Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les promesses de Hollande à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

France-Afrique : un rapport parlementaire très critique appelle à une nouvelle politique africaine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Faire de 'Je suis Charlie' une religion me dérange"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le système de santé, enjeu central des législatives

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hafsia Herzi de retour dans une comédie "certifiée Hallal"!

En savoir plus

FACE À FACE

Le Front national dans la tourmente

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

Afrique

Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

© Abdelhak Senna, AFP | Les drapeaux marocain et algérien, en février 2012 à Rabat, lors d'une réunion de l'Union du Maghreb arabe

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/07/2014

Le chef de la diplomatie algérienne a répondu samedi à son homologue marocain qui a jugé "minable" l'attitude d'Alger sur le dossier du Sahara occidental. En cause, la désignation d'un envoyé spécial de l'Union africaine.

 
La joute verbale se poursuit entre Rabat et Alger. Après les propos du ministre marocain des Affaires étrangères Salaheddine Mezouar jugeant l'attitude "minable" d'Alger sur le dossier du Sahara occidental, l’Algérie a dénoncé une dérive du royaume chérifien. Rabat accuse les autorités algériennes d’être derrière la désignation de l'ancien président mozambicain Joaquim Chissano comme envoyé spécial de l'Union africaine (UA) pour le Sahara occidental.
 
"Ces déclarations outrancièrement insultantes constituent une dérive et dénotent une frilosité qui ne siéent pas aux relations entre nos deux pays frères et voisins, a déclaré samedi 12 juillet à l'agence APS le porte-parole du ministère des Affaires étrangères algérien, Abdelaziz Benali Cherif. Les propos irresponsables contre l'Algérie de hauts dirigeants gouvernementaux marocains renouent avec une pratique bien connue de fuite en avant que la partie marocaine remet au goût du jour à chaque fois que le processus du parachèvement de la décolonisation du Sahara occidental enregistre une avancée."
 
Le président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l'Homme (CNCPPDH), Me Farouk Ksentini, a également fustigé un "langage de rue", dans les colonnes du journal algérien "Le Temps". "Ces déclarations s'inscrivent en droite ligne de la politique offensive adoptée par le Maroc à chaque fois que le Front Polisario réalise un exploit ou franchit un pas en avant", a souligné Me Ksentini en ajoutant que cette attitude allait jusqu'au "chantage, à l'invective et aux injures, voire à l'outrage à emblème national".
 
"Les méthodes utilisées sont vraiment minables"
 
Le 1er juillet, lors de l’annonce de la désignation d’un envoyé spécial de l’Union africaine pour le Sahara occidental, le chef de la diplomatie marocaine a accusé l’Algérie d’utiliser "tous les moyens financiers et logistiques pour contrecarrer les efforts du Maroc visant à trouver une solution. Les méthodes utilisées sont vraiment minables", a-t-il déclaré ajoutant que le Maroc n'était pas en conflit avec le Polisario, mais avec l'Algérie.
 
Selon la presse marocaine, citée par RFI, Joaquim Chissano est jugé trop proche de l’Algérie. "Il a été l’homme clé du Frelimo, qui a lutté pour l'indépendance du Mozambique, sur le modèle du FLN algérien", peut-on ainsi lire 
 
Le Maroc s'est retiré de l'UA (alors OUA) en 1984 pour protester contre la reconnaissance par l'instance panafricaine de la République arabe sahraouie démocratique (RASD). "Les déboires et déconvenues du Royaume du Maroc, qui sont la cause directe de ces excès verbaux, tiennent de toute évidence au caractère unilatéral et infondé de ses exigences quant au traitement de la question du Sahara occidental", a ajouté Benali Cherif. "L'Algérie, dont la position sur la question du Sahara occidental s'identifie au consensus international et à la doctrine des Nations unies, ne peut que rejeter fermement [ces] accusations fallacieuses [...] et regrette profondément un tel comportement qui heurte frontalement les valeurs que partagent les peuples algérien et marocain frères", a-t-il précisé.
 
Ancienne colonie espagnole, le Sahara occidental a été annexé par le Maroc en 1975. Rabat propose désormais un plan d'autonomie sous sa souveraineté pour ce vaste territoire de moins d'un million d'habitants mais le Mouvement indépendantiste du Polisario, soutenu par Alger, réclame un référendum d'autodétermination. La médiation de l'ONU sur ce dossier est dans l'impasse.

Première publication : 13/07/2014

  • DIPLOMATIE

    Javier Bardem sermonne la France et provoque un incident diplomatique avec le Maroc

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Sahara occidental : regain de tension entre l'Algérie et le Maroc

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    "Il est trop tôt pour parler de réconciliation" entre l’Algérie et le Maroc

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)