Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Intermittents: le Festival d'Avignon touché de plein fouet par la grève

AFP

Manifestation d'intermittents le 12 juillet 2014 à AvignonManifestation d'intermittents le 12 juillet 2014 à Avignon

Manifestation d'intermittents le 12 juillet 2014 à AvignonManifestation d'intermittents le 12 juillet 2014 à Avignon

Spectacles annulés et manifestants en nombre dans la cité des papes: l'appel national à la grève de la CGT Spectacle et la Coordination des intermittents, samedi, a principalement affecté le Festival d'Avignon, devenu la caisse de résonance du mouvement.

La grève n'a toutefois pas épargné le festival Radio France et Montpellier, le plus grand festival classique en France avec 180 concerts, dont le spectacle d'ouverture prévu dimanche à 18H30 est annulé.

Neuf des treize représentations prévues au Festival d'Avignon dans le cadre du "in", le festival officiel, ont finalement été annulées samedi, dont l'emblématique "Prince de Hombourg" dans la Cour d'honneur, déjà annulé le 4 juillet en ouverture, indiquait en soirée la direction du festival.

Parmi les quatre spectacles qui ont décidé de jouer, l'équipe d'"Orlando", la pièce créée par le directeur du festival Olivier Py, a choisi de verser son salaire du jour à la caisse de solidarité des intermittents du "in".

Quant aux interprètes japonais du "Mahabharata" de Satoshi Miyagi, ils ont offert gratuitement place du Palais des Papes des extraits de la représentation annulée carrière de Boulbon, jouant en costumes - de magnifiques kimonos blancs - et avec tous leurs accessoires devant des spectateurs enthousiastes.

Le personnel du festival s'était prononcé vendredi à 65% en faveur de la grève, mais la participation au scrutin n'avait pas dépassé 46%, et c'est spectacle par spectacle que les salariés ont voté samedi.

"Je ne pense pas que la grève soit une bonne stratégie, c'est plutôt une tragédie", a regretté Olivier Py, indiquant que les annulations de spectacles le 4 juillet puis ce samedi avaient engendré des pertes de 138.500 euros à ce jour pour le festival.

Entre 1.500 artistes et techniciens du spectacle et employeurs (Syndeac, syndicat des employeurs du spectacle), selon la police, et 3.000 à 5.000 selon les organisateurs ont par ailleurs défilé dans l'après-midi de la gare d'Avignon au centre de la ville, devenue le bastion de la lutte des intermittents. "Olivier Quy?" , ont scandé les manifestants pour interpeller le patron de la manifestation.

Les intermittents protestent contre la nouvelle convention d'assurance-chômage qui durcit les conditions d'indemnisation des professionnels du spectacle, en rallongeant le délai de carence entre la fin des périodes travaillées et le versement des allocations.

- Filippetti à Avignon -

Le spectre d'une annulation en chaîne des grands festivals, comme lors du précédent grand conflit en 2003, s'était éloigné avec le vote des personnels pour leur maintien, ponctué de journées d'actions.

Aux Francofolies de La Rochelle, où ils sont assez discrets depuis l'ouverture, une cinquantaine d'intermittents vêtus de T-shirts noirs barrés d'une croix blanche ont organisé une marche funèbre avant le concert des Innocents. Ils sont montés sur scène sous les applaudissements du public.

Plus tard dans la soirée, Bertrand Cantat a affiché son soutien aux intermittents pendant son concert avec Détroit, disant son "très vif regret que peu d'artistes, en tout cas dans la musique, s'expriment à ce sujet". "C'est la peur, sans doute", a-t-il ajouté avant de lancer sous les huées du public : "pour des Francofolies de droite, avec moi!".

A Toulouse, les trois compagnies prévues au Théâtre du Grand Rond étaient en grève et leurs spectacles ont été annulés.

A Avignon, la contestation s'exprime aussi dans le Off, rassemblement de 1.083 compagnies en marge du festival officiel, mais avec moins d'ampleur, les troupes ne pouvant se permettre pour la plupart de faire grève.

Depuis le début de la mobilisation des intermittents, le Premier ministre Manuel Valls a multiplié les gestes pour tenter de déminer le conflit, annonçant une concertation sur l'intermittence puis la sanctuarisation des crédits du ministère de la Culture (hors communication) pour les trois ans à venir.

Interrogé sur la venue programmée de la ministre de la Culture Aurélie Filippetti à Avignon, mercredi et jeudi, Olivier Py a souligné ne pas avoir connaissance qu'elle assisterait à un spectacle. En début de festival, le collectif des salariés du festival avait déclaré que les membres du gouvernement étaient "persona non grata" au festival : "Les spectacles n'auront pas lieu en leur présence".

Concernant Mme Filippetti, "on va aller à sa rencontre, ça c'est sûr", a prévenu dans la cité des papes Marc Slyper, un des responsables de la CGT Spectacle.

Première publication : 13/07/2014