Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

Afghanistan: prouesse diplomatique de John Kerry entre deux avions

AFP

AFP Photo

Entre deux avions, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a obtenu à Kaboul l'accord des candidats à la présidentielle pour un audit intégral des votes du second tour, une prouesse diplomatique face à la menace d'un retour des violences communautaires.

Après 48 heures passées dans la capitale afghane, dans des discussions intenses avec les deux rivaux, Ashraf Ghani et Abdullah Abdullah, qui se disputaient la victoire au deuxième tour du 14 juin, s'accusant mutuellement d'avoir bénéficié de fraudes, M. Kerry est reparti avec un accord inespéré et inédit.

Arrivé a Kaboul jeudi soir en provenance de Pékin, l'infatiguable John Kerry, 70 ans, est apparu triomphant samedi soir devant les caméras aux côtés des deux candidats pour l'annoncer.

Dans les prochains jours, 100% des huit millions de votes du 2e tour seront audités, le tout selon des normes internationales et sous la supervision d'observateurs étrangers.

De plus, les deux candidats se sont mis d'accord sur un prochain "gouvernement d'unité nationale", qui inclura les deux camps dans une formule de "partage du pouvoir".

"Nous n'avons obtenu un accord qu'à la dernière minute", a raconté sous l'anonymat un responsable américain à la presse à bord de l'avion qui emmenait M. Kerry à Vienne dans la nuit de samedi à dimanche pour des pourparlers sur le nucléaire iranien.

Partis d'une proposition de l'ONU portant sur l'audit de 35% des votes, qui ne faisait pas l'unanimité, les participants aux négociations ont finalement opté pour une solution sans précédent: l'audit intégral.

"Même si cela va prendre plus d'énergie, plus de temps, un audit intégral est susceptible d'améliorer la crédibilité du résultat de façon plus significative", a assuré à la presse un autre responsable américain.

Selon les deux responsables américains qui ont requis l'anonymat, les 48 heures de négociations ont connu des hauts et des bas, "des moments de colère, des moments d'humour". Un moment clé, selon eux, a été la première rencontre entre les deux candidats qui se sont tout de suite donné l'accolade.

-Miracle diplomatique'-

Selon Kate Clark du cercle de réflexion Afghan analysts network (AAN), l'accord de samedi soir a changé la donne. "Les deux candidats sont maintenant en voie d'accepter l'audit et le résultat", a-t-elle dit à l'AFP, en précisant que l'Afghanistan pouvait maintenant espérer un nouveau président "perçu comme légitime".

"L'accord sur le +gouvernement d'unité nationale+, signifie aussi que les enjeux ont diminué. Le gagnant ne raflera pas tout et le perdant ne perdra pas tout", a-t-elle ajouté.

De son côté, Younus Fakour, un analyste et auteur indépendant, a estimé que "cet accord a évité un désastre en Afghanistan. Il a évité la formation d'un gouvernement parallèle, il a évité le chaos". "Si l'audit se déroule bien, il n'y aura plus aucune excuse pour les candidats", a estimé M. Fakour.

"Vous faites des miracles", a lancé Jan Kubis le chef de la mission de l'ONU en Afghanistan, à M. Kerry samedi soir. "Ce que nous avons vu aujourd'hui n'était pas seulement une grande victoire diplomatique, mais c'était proche d'un miracle", a-t-il ajouté.

En effet, les craintes de violences communautaires à travers le pays encore fragile et toujours en proie à une insurrection active des talibans, ont été vives cette semaine en Afghanistan.

Le contentieux entre les deux candidats avait pris une tournure inquiétante mardi dernier lorsque M. Abdullah s'était déclaré vainqueur au lendemain des premiers résultats donnant M. Ghani largement en tête avec 56,4% des voix.

M. Abdullah, arrivé largement en tête du premier tour le 5 avril (45% des voix contre 31,6% à M. Ghani), estimait s'être fait voler la victoire à cause de la fraude. Mais malgré sa vive déception, il s'est gardé de proclamer un "gouvernement parallèle" comme le lui demandaient certains de ses partisans.

Face à cette situation explosive, la diplomatie américaine, pourtant bien occupée au Moyen-orient et ailleurs, a décidé de donner la priorité à l'Afghanistan, pour ne pas laisser sombrer le pays, où ils ont investi des milliards de dollars depuis 2001, dans une situation à l'irakienne.

Pour cela, Washington bénéficiait tout de même d'un levier considérable: la menace de mettre fin à l'aide financière et militaire du pays.

Première publication : 13/07/2014