Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

EUROPE

Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

© Tim Brakemeier, AFP | Angela Merkel, le 20 juin

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/07/2014

Le gouvernement allemand a annoncé jeudi l'expulsion du chef des services secrets américains. Cette décision, rare entre alliés, fait suite à "un manque de coopération" des renseignements américains pour éclaircir leurs activités en Allemagne.

Cette nouvelle affaire d'espionnage risque de dégrader un peu plus les relations entre l'Allemagne et les États-Unis. Après le piratage du portable d'Angela Merkel par la NSA en 2013, qui avait mis en émoi tout le pays, l'histoire concerne, cette fois-ci, le chef des services secrets américains pour l'Allemagne, qui a été sommé de quitter le pays, jeudi 10 juillet, par le gouvernement allemand. 

"Il a été demandé au représentant des services secrets américains à l'ambassade des États-Unis d'Amérique de quitter l'Allemagne", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Steffen Seibert dans un communiqué. Une mesure rare entre des proches alliés au sein de l'Otan. Cette expulsion fait suite à "un manque de coopération (constaté) depuis longtemps dans les efforts pour éclaircir" l'activité d'agents de renseignements américains en Allemagne, a expliqué un député allemand, Clemens Binninger, président de la commission de contrôle parlementaire sur les activités de renseignement, qui s'est réunie jeudi à Berlin.

De son côté, l'ambassade des États-Unis en Allemagne a réagi en affirmant qu'il était "essentiel" de poursuivre la "coopération étroite" avec le gouvernement allemand. 

>> À lire sur France 24 : L'irréaliste projet de "l'Internet européen" d'Angela Merkel

Après les révélations d'Edward Snowden, le gouvernement allemand avait demandé aux États-Unis de conclure un "accord de non espionnage", mais Washington s'était montré réticent à l'idée de prendre un tel engagement. Depuis, plusieurs autres affaires similaires ont vu le jour. Ces cinq derniers jours, la justice allemande a ouvert deux enquêtes : la première concerne un agent des services de renseignement allemands âgé de 31 ans qui aurait transmis des documents confidentiels à un contact américain ; la seconde vise un membre de l'armée soupçonné d'avoir travaillé comme agent double pour le compte des États-Unis.

"Se faire confiance entre alliés"

"Je crois que dans ces moments qui peuvent être très confus, il est décisif de pouvoir se faire confiance entre alliés", a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel, lors d'un point de presse à la chancellerie, avant l'annonce de l'expulsion. "Plus de confiance peut impliquer plus de sécurité", a-t-elle ajouté.

Dans une interview publiée jeudi matin, le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a estimé que les Américains faisaient preuve "d'une bêtise à pleurer" dans cette affaire. "Que les États-Unis recrutent chez nous des gens de troisième classe, c'est tellement idiot. Et face à tant de bêtise, on ne peut que pleurer", a-t-il déclaré sur la chaîne Phoenix. "Et c'est pourquoi cela n'amuse pas franchement la chancelière", a ajouté le ministre, réputé pour son franc-parler.

Avec AFP

Première publication : 10/07/2014

  • ALLEMAGNE

    Berlin arrête un "espion" allemand travaillant pour le compte des États-Unis

    En savoir plus

  • INTERNET

    L'irréaliste projet de "l'Internet européen" d'Angela Merkel

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)