Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

DÉBAT

Les patrons de l'énergie française à l'heure de la transition

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

Moyen-Orient

Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

© David Buimovitch, AFP | l'un des systèmes de défense anti-missiles d'Israël

Texte par Sylvain ATTAL

Dernière modification : 11/07/2014

Le Hamas pose un problème légitime et sérieux pour la sécurité d'Israël. Mais il n'existe pas de solution militaire au problème posé par le mouvement islamiste.

Israël mène sa troisième opération militaire à Gaza en six ans et s’apprête, peut-être, à une intervention au sol pour la seconde fois. Or quel est le résultat de ces guerres ?

- La portée et le nombre des missiles (on ne peut guère plus parler de "roquettes") n’a cessé de s'accroître ;

- Le Hamas s’en trouve à chaque fois conforté politiquement, même si ses capacités militaires - et dans une moindre mesure humaines - sont temporairement atteintes ;

- Des centaines de civils, presque exclusivement palestiniennes, périssent, alors que les chefs du Hamas attendent, eux, tranquillement la fin de "l’orage" dans leurs abris souterrains.

Par ailleurs, la population de Gaza est de plus en plus sceptique sur la pertinence de la "résistance" militaire du Hamas. Mais, contrairement au calcul des politiques israéliens, elle ne se soulève pas contre cette autorité, qui n’est rien d’autre qu’une dictature.

La preuve est donc faite depuis longtemps qu’il n'existe pas de solution militaire au problème posé par le Hamas. Pas non plus d’alternative, car à supposer qu’une opération militaire puisse complètement démanteler le mouvement (ce qui est hautement improbable), ce qui lui succèderait pourrait être encore bien plus cauchemardesque, alors que les premiers signes d’émulation des partisans djihadistes de l’EIIL commencent à pointer. Au moins le Hamas a-t-il montré que, lorsqu’il le veut, il est capable de faire respecter la trêve avec Israël.

Cette fois-ci, en dépit sans doute de quelques désaccords internes, le mouvement islamiste a décidé que tel n’était pas son intérêt et que même très affaibli politiquement, il pourrait tirer partie d’une nouvelle escalade.

Le Hamas, considéré comme responsable de l’enlèvement et du meurtre des trois jeunes israéliens à Hebron, ne peut que tirer avantage d'une opération militaire prolongée. Car soit Israël renonce à intervenir au sol - comme il y a deux ans - ce qui apparaîtra comme une reculade de l'État hébreu et une victoire symbolique aux yeux des islamistes ; soit l’intervention a lieu et le Hamas mise sur un enlisement et un retrait de Tsahal avec des objectifs partiellement atteints. Dans les deux cas son prestige en sortira grandi.

Côté israélien, l’exaspération est à son comble. Et pour cause, chaque fois, un nombre croissant de missiles visent des cibles qui se croyaient jusqu’ici à l’abri. Le bilan en terme de victimes et de dégâts est certes peu important, grâce notamment au "Dôme de Fer". Mais celui-ci n’est pas infaillible, ce qui a un impact "terrorisant" sur la vie des habitants.

L’effroi provoqué par le meurtre des trois jeunes est encore présent, bien sûr, mais cette terreur est mauvaise conseillère. Il n’y a en fait qu’une solution raisonnable : renforcer l’autorité de Mahmoud Abbas, l’homme politique palestinien le plus modéré avec lequel Israël ait jamais eu à traiter. Le gouvernement d’union nationale que le Hamas avait accepté de soutenir (mais auquel il ne participait pas) était une manœuvre tactique réussie pour le président de l’Autorité palestinienne. Une preuve de l’affaiblissement politique du Hamas. Au lieu de le soutenir, même discrètement, le gouvernement israélien l’a quasiment accusé de soutenir le terrorisme ! Il est même allé jusqu’à tenir Abbas responsable de la sécurité des gamins enlevés !
Bref, Netanyahou n’agit toujours pas comme s’il avait en face de lui un partenaire, mais plutôt quelqu’un dont il semble souhaiter la perte.

En privilégiant le statu quo, il doit aussi accepter de payer le prix de cette politique : une entité palestinienne terroriste à sa porte qui sert, certes, de repoussoir, mais qu’il lui sera de plus en plus difficile de contenir.

Première publication : 11/07/2014

  • ISRAËL

    En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

  • Revue de presse internationale

    Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)