Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Journée la plus meurtrière à Gaza depuis le début l'opération israélienne

© Saïd Khatib, AFP | Une colonne de fumée à Rafah après une attaque israélienne, le 12 juillet 2014

Vidéo par Willy BRACCIANO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/07/2014

Les raids de l’armée israélienne ont fait 46 morts parmi les Palestiniens résidant dans la bande de Gaza, samedi. Le nord d’Israël a, quant à lui, été touché par des roquettes tirées depuis le Liban, sans faire de victime.

Alors que l’opération militaire israélienne se poursuit sur la bande de Gaza, le nombre de morts côté palestinien ne cesse de croître. Les frappes israéliennes y ont fait, samedi 12 juillet, 46 morts, faisant de cette journée la plus sanglante depuis le déclenchement de la "Bordure Protectrice".

"Au moins 15 Palestiniens ont été tués par une frappe israélienne dans le quartier de Touffah de la ville de Gaza, qui a touché une maison et une mosquée", a annoncé le porte-parole des services de secours, Achraf al-Qoudra.

Cette attaque, qui visait la maison du chef de la police de Gaza, a été la plus meurtrière dans le territoire côtier palestinien depuis le début des frappes israéliennes mardi dernier. À Rafah, dans le sud de l'enclave, c'est un autre Palestinien qui a été tué.

Les forces israéliennes ont parallèlement annoncé dans un communiqué demander aux habitants du nord de la bande de Gaza d'évacuer leur maison en prévision de nouvelles frappes, dimanche.

Tirs de roquettes sur Israël

De son côté, le Hamas a tiré de nouvelles salves de roquettes dans la soirée en direction de Tel-Aviv, de Jérusalem et de la Cisjordanie occupée. Aucune victime n'a été recensée.

Deux roquettes tirées du Liban se sont abattues samedi soir sur le nord d'Israël, a ajouté l'armée.

"Deux roquettes tirées depuis le Liban ont touché des zones non habitées dans la région de Nahariya", une ville côtière située à une dizaine de kilomètres de la frontière libanaise, a détaillé à l'AFP une porte-parole de l'armée. En riposte, l'artillerie israélienne a annoncé avoir tiré en direction de la source de ces tirs.

"Après 21h ce soir, j’ai entendu sept explosion", a indiqué Willy Bracciano, l’envoyé spécial de FRANCE 24 à Tel Aviv.

Plus tôt dans la journée, trois roquettes tirées depuis Gaza s’étaient abattues sur la région de Bethléem et Hébron en Cisjordanie occupée, près de Jérusalem, a indiqué l'armée israélienne. Les détonations ont été entendues à Jérusalem, où les sirènes ont retenti aux alentours de 19H00 locales (16H00 GMT). D’après des sources de sécurité palestiniennes, une roquette est tombée sur une zone inhabitée d’Hébron, tandis qu'une autre s'est abattue sur une maison du village de Saïr, au sud de la grande ville palestinienne, causant des dégâts mais pas de victime.

"Les dirigeants du Hamas ont disparu"

À Gaza, "l’ambiance est extrêmement tendue dans les quartiers les plus proches de la frontière avec Israël", a rapporté l’envoyé spécial de FRANCE 24, Gallagher Fenwick, dans la journée. "La plupart des gens ont fui ces quartiers", a-t-il indiqué.

Les raids de Tsahal, destinés à faire cesser les tirs de roquettes en provenance de Gaza, peinent à atteindre les dirigeants du Hamas, leur principale cible. "Il y a moins de morts dans les rangs du Hamas. C’est la preuve qu’ils sont bien cachés, que les missiles sont déclenchés à distance", indique Gallagher Fenwick. "Les leaders semblent avoir disparu. Ils avaient même disparu, semble-t-il, avant le début de cette escalade, ils s’y étaient visiblement bien préparés".

Devant l’absence des membres du Hamas, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a laissé la voie ouverte à une intervention terrestre à Gaza : "Nous nous préparons à toutes les éventualités", a-t-il déclaré vendredi.

De leur côté, les dirigeants du Hamas disent réserver des surprises aux soldats israéliens s’ils venaient à s’aventurer dans la bande de Gaza.

Le Conseil de sécurité de l'ONU appelle à cesser le feu

Le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé samedi Israël et le Hamas à cesser le feu et à "respecter les lois humanitaires internationales, notamment sur la protection des civils".

Dans une déclaration unanime, les 15 pays membres du Conseil ont "appelé à la désescalade (des tensions à Gaza), au rétablissement du calme et à la réinstauration du cessez-le-feu de novembre 2012".

Les 15 pays se déclarent également "très inquiets à propos de la crise liée à Gaza et pour la protection et le bien-être des civils des deux côtés".
 

Avec AFP
 

Première publication : 12/07/2014

  • REPORTAGE

    Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • ÉDITORIAL

    Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)