Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Faut-il s'inquiéter de la chute du prix du baril ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

En Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : que reste-t-il de la révolution du Maïdan?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"The Search", Bérénice Bejo sur le champ de bataille

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : le ministre de la Culture contraint à la démission

En savoir plus

DÉBAT

L’affaire Ferguson, triste miroir de la société américaine?

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : l'impossible accord ?

En savoir plus

EUROPE

Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

© Tim Brakemeier, AFP | Angela Merkel, le 20 juin

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/07/2014

Le gouvernement allemand a annoncé jeudi l'expulsion du chef des services secrets américains. Cette décision, rare entre alliés, fait suite à "un manque de coopération" des renseignements américains pour éclaircir leurs activités en Allemagne.

Cette nouvelle affaire d'espionnage risque de dégrader un peu plus les relations entre l'Allemagne et les États-Unis. Après le piratage du portable d'Angela Merkel par la NSA en 2013, qui avait mis en émoi tout le pays, l'histoire concerne, cette fois-ci, le chef des services secrets américains pour l'Allemagne, qui a été sommé de quitter le pays, jeudi 10 juillet, par le gouvernement allemand. 

"Il a été demandé au représentant des services secrets américains à l'ambassade des États-Unis d'Amérique de quitter l'Allemagne", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Steffen Seibert dans un communiqué. Une mesure rare entre des proches alliés au sein de l'Otan. Cette expulsion fait suite à "un manque de coopération (constaté) depuis longtemps dans les efforts pour éclaircir" l'activité d'agents de renseignements américains en Allemagne, a expliqué un député allemand, Clemens Binninger, président de la commission de contrôle parlementaire sur les activités de renseignement, qui s'est réunie jeudi à Berlin.

De son côté, l'ambassade des États-Unis en Allemagne a réagi en affirmant qu'il était "essentiel" de poursuivre la "coopération étroite" avec le gouvernement allemand. 

>> À lire sur France 24 : L'irréaliste projet de "l'Internet européen" d'Angela Merkel

Après les révélations d'Edward Snowden, le gouvernement allemand avait demandé aux États-Unis de conclure un "accord de non espionnage", mais Washington s'était montré réticent à l'idée de prendre un tel engagement. Depuis, plusieurs autres affaires similaires ont vu le jour. Ces cinq derniers jours, la justice allemande a ouvert deux enquêtes : la première concerne un agent des services de renseignement allemands âgé de 31 ans qui aurait transmis des documents confidentiels à un contact américain ; la seconde vise un membre de l'armée soupçonné d'avoir travaillé comme agent double pour le compte des États-Unis.

"Se faire confiance entre alliés"

"Je crois que dans ces moments qui peuvent être très confus, il est décisif de pouvoir se faire confiance entre alliés", a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel, lors d'un point de presse à la chancellerie, avant l'annonce de l'expulsion. "Plus de confiance peut impliquer plus de sécurité", a-t-elle ajouté.

Dans une interview publiée jeudi matin, le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a estimé que les Américains faisaient preuve "d'une bêtise à pleurer" dans cette affaire. "Que les États-Unis recrutent chez nous des gens de troisième classe, c'est tellement idiot. Et face à tant de bêtise, on ne peut que pleurer", a-t-il déclaré sur la chaîne Phoenix. "Et c'est pourquoi cela n'amuse pas franchement la chancelière", a ajouté le ministre, réputé pour son franc-parler.

Avec AFP

Première publication : 10/07/2014

  • ALLEMAGNE

    Berlin arrête un "espion" allemand travaillant pour le compte des États-Unis

    En savoir plus

  • INTERNET

    L'irréaliste projet de "l'Internet européen" d'Angela Merkel

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)