et la Royal Air Force aussi bien que des partenaires internationaux au premier rang desquels figurent les États-Unis et la France", a souligné la reine.

1600 hommes, 4 hélicoptères, 36 avions

Le HMS Queen Elizabeth [Her Majesty’s Ship] embarquera jusqu'à 1 600 hommes d'équipage, ainsi que quatre hélicoptères de combat et 36 avions F-35 américains. Il ne sera opérationnel qu’en 2020 et n’effectuera ses premiers essais qu’en 2017.

Il comblera alors un manque dans le dispositif de la Royal Navy, privée depuis 2010 de porte-avions pour des considérations d'économies budgétaires. Un second bâtiment de même classe, de 65 000 tonnes, est programmé. Il portera le nom de HMS Prince of Wales, le titre du prince Charles, héritier du trône.

L'opposition travailliste et certains députés de la majorité ont dénoncé son coût faramineux (7,8 milliards d’euros) tandis que des stratèges s'interrogeaient sur le bien-fondé de l'investissement à l'heure où la menace militaire a changé de nature. Les militaires sont aujourd’hui plus préoccupés par le terrorisme que par un éventuel conflit "conventionnel".

Avec AFP

Capture d'écran Reuters

Première publication : 05/07/2014

COMMENTAIRE(S)