Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

Conférence sociale: Hollande a rendez-vous avec patronat et syndicats

AFP

Francois Hollande le 3 juillet 2014 à l'Elysée à ParisFrancois Hollande le 3 juillet 2014 à l'Elysée à Paris

Francois Hollande le 3 juillet 2014 à l'Elysée à ParisFrancois Hollande le 3 juillet 2014 à l'Elysée à Paris

François Hollande a rendez-vous lundi avec le patronat et les syndicats pour sa 3e conférence sociale, un test pour le dialogue social qui lui est cher, mais qui intervient dans un climat tendu par la mise en oeuvre du pacte de responsabilité et les récentes décisions du gouvernement.

En préambule de cette 3e grand-messe sociale du quinquennat, le chef de l'Etat rencontre lundi après-midi à huis-clos les dirigeants des organisations syndicales (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC) et patronales (Medef, CGPME,UPA), sur fond de chômage record et de croissance atone.

François Hollande s'exprimera dans la foulée en séance plénière au palais d'Iéna, l'occasion pour lui de faire le point sur le pacte de responsabilité, sur que lequel il compte pour sortir le pays du chômage de masse.

"L'enjeu de la conférence, ce sera avant tout l'emploi", dit-on au ministère du Travail, alors que plus de 3,3 millions de personnes n'ont aucune activité.

Tous les leaders ont répondu présents pour cette réunion, car "débattre avec le président de la République est un acte républicain", selon Thierry Lepaon (CGT), mais le climat risque d'être moins consensuel que lors des deux précédentes conférences sociales.

Pour les syndicats, les motifs de mécontentement s'accumulent. La CGT et FO, opposés depuis le début au pacte de responsabilité rebaptisé par eux "pacte d'austérité", mais aussi la CFDT ont très mal pris les récentes décisions du Premier ministre.

Manuel Valls a annoncé la semaine dernière que l'entrée en vigueur du compte pénibilité, qui doit permettre à certains salariés de partir plus tôt à la retraite, serait partiellement reportée à 2016 au lieu du 1er janvier 2015. Il a aussi invité les partenaires sociaux à discuter d'une simplification du code du Travail, une perspective que les syndicats ont d'ores et déjà repoussée.

Accusant le gouvernement de céder aux "injonctions" du patronat, ils ont aussi reproché à Manuel Valls de ne pas les avoir consultés et dénoncé un"coup porté" au dialogue social.

Résultat: si les organisations patronales, satisfaites, sont revenues sur leur menace de boycotter la conférence sociale, c'est au tour de la CGT et de FO d'envisager de la bouder partiellement.

"On marquera le coup", a prévenu Jean-Claude Mailly (FO). "Pas question de cantonner les syndicats dans un rôle de figuration", a dit Thierry Lepaon.

- "Une mécanique usée" pour Mailly -

Ces deux centrales réuniront leurs instances lundi pour voir si elles participeront mardi aux sept tables rondes présidées par neuf ministres et surtout si elles assisteront au discours de clôture de Manuel Valls.

"A quoi ça sert une conférence sociale si tout est annoncé avant", a lancé Jean-Claude Mailly dimanche soir sur BFM-TV en jugeant "la mécanique (de la conférence sociale) usée".

A la CFDT en revanche, la stratégie reste la même, "pousser pour obtenir des contreparties au pacte". "Nous n'allons pas quitter la conférence", a assuré Véronique Descacq, numéro 2 du syndicat.

Pour autant, Manuel Valls est confiant, affirmant qu'il "ne doutait pas" que syndicats et patronat "se retrouveront autour de la table".

"On ne peut pas fustiger le patronat parce qu'il menace de boycotter et ensuite menacer de boycotter soi-même", relevait une source gouvernementale.

Soucieux de donner des gages aux organisations syndicales, le Premier ministre a demandé au patronat de "reconnaître l'effort que la Nation consent pour le soutenir" avec le pacte de responsabilité et de "s'engager pleinement pour la création d'emplois".

Mais il a aussi plaidé pour une "gauche qui marche" quitte à "venir perturber des habitudes, des acquis".

Le Premier ministre tracera mardi la feuille de route pour l'année à venir. Il devrait aussi annoncer des mesures pour relancer l'apprentissage, nouvelle cartouche anti-chômage, les outils mis en place depuis 2012 (emplois d'avenir, contrats de génération) s'étant avérés insuffisants.

Première publication : 07/07/2014