Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

EUROPE

William Hague victime de la "purge sanglante" du cabinet britannique

© Ben Stansall, AFP | William Hague

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/07/2014

Le Premier ministre britannique a créé la surprise, lundi, en effectuant un remaniement ministériel, le plus important depuis l'arrivée des conservateurs au pouvoir. Objectif : former une équipe plus féminine, plus jeune et plus eurosceptique.

Le "Times" parle de "purge ministérielle sanglante". Pour le "Sun", le Premier ministre britannique David Cameron a "pris une faux" et a taillé dans son gouvernement "les hommes blancs et fades".

La presse anglo-saxonne a été prise de court mardi 15 juillet par ce remaniement, qui s'avère beaucoup plus profond qu'attendu. D'autant que parmi les partants figure l'illustre chef de la diplomatie, en poste depuis quatre ans, William Hague. Ce poids lourd du parti conservateur entend "devenir leader de la Chambre des Communes", a-t-il écrit sur son compte Twitter. Il a ajouté qu'il ne se présenterait pas aux élections législatives de mai 2015 afin de se "consacrer à des choses [qu'il a] toujours eu envie de faire".

Hammond remplace Hague

Ce remaniement est destiné "à montrer à la frange la plus à droite et eurosceptique du parti que Cameron est à leur écoute", souligne le "Financial Times". Preuve en est, la nomination du ministre de la Défense Philip Hammond, 58 ans, pour remplacer William Hague aux Affaires étrangères. Il s'est illustré en début d'année en assurant qu'il n'hésiterait pas à préconiser la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne si les institutions bruxelloises refusent de se réformer et de réformer leurs liens avec Londres.

Le vétéran de la politique britannique, Kenneth Clarke, un conservateur pro-européen, a également démissionné de son poste de ministre sans portefeuille. À 74 ans, il a occupé de hauts ministères sous Margaret Thatcher et John Major, notamment ceux de l'Intérieur ainsi que de l'Économie et des Finances. Selon les médias, ce départ illustre le mieux la volonté de rajeunir le gouvernement.

Sont également sur le départ : Owen Paterson, ministre de l'Environnement, David Willetts, secrétaire d'État chargé des Universités, David Jones, secrétaire d'État pour le Pays de Galles, Andrew Robathan, ministre de l'Irlande du Nord et Greg Barker, ministre du changement climatique.

Parmi les femmes promues au cabinet, où elles étaient sous-représentées, figure Nicky Morgan. Elle a été nommée à l'Éducation, un poste qu'elle cumule avec ses anciennes fonctions de ministre des Femmes et de l'Egalité.

Cameron "apeuré face à son aile droite"

Ce remaniement vise surtout à mettre en ordre de bataille le gouvernement de coalition des conservateurs et libéraux démocrates, dix mois avant des élections générales qui s'annoncent particulièrement serrées au Royaume-Uni. Le parti travailliste d'opposition devance les conservateurs, avec 38 % d'intentions de votes (contre 33 %) dans le dernier sondage d'opinion YouGov diffusé dimanche.

Mais surtout les conservateurs ont vu leur électorat voter massivement en faveur du UK independent party (Ukip). Le parti europhobe et anti-immigration est sorti vainqueur des récentes élections européennes et se glisse en troisième place dans les sondages, devant le parti libéral-démocrate affaibli. Un porte-parole travailliste, Michael Dugher, a déjà évoqué "un massacre des modérés" par un Premier ministre "affaibli" et "apeuré face à son aile droite".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 15/07/2014

  • ROYAUME-UNI

    Pédophilie à Westminster : faire la lumière sur le passé

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    La reine Elisabeth II inaugure son porte-avions

    En savoir plus

  • TERRORISME

    À l'appel de Washington, Londres renforce la sécurité dans ses aéroports

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)