Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Objets d'exception.

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : un sursaut possible ?

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Les Écossais disent "non" à l’indépendance

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Les volleyeurs français dans le dernier carré du mondial

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • À Washington, Petro Porochenko réclame et obtient plus de soutien des États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao écope de six mois de suspension

    En savoir plus

  • Alibaba lève plus de 25 milliards de dollars à Wall Street

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

Afrique

Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

© Capture d'écran France 24 - Chiheb Sedik, député algérien du RDN

Vidéo par Salima BELHADJ , Kamel ZAIT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/07/2014

La présence annoncée de l’Algérie au défilé du 14-Juillet, sur les Champs-Élysées, à l'occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale, fait débat à Alger. En toile de fond : un devoir de mémoire entre la France et l'ancienne colonie.

Le 14 juillet prochain, des officiers algériens descendront les Champs-Élysées aux côtés des représentants des 80 nations invitées, impliquées d'une manière ou d'une autre dans la Première Guerre mondiale. Le rassemblement est historique car, pour la première fois, la quasi-totalité des nations engagées durant la Grande Guerre seront réunies. Mais la présence de l’Algérie, département français en 14-18, divise les partis politiques algériens.

Le débat émane des partis de l'opposition, qui reprochent au pouvoir de ne pas avoir mesuré la portée d'une telle décision. Pour Lakhdar Benkhellaf, député du Front de la justice et du développement interrogé par France 24, "le gouvernent algérien aurait mieux fait de ne pas prendre cette décision, pour ne pas heurter les algériens". "L'annonce a été faite d'abord par les Français, comme à chaque fois", a reproché le député algérien avant d’accuser plus précisément Paris. "La France continue à refuser de reconnaître ses crimes, et nos autorités nous empêchent d'incriminer la colonisation française en Algérie."

De son côté, la puissante organisation nationale des moudjahidines (ONM), composée d’anciens combattants, s'est publiquement opposée à la participation de militaires algériens au défilé parisien.

Mais pour Abdelaziz Benali Cherif, le porte parole de la diplomatie algérienne, la polémique n'avait pas lieu d'être. "Des milliers d'Algériens ont payé de leur vie pour les valeurs de liberté pendant la Première Guerre mondiale, et pour combattre le nazisme durant la Seconde, c'était un grand sacrifice. Les pays pour lesquels les Algériens se sont battus nous sont redevables", a-t-il déclaré au micro de France 24. Quelque 23 000 soldats algériens ont été tués durant la Grande Guerre.

La position du Rassemblement démocratique national (RDN), proche du pouvoir, reste plus nuancée que celle des partis de l’opposition. Pour Seddik Chiheb, député du RDN, la participation algérienne au défilé reste "protocolaire" et ne change rien aux relations entre les deux pays. "Nous continuerons de réclamer une reconnaissance de la France pour les crimes commis pendant la colonisation".

Polémique aussi en France

Durant la Première Guerre mondiale, 430 000 soldats issus des colonies françaises sont venus combattre en Europe, dont près de 200 000 Algériens. Mais certains ont été envoyés en France de force, d'autres n'ont pas obtenu les droits qui leur étaient dus en s'engageant aux côtés des Français. Le travail de mémoire est toujours d'actualité.

La présence annoncée de l'Algérie au défilé sur les Champs-Élysées a également suscité la polémique du côté de l'Hexagone. Des critiques émanant essentiellement du Front national, dont quelques responsables ont créé un collectif baptisé "Non au défilé des troupes algériennes le 14 juillet 2014".

En revanche, plusieurs organisations de harkis ont salué la présence de représentants algériens. "C'est une grande fierté que les Algériens défilent le 14 juillet, pour la France et pour les harkis", s’est notament félicité, dans les colonnes de "Midi Libre", le délégué de la liaison nationale des harkis pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca), Mohamed Otsmani. "Les deux pays doivent travailler ensemble", a rappelé quant à elle la présidente de l'association harkis et droits de l'Homme, Fatima Besnaci-Lancou.

Avec AFP

Première publication : 11/07/2014

  • CENTENAIRE 14-18

    14-Juillet : participation de l’Algérie, provocation ou sens de l’histoire ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Harkis : le mea culpa du gouvernement français

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    "Les revendications des pieds-noirs et des harkis n’ont pas changé depuis 2005"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)