Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Paris retrouve son Picasso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ottawa : histoire d'une photo

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attaque d'Ottawa : Stephen Harper caché dans un placard

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Tempête au Parti socialiste : "PS, cela ne veut pas dire PlayStation"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

UE : la tension monte sur les budgets

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Toumani Diabaté, le maître de la kora, invité du Journal de l’Afrique

En savoir plus

SPORT

Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

© AFP - John MacDougall | Des supporters allemands célèbrent la victoire de la Manschaft.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/07/2014

Nuit blanche à Berlin, où les supporters allemands ont célébré la victoire de leur Mannschaft contre l’Argentine en finale du Mondial-2014. À Buenos Aires, en revanche, les célébrations qui ont suivi le match ont été marquées par les violences.

La nuit de dimanche à lundi a été particulièrement agitée à Berlin, où les Allemands ont célébré la victoire de leur sélection en finale de la Coupe du monde de football (1-0 a.p. face à l’Argentine).

Des centaines de milliers d'Allemands ont laissé éclater leur joie dans la capitale allemande pour célébrer le 4e titre mondial de la NationalMannschaft, attendu depuis la Réunification en 1990.

Devant la Porte de Brandebourg, au cœur de la capitale, plus de 250 000 personnes se sont rassemblées dans l'aire de supporteurs pleine à craquer et ses écrans géants, en agitant des drapeaux allemands.

Jusqu’au bout de la nuit, les cris ont résonné de toutes parts, entre pétards, coups de klaxon et fusées pyrotechniques.

Sur la Potsdamer Platz, coupée jusqu'en 1990 par le Mur de Berlin, une foule s'est également attroupée, bloquant la circulation des voitures. Un déferlement de joie que l’Allemagne n’avait pas connu depuis près d’un quart de siècle.

Une cinquantaine de personnes interpellées à Buenos Aires

Buenos Aires, en revanche, s’est couchée avec la déception d’être passée tout près d’un retentissant exploit. En dépit de la cruelle défaite de l’Albiceleste face à l’Allemagne, les Argentins ont oscillé entre joie et tristesse, dimanche soir.

Dans la foulée de la rencontre, des dizaines de milliers de supporteurs ont marché vers l'Obélisque de Buenos Aires, centre habituel de rassemblement et de célébrations, en agitant des drapeaux argentins. Feux d'artifices, tambours, musique, pétards, donnaient un air de fête.

Accrochés aux feux tricolores, debout sur les toits d'abribus, les jeunes Argentins avaient prévu de faire la fête et n’ont pas voulu changer leur programme.D'autres, consternés, déambulaient dans les rues du centre de la capitale ou retournaient chez eux la tête basse.

Après plusieurs heures de célébration, la "fête" a cependant dégénéré en violences, lorsque des douzaines de supporteurs ultraviolents appelés en Argentine les "barrabravas" ont commencé a jeter des pierres et d'autres objets contre les policiers anti-émeutes qui ont répondu avec des balles en caoutchouc, des gaz lacrymogènes et des canons à eau. Plusieurs dizaines de hooligans se sont mis à briser des vitrines et à mettre le feu aux poubelles. La télévision a montré des pillards transportant des objets volés, dont les tables et les chaises d'un restaurant.

Huit policiers ont été blessés et une cinquantaine de personnes arrêtées.

LA DÉCEPTION DES ARGENTINS

Avec AFP

Première publication : 14/07/2014

  • COUPE DU MONDE 2014

    L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • COUPE DU MONDE 2014

    Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • COUPE DU MONDE 2014

    Les Brésiliens, supporters malgré eux de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)