Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Paul Sanchez est revenu" et "Fleuve noir" : noir, c'est noir

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Israël, "État-nation du peuple juif" : un projet de loi controversé

En savoir plus

FOCUS

Pour trouver un emploi, les jeunes Chinoises passent sous le bistouri

En savoir plus

FACE À FACE

Mondial-2018 : une victoire pour les Bleus... et Emmanuel Macron ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Mines en Guyane : le projet Montagne d'or "inacceptable" pour les autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Troll"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Google : vers une amende record de Bruxelles pour abus de position dominante

En savoir plus

EUROPE

Décès de l'ancien président géorgien Edouard Chevardnadzé

© AFP / Edouard Chevardnadzé en 2003.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/07/2014

Edouard Chevardnadzé, l’ancien ministre soviétique des Affaires étrangères et ancien président géorgien, s'est éteint lundi à l’âge de 86 ans, des suites d'une longue maladie. Il avait été l’une des figures marquantes de la "perestroïka".

L’homme politique géorgien Edouard Chevardnadzé est mort, lundi 7 juillet, à l’âge de 86 ans à Tbilissi, la capitale géorgienne. Ministre des Affaires étrangères de l’URSS de 1985 à 1990, il a été l’un des artisans de la "perestroïka" - l’ensemble des réformes économiques et sociales menées en URSS à la fin des années 1980. Il avait ensuite été président de Géorgie de 1992 à 2003.

Ancien patron du Parti communistre géorgien, Edouard Chevardnadzé était entré au bureau politique du Parti communiste soviétique sous Léonid Brejnev. À la fin des années 1980, aux côtés de Mikhaïl Gorbatchev, le dernier numéro un soviétique, il joue un rôle central pour mettre en place la "glasnost" - une politique de liberté d’information et de transparance, et la "nouvelle pensée" - l’ouverture vers l’occident de l’URSS, dans le sillage de la "perestroïka".

Fin 1990, il avait démissionné de son poste de chef de la diplomatie soviétique, qu'il occupait depuis 1985, en mettant en garde contre un recours à la "dictature".

Retiré dans une Géorgie devenue indépendante, il accède à la présidence en 1992, et occupe le poste pendant une décennie. En 2003, il démissionne suite aux manifestations de la "Révolution des Roses", laissant un pays appauvri et proche du chaos.

Avec Reuters

Première publication : 07/07/2014

  • GÉORGIE

    Tbilissi affirme avoir démasqué une dizaine d'espions à la solde de la Russie

    En savoir plus

  • GÉORGIE

    Élection présidentielle : les Géorgiens tournent la page Saakachvili

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    À peine élu, le nouveau président géorgien fait les yeux doux au géant russe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)