Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionnée

En savoir plus

DÉBAT

Moscou sanctionnée par l'UE : Poutine peut-il plier ?

En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Ces politiques qui ne jurent plus que par Jean Jaurès...

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

  • Nigeria : nouvel attentat-suicide perpétré par une femme à Kano

    En savoir plus

  • Ebola : "Les personnes traitées rapidement peuvent en guérir"

    En savoir plus

  • Transferts : deux champions du monde français signent en Inde

    En savoir plus

Mondial: l'Argentine de Messi et l'Allemagne de Müller s'affrontent en finale

AFP

Une finale de Coupe du monde, c'est le rêve d'une vie, celui de l'Argentine de Lionel Messi et celui de l'Allemagne de Thomas Müller, opposés dimanche dans un des lieux sacrés du football, le stade Maracana à Rio.

Ce rêve, la Seleçao aurait voulu le tutoyer. Mais le désir d'une sixième étoile à coudre sur le maillot auriverde s'est fracassé contre l'Allemagne en demi-finale (7-1) et a encore été un peu plus souillé samedi par les Pays-Bas, vainqueurs (3-0) du match pour la 3e place.

Près de 200 millions de Brésiliens fous de foot vont donc être obligés d'assister, depuis les tribunes, devant des écrans géants, ou moins grands, au duel au sommet de deux bastions du foot qui les irritent. L'Argentine, car c'est un des grands rivaux dans cette région du monde, comme l'Uruguay. L'Allemagne, car c'est le bourreau qui a gâché la fête.

Les 22 finalistes qui fouleront la pelouse au coup d'envoi (16h00 locale, 21h00 française) s'en moquent comme de leurs premiers crampons. Il s'agit pour Messi ou pour Müller d'arriver au bout des sentiers de la gloire et de donner une troisième Coupe du monde à l'Argentine, une quatrième à l'Allemagne.

Soulever le trophée fera oublier tous les efforts et sacrifices endurés au long d'une saison harassante entre compétitions nationales et Ligue des champions, prolongée par la préparation pour l'épreuve reine au pays du "futebol" roi.

- Messi s'est-il mis la pression ? -

Messi s'est-il mis la pression ? Le quadruple Ballon d'Or a écrit sur sa page Facebook la veille du grand jour: "Nous jouerons le match le plus important de notre vie pour notre pays. Nous savions que c'était possible. Les gens de chez nous, les Argentins, nous ont portés jusque-ici. Mais le rêve n'est pas fini. Nous voulons gagner et nous sommes prêts".

Le crack du Barça, auteur de quatre buts au Brésil, sait que toute une nation et toute une équipe va se reposer sur ses accélérations, ses feintes et son sens du but sur la pelouse du Maracana. Le capitaine albiceleste a traversé comme une ombre la demi-finale face aux Pays-Bas (0-0, 4 t.a.b. à 2). Jouait-il déjà la finale dans sa tête ? Sera-t-il prêt ?

La bande à Müller (5 buts dans le tournoi) a avancé jusqu'ici sans trop de poids sur les mollets. Car le monde entier s'est focalisé sur le naufrage de la Seleçao en demi-finale. Jusqu'à la veille de la finale. Où les questions fusent. Jamais une équipe européenne n'a été sacrée sur le continent américain.

Cet enjeu pimente-t-il davantage le plat de la Mannschaft ? "Nous savons bien sûr que nous pouvons entrer dans l'histoire en faisant quelque chose qui n'est jamais arrivé, les Sud-Américains ont toujours dominé sur ce continent. Ce serait une joie supplémentaire si on devenait les premiers Européens à remporter le titre ici", a juste répondu Joachim Löw, coach allemand toujours mesuré, mais toujours aussi confiant.

- Le président ukrainien ne sera pas dans les tribunes -

Dans les tribunes, il y aura une grande fan de la Mannschaft, la chancelière allemande Angela Merkel.

Un autre match devait se jouer dans les loges VIP, un peu plus loin de la pelouse: En pleine crise entre la Russie et l'Ukraine, leurs deux leaders Vladimir Poutine et Petro Porochenko devaient assister à la rencontre, mais le président ukrainien s'est désisté à quelques heures du match en estimant "impossible" d'assister à la finale "compte tenu de la situation qui prévaut aujourd'hui en Ukraine".

Dans les rues de Rio, les responsables des forces de l'ordre brésiliennes auront eux aussi un but en tête: faire que le 64e et dernier match d'une Coupe du monde jusqu'ici sans accroc majeur ne soit par terni par des incidents entre supporteurs en marge de la finale.

Les grands moyens sont déployés: 25.787 hommes seront mobilisés dont 14.984 policiers militaires, 9300 soldats, 800 policiers d'élite et 1600 agents privés de la Fifa à l'intérieur du Maracana. Un dispositif plus important que celui mis en place pour la visite du pape François en juillet 2013 pour les Journées mondiales de la jeunesse catholique (JMJ) à Rio.

Première publication : 13/07/2014