Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre l'État islamique

    En savoir plus

  • En direct : le "non" à l'indépendance de l'Écosse remporte 55,3 % des voix

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • À Washington, Petro Porochenko réclame et obtient plus de soutien des États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao écope de six mois de suspension

    En savoir plus

  • Alibaba lève plus de 25 milliards de dollars à Wall Street

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

SPORT

En images : une première étape à l’accent "british" pour le 101e Tour de France

© Stéphanie Trouillard/France24 | Le départ du Tour de France à Leeds

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 06/07/2014

Pour la deuxième fois de son histoire, le Tour de France s'est élancé d'Angleterre. À Leeds, les amateurs de vélo sont venus en très grand nombre. Dans le royaume d'Elisabeth II, la petite reine est de plus en plus populaire.

En ce samedi 5 juillet, les rues de Leeds ont un petit air français. Les balcons de la ville arborent des guirlandes aux couleurs des maillots du Tour de France. Parmi les habitants massés le long des rues pour assister à la première étape de l'édition 2014, certains osent même la marinière “so frenchy”. La célèbre statue d'Edouard de Woodstock, le prince noir qui affronta les Français durant la guerre de cent ans, porte elle aussi un tee-shirt jaune pour l'occasion.

Près de la zone du départ, dès les premières heures de la journée, les amateurs de vélo patientent en nombre. Pas question de manquer ce jour historique, le tout premier passage de la Grande Boucle dans le Yorkshire. “C'est le plus grand événement sportif au monde !”, s'enthousiasme Tom, un jeune homme venu tout spécialement de Londres. Avec son drapeau britannique sur le dos, ce cycliste amateur voue un véritable culte au Tour de France : “Je l'aime ! C'est très spécial. Il y a des personnages sur la route et en dehors. Je me suis pris de passion pour le vélo depuis la victoire de Bradley Wiggins. J'ai lu beaucoup de livres sur l'histoire du Tour de France”.

Le succès des champions britanniques

Parmi les spectateurs, nombreux sont ceux qui ont découvert la petite reine en 2012, lors du premier succès britannique sur la Grande Boucle. En l'espace d'un an, la fédération britannique de cyclisme a enregistré 22 000 licenciés supplémentaires. “Le cyclisme est de plus en plus populaire en Grande-Bretagne”, explique Pete, un pompier venu en tenue de cycliste. “L'équipe Sky (celle de Bradley Wiggins, NDLR) a permis de médiatiser ce sport. C'est dommage que Wiggins ne soit pas là cette année (Christopher Froome, vainqueur l'année dernière, a été choisi pour mener la formation), mais j'aime aussi beaucoup Mark Cavendish. C'est un grand compétiteur. J'ai écrit son nom sur la route. Regardez, j'ai de la peinture sur les jambes !”

À quelques mètres de là, Matt et Howard, deux amis d'enfance, sont du même avis. Le sprinteur britannique Cavendish, vainqueur de 25 étapes sur le Tour et dont la mère a habité dans le Yorkshire, est leur favori. “Nous sommes vraiment fan. C'est l'un des meilleurs sportifs de la planète”, insiste Matt, le visage entièrement peint en jaune. “Nous sommes vraiment obsédés par le Tour. C'est notre événement sportif favori. J'ai commencé à le regarder l'année de la victoire de Greg Lemond contre Laurent Fignon (en 1989, NDLR)”, raconte pour sa part Howard. Ce fan ne cache pas son excitation. Il a d'ailleurs commencé à transmettre sa passion à sa petite fille Florrie qui, du haut de ses quatre ans et demi, porte déjà le maillot à pois du meilleur grimpeur.

Une carte postale devant des millions de téléspectateurs

Devant la boutique officielle, Roop Singh a de son côté choisi d'enfiler un maillot jaune. Amateur de cyclisme depuis sa plus tendre enfance, il réalise un rêve en voyant le Tour dans sa ville de Leeds. “Ce n'est pas bizarre de le voir ici, car les gens aiment vraiment le vélo. C'est une vraie famille, une communauté. Le vélo, c'est la liberté. Tu peux gravir des collines et c'est gratuit”, raconte ce membre de la communauté Sikh qui a également peint son vélo en jaune spécialement pour le départ. Les spectateurs de cette première journée ne sont pas seulement des Anglais. Des drapeaux norvégiens, français ou encore italiens flottent un peu partout. Un groupe d'amis belges a fait plusieurs centaines de kilomètres pour assister à l'épreuve. Aux couleurs des Diables Rouges, ils sont venus soutenir leurs compatriotes qui sont dans le peloton. “Cela permet aussi de découvrir une autre région”, insiste l'un des membres de cette joyeuse bande.

En donnant le départ de la Grande Boucle au Yorkshire, les organisateurs du Tour de France ont, en effet, avant tout offert un sacré coup de projecteur à cette région du nord de l'Angleterre. Sur les écrans de télévision du monde entier, les fans de vélo vont découvrir durant deux étapes ce comté rural aux chemins pittoresques . “Le Tour de France, c'est plus de trois milliards de téléspectateurs en cumulé”, insiste le directeur Christian Prudhomme.”On cherche d'abord la beauté des paysage et des routes différentes. Ici, il y a du plat et des routes vallonnées”.

Le responsable du Tour vante la carte postale touristique, mais aussi l'incroyable ferveur de la population. Il ne pensait pas ce passage en terre anglaise allait susciter autant d'émotions : “Je n'avais pas conscience de la fierté qu'on les gens ici d'accueillir le Tour de France. Les gens nous arrêtent et nous disent merci. Le Tour, c'est vraiment plus que du sport”. Tout près de lui, l'initiateur de cet événement et le directeur de l'office de tourisme du Yorkshire, Gary Verity, a bien du mal à dissimuler sa satisfaction. "Oui, c'est un énorme retour sur investissement et cela représente beaucoup d'argent", lâche-t-il à demi-mots, avant de se reprendre rapidement : "Mais c'est surtout un grand honneur pour moi et beaucoup d'émotions". Près de deux millions de personnes sont ainsi attendues durant les trois étapes anglaises. Ce passage du Tour de France devrait également générer plus de 125 millions d'euros pour l'économie locale.

Première publication : 05/07/2014

  • CYCLISME

    Brian Robinson, pionnier britannique sur le Tour de France 1958

    En savoir plus

  • Royaume-Uni

    Engouement populaire à Leeds pour le départ du Tour de France

    En savoir plus

  • CYCLISME

    Grande Boucle : Cheng Ji, premier Chinois sur le Tour de France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)