Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

EUROPE

Pédophilie : le pape François dénonce "la complicité" d'une partie du clergé

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/07/2014

Le pape François, qui a reçu lundi des victimes de prêtres pédophiles, a dénoncé la "complicité inexplicable" d'une partie du clergé à l'égard de ces crimes sexuels. Il a demandé pardon au nom de l'Église catholique.

La rencontre était très attendue. Le pape François a reçu, lundi 7 juillet, pour la première fois au Vatican un groupe de victimes de prêtres pédophiles, confirmant la volonté de l'Église catholique, déjà manifestée par Benoît XVI, de rompre avec la tolérance coupable du passé et le manque de solidarité avec les enfants abusés.

Le souverain pontife a dénoncé lundi "la complicité inexplicable" d'une partie du clergé à l'égard des prêtres et des évêques pédophiles, et promis qu'il "ne tolèrerait aucun mal" fait à un mineur.

Il a aussi a affirmé que la douleur des victimes et les suicides "pèsent sur la conscience de l’Église". Il a "demandé pardon pour le péché d'omission de dirigeants" de l’Église, qui ont refusé d'entendre les dénonciations et les plaintes des victimes.

Six victimes accueillies par le Pape

Six victimes, deux d'Allemagne, deux du Royaume-Uni et deux d'Irlande, pays le plus touché par le scandale, ont été reçus par Jorge Mario Bergoglio à la résidence Sainte-Marthe où il réside depuis son élection en 2013.

Le pape a récemment comparé tout prêtre qui abuse d'un enfant à quelqu'un qui commet le pire sacrilège religieux, "une messe noire". Il a affirmé avec force : "On ne joue pas avec les enfants".

Cette rencontre avec les victimes, qui suit celles que Benoît XVI avait eues lors de plusieurs de ses voyages, a lieu au Vatican même.

Elle sera précédée d'une messe dans la chapelle du pape et aura lieu au lendemain d'une réunion de la nouvelle commission pour la protection des mineurs, constituée par le pape François en mars.

Politique de tolérance zéro

Cette commission, destinée à éduquer, prévenir, combattre les dangers pédophiles dans les institutions de l'Église, mais non à agir directement sur les enquêtes, est composée de quatre femmes, dont Marie Collins, victime irlandaise d'un prêtre pédophile, et de quatre experts reconnus. Le cardinal capucin de Boston, Sean O'Malley, proche du pape, la dirige. En font partie également l'ancien chef du gouvernement polonais Hanna Suchocka, une pédopsychiatre française, une psychiatre britannique, un avocat italien, un théologien argentin, un jésuite allemand psychothérapeute.

L'objectif de la session de dimanche était d'élargir cette commission à des experts du Sud, alors que la pédophilie y est largement ignorée et tabou dans les sociétés et dans l'Église.

Le souverain pontife a accentué la politique de tolérance zéro initiée par son prédecesseur, en complétant le dispositif léga l: il a réformé le code pénal du Vatican et du Saint-Siège, tous ses membres étant passibles de sa justice pénale.

Un premier procès pourrait se tenir au tribunal du petit État contre l'ancien nonce polonais à Saint-Domingue, l'archevêque Jozef Wesolowski, réduit à l'état laïc après avoir eu des relations tarifées avec des mineurs.

Le Vatican a été en accusation devant les comités pour les droits de l'enfant et contre la torture de l'ONU, qui, tout en reconnaissant des efforts, ont soutenu que le Vatican avait continué parfois à occulter des affaires, et à muter tranquillement des prêtres pédophiles.

Le pape François, après avoir été assez silencieux sur ces thèmes, a demandé solennellement pardon au nom de l'Église et promis des "sanctions très sévères".

Il a aussi affirmé que l'Église est l'institution qui a réagi avec le plus de "transparence et responsabilité", et que la majeure partie des cas survenait dans les familles et le voisinage.

Avec AFP

Première publication : 07/07/2014

  • RELIGION

    Pour le pape, la pédophilie au sein de l’Église est une "messe satanique"

    En savoir plus

  • RELIGION

    Pédophilie : le Vatican destitue 400 prêtres

    En savoir plus

  • RELIGION

    Le Vatican crée une commission pour lutter contre la pédophilie au sein de l'Église

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)