Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Non, l'attentat de Mogadiscio n'a pas été oublié par les médias

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : au moins 3 morts à Sokodé

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe état islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe état islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "le danger, c'est que les femmes se victimisent"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "Emmanuel Macron a réussi à faire exploser la gauche mais la droite résiste"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pascal Légitimus : un illustre Inconnu

En savoir plus

FOCUS

Lutte contre le terrorisme en France : l'opération sentinelle à bout de souffle?

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 2)

En savoir plus

EUROPE

Décès de l'ancien président géorgien Edouard Chevardnadzé

© AFP / Edouard Chevardnadzé en 2003.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/07/2014

Edouard Chevardnadzé, l’ancien ministre soviétique des Affaires étrangères et ancien président géorgien, s'est éteint lundi à l’âge de 86 ans, des suites d'une longue maladie. Il avait été l’une des figures marquantes de la "perestroïka".

L’homme politique géorgien Edouard Chevardnadzé est mort, lundi 7 juillet, à l’âge de 86 ans à Tbilissi, la capitale géorgienne. Ministre des Affaires étrangères de l’URSS de 1985 à 1990, il a été l’un des artisans de la "perestroïka" - l’ensemble des réformes économiques et sociales menées en URSS à la fin des années 1980. Il avait ensuite été président de Géorgie de 1992 à 2003.

Ancien patron du Parti communistre géorgien, Edouard Chevardnadzé était entré au bureau politique du Parti communiste soviétique sous Léonid Brejnev. À la fin des années 1980, aux côtés de Mikhaïl Gorbatchev, le dernier numéro un soviétique, il joue un rôle central pour mettre en place la "glasnost" - une politique de liberté d’information et de transparance, et la "nouvelle pensée" - l’ouverture vers l’occident de l’URSS, dans le sillage de la "perestroïka".

Fin 1990, il avait démissionné de son poste de chef de la diplomatie soviétique, qu'il occupait depuis 1985, en mettant en garde contre un recours à la "dictature".

Retiré dans une Géorgie devenue indépendante, il accède à la présidence en 1992, et occupe le poste pendant une décennie. En 2003, il démissionne suite aux manifestations de la "Révolution des Roses", laissant un pays appauvri et proche du chaos.

Avec Reuters

Première publication : 07/07/2014

  • GÉORGIE

    Élection présidentielle : les Géorgiens tournent la page Saakachvili

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    À peine élu, le nouveau président géorgien fait les yeux doux au géant russe

    En savoir plus

  • GÉORGIE

    Tbilissi affirme avoir démasqué une dizaine d'espions à la solde de la Russie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)