Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : la justice exige la nomination d'un gouvernement d'union nationale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Irlande: référendum historique sur l'avortement

En savoir plus

TECH 24

VivaTech 2018 : Paris veut s'imposer sur la mappemonde du numérique

En savoir plus

BILLET RETOUR

La bataille et ses héros en mémoire, Kobané se reconstruit

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

En Guadeloupe, les papilles des Antilles

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Coalition populiste en Italie : une nouvelle crise en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Données personnelles : qui a peur du RGPD ?

En savoir plus

#ActuElles

Salvador : en prison pour une fausse couche

En savoir plus

MODE

Anti_Fashion, mais pas anti-mode !

En savoir plus

EUROPE

Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

© Tim Brakemeier, AFP | Angela Merkel, le 20 juin

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/07/2014

Le gouvernement allemand a annoncé jeudi l'expulsion du chef des services secrets américains. Cette décision, rare entre alliés, fait suite à "un manque de coopération" des renseignements américains pour éclaircir leurs activités en Allemagne.

Cette nouvelle affaire d'espionnage risque de dégrader un peu plus les relations entre l'Allemagne et les États-Unis. Après le piratage du portable d'Angela Merkel par la NSA en 2013, qui avait mis en émoi tout le pays, l'histoire concerne, cette fois-ci, le chef des services secrets américains pour l'Allemagne, qui a été sommé de quitter le pays, jeudi 10 juillet, par le gouvernement allemand. 

"Il a été demandé au représentant des services secrets américains à l'ambassade des États-Unis d'Amérique de quitter l'Allemagne", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Steffen Seibert dans un communiqué. Une mesure rare entre des proches alliés au sein de l'Otan. Cette expulsion fait suite à "un manque de coopération (constaté) depuis longtemps dans les efforts pour éclaircir" l'activité d'agents de renseignements américains en Allemagne, a expliqué un député allemand, Clemens Binninger, président de la commission de contrôle parlementaire sur les activités de renseignement, qui s'est réunie jeudi à Berlin.

De son côté, l'ambassade des États-Unis en Allemagne a réagi en affirmant qu'il était "essentiel" de poursuivre la "coopération étroite" avec le gouvernement allemand. 

>> À lire sur France 24 : L'irréaliste projet de "l'Internet européen" d'Angela Merkel

Après les révélations d'Edward Snowden, le gouvernement allemand avait demandé aux États-Unis de conclure un "accord de non espionnage", mais Washington s'était montré réticent à l'idée de prendre un tel engagement. Depuis, plusieurs autres affaires similaires ont vu le jour. Ces cinq derniers jours, la justice allemande a ouvert deux enquêtes : la première concerne un agent des services de renseignement allemands âgé de 31 ans qui aurait transmis des documents confidentiels à un contact américain ; la seconde vise un membre de l'armée soupçonné d'avoir travaillé comme agent double pour le compte des États-Unis.

"Se faire confiance entre alliés"

"Je crois que dans ces moments qui peuvent être très confus, il est décisif de pouvoir se faire confiance entre alliés", a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel, lors d'un point de presse à la chancellerie, avant l'annonce de l'expulsion. "Plus de confiance peut impliquer plus de sécurité", a-t-elle ajouté.

Dans une interview publiée jeudi matin, le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a estimé que les Américains faisaient preuve "d'une bêtise à pleurer" dans cette affaire. "Que les États-Unis recrutent chez nous des gens de troisième classe, c'est tellement idiot. Et face à tant de bêtise, on ne peut que pleurer", a-t-il déclaré sur la chaîne Phoenix. "Et c'est pourquoi cela n'amuse pas franchement la chancelière", a ajouté le ministre, réputé pour son franc-parler.

Avec AFP

Première publication : 10/07/2014

  • ALLEMAGNE

    Berlin arrête un "espion" allemand travaillant pour le compte des États-Unis

    En savoir plus

  • INTERNET

    L'irréaliste projet de "l'Internet européen" d'Angela Merkel

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)