Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un français sur deux est imposable

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Gaza : reprise des affrontements entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

Mondial: l'Argentine de Messi et l'Allemagne de Müller s'affrontent en finale

AFP

Sami Khedira, Philipp Lahm, Thomas Mueller et Miroslav Klose à l'issue du match Allemagne Brésil le 8 juillet 2014 à Belo HorizonteSami Khedira, Philipp Lahm, Thomas Mueller et Miroslav Klose à l'issue du match Allemagne Brésil le 8 juillet 2014 à Belo Horizonte

Sami Khedira, Philipp Lahm, Thomas Mueller et Miroslav Klose à l'issue du match Allemagne Brésil le 8 juillet 2014 à Belo HorizonteSami Khedira, Philipp Lahm, Thomas Mueller et Miroslav Klose à l'issue du match Allemagne Brésil le 8 juillet 2014 à Belo Horizonte

Une finale de Coupe du monde, c'est le rêve d'une vie, celui de l'Argentine de Lionel Messi et celui de l'Allemagne de Thomas Müller, opposés dimanche dans un des lieux sacrés du football, le stade Maracana à Rio.

Ce rêve, la Seleçao aurait voulu le tutoyer. Mais le désir d'une sixième étoile à coudre sur le maillot auriverde s'est fracassé contre l'Allemagne en demi-finale (7-1) et a encore été un peu plus souillé samedi par les Pays-Bas, vainqueurs (3-0) du match pour la 3e place.

Près de 200 millions de Brésiliens fous de foot vont donc être obligés d'assister, depuis les tribunes, devant des écrans géants, ou moins grands, au duel au sommet de deux bastions du foot qui les irritent. L'Argentine, car c'est un des grands rivaux dans cette région du monde, comme l'Uruguay. L'Allemagne, car c'est le bourreau qui a gâché la fête.

Les 22 finalistes qui fouleront la pelouse au coup d'envoi (16h00 locale, 21h00 française) s'en moquent comme de leurs premiers crampons. Il s'agit pour Messi ou pour Müller d'arriver au bout des sentiers de la gloire et de donner une troisième Coupe du monde à l'Argentine, une quatrième à l'Allemagne.

Soulever le trophée fera oublier tous les efforts et sacrifices endurés au long d'une saison harassante entre compétitions nationales et Ligue des champions, prolongée par la préparation pour l'épreuve reine au pays du "futebol" roi.

- Messi s'est-il mis la pression ? -

Messi s'est-il mis la pression ? Le quadruple Ballon d'Or a écrit sur sa page Facebook la veille du grand jour: "Nous jouerons le match le plus important de notre vie pour notre pays. Nous savions que c'était possible. Les gens de chez nous, les Argentins, nous ont portés jusque-ici. Mais le rêve n'est pas fini. Nous voulons gagner et nous sommes prêts".

Le crack du Barça, auteur de quatre buts au Brésil, sait que toute une nation et toute une équipe va se reposer sur ses accélérations, ses feintes et son sens du but sur la pelouse du Maracana. Le capitaine albiceleste a traversé comme une ombre la demi-finale face aux Pays-Bas (0-0, 4 t.a.b. à 2). Jouait-il déjà la finale dans sa tête ? Sera-t-il prêt ?

La bande à Müller (5 buts dans le tournoi) a avancé jusqu'ici sans trop de poids sur les mollets. Car le monde entier s'est focalisé sur le naufrage de la Seleçao en demi-finale. Jusqu'à la veille de la finale. Où les questions fusent. Jamais une équipe européenne n'a été sacrée sur le continent américain.

Cet enjeu pimente-t-il davantage le plat de la Mannschaft ? "Nous savons bien sûr que nous pouvons entrer dans l'histoire en faisant quelque chose qui n'est jamais arrivé, les Sud-Américains ont toujours dominé sur ce continent. Ce serait une joie supplémentaire si on devenait les premiers Européens à remporter le titre ici", a juste répondu Joachim Löw, coach allemand toujours mesuré, mais toujours aussi confiant.

- Le président ukrainien ne sera pas dans les tribunes -

Dans les tribunes, il y aura une grande fan de la Mannschaft, la chancelière allemande Angela Merkel.

Un autre match devait se jouer dans les loges VIP, un peu plus loin de la pelouse: En pleine crise entre la Russie et l'Ukraine, leurs deux leaders Vladimir Poutine et Petro Porochenko devaient assister à la rencontre, mais le président ukrainien s'est désisté à quelques heures du match en estimant "impossible" d'assister à la finale "compte tenu de la situation qui prévaut aujourd'hui en Ukraine".

Dans les rues de Rio, les responsables des forces de l'ordre brésiliennes auront eux aussi un but en tête: faire que le 64e et dernier match d'une Coupe du monde jusqu'ici sans accroc majeur ne soit par terni par des incidents entre supporteurs en marge de la finale.

Les grands moyens sont déployés: 25.787 hommes seront mobilisés dont 14.984 policiers militaires, 9300 soldats, 800 policiers d'élite et 1600 agents privés de la Fifa à l'intérieur du Maracana. Un dispositif plus important que celui mis en place pour la visite du pape François en juillet 2013 pour les Journées mondiales de la jeunesse catholique (JMJ) à Rio.

Première publication : 13/07/2014