Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Le convoi russe en Ukraine : pourquoi et pour qui ?

En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

  • Liga : Munir El Haddadi, la nouvelle perle du Barça

    En savoir plus

  • Mineurs, lieux publics... l'OMS prend position contre la e-cigarette

    En savoir plus

EUROPE

Vidéo : en Crimée, la solidarité s'organise autour des réfugiés ukrainiens

© FRANCE24

Vidéo par Ksenia BOLCHAKOVA , Veronika DORMAN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/07/2014

Des centaines de milliers d'Ukrainiens fuyant les combats dans l'est du pays sont accueillis dans des centres d'accueil ou chez l'habitant en Crimée. La solidarité s'organise avec l'aide de la population locale.

Le nombre de réfugiés ukrainiens en Russie est en nette augmentation. Ils sont 110 000 d’après l’ONU, un demi-million d’après la Russie à avoir fuit les zones de combats de l’est de l’Ukraine. Beaucoup se retrouvent en Crimée, la péninsule fraîchement annexée par Moscou.

La plupart de ces réfugiés ont fuit dans la précipitation, abandonnant sur place tous leurs biens. Ils se retrouvent en grande difficulté une fois arrivés en Crimée. Plusieurs centres d’accueil leur viennent en aide et leur proposent un hébergement.

"L'armée ukrainienne a bombardé notre maison. Et pour nous enfuir, nous avons dû enjamber des corps étendus par terre, c'étaient tous ceux qui avaient été tués par la vague de l'explosion", confient Irina et Sergei de Kramatorsk, à Ksenia Bolchakova et Veronika Dorman, envoyées spéciales de FRANCE 24. Leur famille vient d’être accueillie dans l’un des centres pour les réfugiés de Simferopol, capitale de la Crimée.

Les habitants accueillent des réfugiés

Dans ce centre, ils sont des centaines à être arrivés très récemment d'Ukraine de l'Est. Ici, ils sont pris en charge par les volontaires qui s’occupent de leur procurer des vêtements, de la nourriture et des produits d'hygiène, donnés par les habitants de la péninsule.

La solidarité s’est organisée avec les habitants. Beaucoup accueillent aussi des refugiés chez eux, à leurs frais. C’est le cas de Léna qui tient un hôtel à Simferopol. Cette année, elle a décidé de le mettre à disposition de 50 femmes et enfants ukrainiens en fuite, au lieu de louer ses chambres à des touristes comme à l’accoutumée.

Installation définitive

Au delà de cette aide humanitaire, le centre d’accueil de Simferopol organise aussi le départ des refugiés vers la Russie continentale, par des avions affrétés par le ministère des Situations d'urgence russe.

D’après Jan Krassoutsky, le directeur du centre de coordination pour l'accueil des refugiés de Simferopol, des Ukrainiens de l'Est ont été envoyé dans toute la Russie. "Pour les aider à quitter les zones de combats, nous les mettons en contact avec les coordinateurs parmi les insurgés, ceux qui connaissent les chemins de traverses pour sortir d'Ukraine ", explique-t-il.

Certains réfugiés se demandent s’ils ne vont pas quitter l’Ukraine définitivement. "Nous sommes venus en Crimée parce que nous pouvons rester ici jusqu'à 90 jours. Ça nous laisse le temps de décider si on demande le statut de réfugiés, si on reste ou si on repart chez nous", raconte Galina de Lougansk, l’une de ces déplacés.

D’autres espèrent un jour pouvoir revenir chez eux, mais en attendant ils vont chercher une vie meilleure en Russie. C'est le choix qu'ont fait plus de 12 000 Ukrainiens déjà passés par ce centre.

Première publication : 05/07/2014

  • UKRAINE

    Kiev met fin au cessez-le-feu et se prépare à "libérer" l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'ONU dénonce le rattachement de la Crimée à la Russie

    En savoir plus

  • UKRAINE

    L'Ukraine retire ses troupes de Crimée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)