Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Moyen-Orient

Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

© Capture d'écran FRANCE 24 - Les décombres d'un immeuble de Rafah, 11 juillet 2014

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/07/2014

Alors qu'Israël poursuit son offensive à Gaza, les dommages collatéraux se multiplient. À Rafah, les frappes ont touché des habitations, prenant au piège les Palestiniens dans ce territoire sous blocus. Reportage.

À Rafah, dans le sud de Gaza, vendredi 11 juillet, une foule se rassemble à proximité d’une maison touchée par une frappe israélienne. Depuis le début de l’offensive "Bordure protectrice" il y a cinq jours, plus de 120 Palestiniens ont trouvé la mort et environ 600 ont été blessés, sans pour autant parvenir à faire cesser les tirs de roquettes du Hamas visant l'État hébreu depuis l'enclave palestinienne.

"Un drone a d'abord tiré un missile. C'était un avertissement. Dix minutes plus tard une nouvelle frappe, tirée par un hélicoptère apache ou par un F16", raconte un habitant de Rafah aux envoyés spéciaux de FRANCE 24. Cette fois, personne ne semble être pris au piège dans les décombres, et la foule paraît soulagée.

"Politique de punition collective"

Depuis le début du conflit, la majorité des victimes sont civiles. L'aviation de Tsahal serait mal informée par ses collaborateurs palestiniens à Gaza, estime un homme rencontré par notre équipe. Hors caméra, il confie qu'il y a bien un militant du Djihad islamique qui vit ici, mais dans un autre bâtiment, juste à côté. Le combattant aurait même pris la fuite avant l’attaque israélienne.

À quelques kilomètres de là, le terminal de Rafah, passage stratégique vers l’Égypte voisine. Pour l'instant, les autorités égyptiennes n’ont accepté de l'ouvrir que pour laisser passer les cas humanitaires critiques et laisser sortir ses citoyens. Cela contraint donc le reste des habitants de la bande de Gaza à rester pris au piège à l’intérieur de leur territoire sous blocus.

Le Caire a fustigé la "politique de punition collective" d'Israël à Gaza, et déploré que ses efforts de médiation se soient heurtés à "l'entêtement" des protagonistes.

Première publication : 12/07/2014

  • ISRAËL

    Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • ÉDITORIAL

    Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • ISRAËL

    En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)