Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

SPORT

Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

© Capture d'écran - Twitter

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 09/07/2014

Sans surprise, la presse allemande célèbre la victoire sans appel de la Mannschaft sur le Brésil et ne sait plus où donner du superlatif. Même enthousiasme sur les réseaux sociaux où les Allemands tentent de prouver qu’ils ont de l’humour.

C’est à qui trouvera le meilleur superlatif. Après l'écrasante victoire 7-1 de la Mannschaft contre le Brésil en demi-finale de la Coupe du monde, mardi 8 juillet, les médias allemands ne font pas dans la dentelle. Ils caressent dans le sens du poil le sentiment de fierté éprouvé par les plus de 32 millions d’Allemands qui ont assisté à la qualification spectaculaire de leur équipe pour la finale.

Une fois n’est pas coutume, la presse tabloïd et les journaux plus austères sont sur la même longueur d’onde. Le titre “Une victoire pour l’éternité” a été retenu à la fois par le très racoleur “Bild” et le bien plus sobre “Die Zeit”. Le quotidien conservateur “Frankfurter Allgemeine” n’a, visiblement, pas réussi à trancher entre tous les qualificatifs possibles et s’offre le pot-pourri “Incroyable, inconcevable, inimaginable” pour décrire la manière dont l’Allemagne a dominé le pays organisateur de ce mondial.

“Comment expliquer un miracle ?”

L’éditorialiste du “Frankfurter Allgemeine”, Peter Hess résume son impression d’avoir vécu un événement sportif improbable : “Comment peut-on expliquer un miracle footballistique ? Le mieux c’est de ne pas le faire et simplement de savourer l’instant”. Le quotidien bavarois “Süddeutsche Zeitung”, lui ,n'en revient visiblement toujours pas : “7-1, est-ce que c’est vraiment vrai ?”.

Certains, pourtant, dépassent le registre de l’émotion et tentent un brin d’analyse. Ainsi, le journal “Die Zeit” assure : “Cette folie est une anomalie de l’histoire sportive rendue uniquement possible par l’effondrement tactique de la sélection brésilienne”. Le site du magazine "Focus" renchérit : une telle victoire est avant tout une défaite de l’équipe adverse. La Seleçao était plombée “par une pression trop difficile à supporter par des joueurs ayant un niveau somme toute assez moyen”. Tous les journaux pointent d’ailleurs du doigt la responsabilité du sélectionneur brésilien, Luiz Felipe Scolari, dans cette déroute. “Il n’a pas réussi à faire oublier aux joueurs le poids des attentes de tout un peuple”, résume "Focus".

Son homologue allemand, Joachim Löw, saura-t-il faire mieux ? C’est ce que les médias allemands se demandent, maintenant que l’Allemagne a “clairement le rôle de favori pour la finale”, écrit “Die Zeit”. Car une chose est sûre pour tous les commentateurs allemands : l’Argentine ou les Pays-Bas ne laisseront pas la Mannschaft plier le match dans les 30 premières minutes comme elle l’a fait contre le Brésil.

Ach, l’humour allemand

Les Allemands n’en sont pas encore à faire des pronostics sur la finale de dimanche prochain. Sur les réseaux sociaux, ils préfèrent célébrer l’incroyable victoire. La mannequin et actrice Heidi Klum a publié, sur Twitter, une photo d’elle tout sourire devant un gigantesque écran de télévision accompagnée du message : “Vous arrivez à y croire vous ? Moi non”. Autre star allemande, la joueuse de tennis Steffi Graff a été photographiée par son compagnon André Agassi qui note, toujours sur Twitter, “Et voilà, la Coupe du monde m’a apporté une nouvelle explication sur les raisons pour lesquelles ce n’est pas moi qui porte la culotte à la maison”.

Il n’y a pas que les célébrités allemandes qui se sont ruées sur le réseau social après ce match devenu le nouvel événement sportif de référence avec 35 millions de messages postés depuis hier. La plupart des Allemands ont célébré la victoire avec humour. Leur cible de choix : la statue du Christ rédempteur à Rio de Janeiro. Avec un petit coup de pouce de Photoshop, ils la font décoller vers d’autres cieux, et la remplacent, au choix, par Angela Merkel ou le Bundestag (la chambre basse du Parlement allemand).

D’autres ironisent sur l’absence du prodige Neymar : “Je ne m’y connais pas très bien en football, mais ce Neymar devait être un sacré défenseur [c’est en fait un attaquant, NDLR]”, écrit @jardinduvin. Pour la rédactrice en chef du journal "Tageszeitung", Ines Pohl, ce match a donné un tout nouveau sens à l’expression “avantage de jouer à domicile” : “Maintenant ça veut dire qu’on peut rentrer en bus à la maison quand on est éliminés”.

Mais les messages les plus révélateurs de l’ambiance en Allemagne sont ceux qui décrivent un lendemain qui chante. “Ça fait plaisir de voir pour une fois des sourires sur tous les visages quand on fait des courses au supermarché”, raconte ainsi un internaute. Un autre remercie son boulanger qui “distribue gratuitement sept petits pains à chaque client”

Quant à l’agence de presse allemande, DPA, elle rappelle sur son fil Twitter que le score a aussi fait des heureux côté brésilien. Un étudiant avait, en effet, eu l’idée finalement pas si saugrenue de miser sur une victoire 7-1 de l’Allemagne et a, du coup, gagné un nouveau téléviseur à écran plat.

Première publication : 09/07/2014

  • COUPE DU MONDE 2014

    Brésil - Allemagne : "Les joueurs brésiliens ont souillé un maillot sacré"

    En savoir plus

  • COUPE DU MONDE 2014

    Humilié par l'Allemagne, le Brésil s’en remettra-t-il ?

    En savoir plus

  • COUPE DU MONDE 2014

    Brésil – Allemagne : la Mannschaft veut briser le rêve de la Seleçao

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)