Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

EUROPE

La reine Elisabeth II inaugure son porte-avions

© AFP - La reine lors de l'inauguration du HMS Queen Elizabeth

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/07/2014

La reine Elisabeth II a baptisé vendredi – au whisky - un nouveau porte-avions britannique qui entrera en service en 2020. Le bâtiment, qui porte le nom de la souveraine, pourra embarquer jusqu’à 1600 hommes et contenir 36 avions.

Il a été baptisé au whisky. La reine Elisabeth II a baptisé, vendredi 4 juillet, un porte-avions géant à son nom, fierté de la Royal Navy, en brisant sur la coque une bouteille de whisky au lieu de l'habituel champagne, au cours d'une cérémonie au chantier naval écossais de Rosyth.

"Puisse Dieu le bénir et ceux qui navigueront à son bord", a déclaré la reine face au plus grand bâtiment de guerre jamais construit au Royaume-Uni. Ce dernier est, en effet, trois fois plus long que la façade du Palais de Buckingham avec ses 280 mètres, et haut comme les chutes du Niagara.

Capture d'écran Reuters

"Le navire et les avions, qui opéreront depuis son pont, vont inaugurer une nouvelle ère passionnante en matière de capacité opérationnelle et de coopération incluant la Royal Navy et la Royal Air Force aussi bien que des partenaires internationaux au premier rang desquels figurent les États-Unis et la France", a souligné la reine.

1600 hommes, 4 hélicoptères, 36 avions

Le HMS Queen Elizabeth [Her Majesty’s Ship] embarquera jusqu'à 1 600 hommes d'équipage, ainsi que quatre hélicoptères de combat et 36 avions F-35 américains. Il ne sera opérationnel qu’en 2020 et n’effectuera ses premiers essais qu’en 2017.

Il comblera alors un manque dans le dispositif de la Royal Navy, privée depuis 2010 de porte-avions pour des considérations d'économies budgétaires. Un second bâtiment de même classe, de 65 000 tonnes, est programmé. Il portera le nom de HMS Prince of Wales, le titre du prince Charles, héritier du trône.

L'opposition travailliste et certains députés de la majorité ont dénoncé son coût faramineux (7,8 milliards d’euros) tandis que des stratèges s'interrogeaient sur le bien-fondé de l'investissement à l'heure où la menace militaire a changé de nature. Les militaires sont aujourd’hui plus préoccupés par le terrorisme que par un éventuel conflit "conventionnel".

Avec AFP

Capture d'écran Reuters

Première publication : 05/07/2014

COMMENTAIRE(S)